• E.L.M.S

UN HOMME NOIR ABATTU PAR UN POLICIER : TOUTE L'AFFAIRE DÉTAILLÉE !


Il s'appelait Walter Scott, il était afro-américain, sans histoire selon son entourage, il a pourtant perdu la vie. Son meurtrier, Michael Slager un officier de police, aujourd'hui en prison pour meurtre, risque la peine de mort voire 30 ans minimum ! Toute l'histoire détaillée
walterscott1.jpg

Tout partait d'un banal contrôle routier, samedi à Charleston en Caroline du Sud, l'officier de policer Michaël Sagler 33 ans arrête Walter Scott 50 ans ancien militaire,retraité des Gardes Côtes, pour un feu arrière cassé. L'échange semblait courtois puis soudain les deux hommes se disputent et en viennent aux mains. Walter Scott tente de s'échapper une première fois se fait rattraper par le policier. La bagarre continue, le policer tente de maîtriser sa future victime, qui de nouveau essaiera de s'enfuir mais là, c'est le drame ! Michael Sagler prend son arme et tire à huit reprises sur un Walter Scott désarmé, cinq balles transperceront son corps.Walter Scott gît sur la pelouse, mort ! Comble de l'histoire l'officier de police, sans doute conscient de sa bavure, a maquillé la scène de crime et, menti sur la victime. Dans la vidéo qui fait le buzz sur la toile on y voit le policier lui tirer dans le dos à huit reprises, touchant la victime cinq fois. Après les coups de feu, le policier, affirma via sa radio que la victime avait pris son pistolet paralysant, ce que réfute le seul témoin de la scène Feidin Santana qui se rendait à son travail au moment des faits.

Dans une interview accordée à NBC News, Feidin Santana, dit avoir entendu l’officier Michael Slager faire usage de son Taser sur Walter Scott au moment où celui-ci a voulu prendre une photo avec son téléphone. Il ajoute que le téléphone et Taser étaient au sol avant qu’il commence à filmer.

santana.jpg

Je me souviens que la police avait le contrôle de la situation,"

" Avant que je ne commence à filmer, les deux hommes étaient par terre. Je me rappelle que le policier maitrisait la situation. Il avait maitrisé Mr Scott, qui essayait de s’éloigner du Taser. Mais comme je l’ai mentionné, Mr Scott n’a jamais essayé d’utiliser le taser contre le policier. Comme on peut voir dans la vidéo, le policier l’a tout simplement abattu dans le dos. Et c’est la que j’ai compris que je filmais quelque chose « d’énorme ». déclare Feidin Santana dans l’interview. "On peut entendre le bruit d’un Taser... Je pense que la victime [Walter Scott] essayait juste d’échapper au Taser." Dans une autre interview accordée à une autre chaîne de télé, le témoin dit ne pas avoir entendu l’officier lancer d’avertissement avant de dégainer. Selon lui, Walter Scott n’aurait pas dit un mot lors du contrôle. Un enregistrement sonore de l’appel au Central de Michael Slager a également été publié, révélant de fortes divergences entre les déclarations de l'officier et la vidéo de Feidin Santana. Michael Slager a déclaré s’être senti menacé, car Walter Scott avait essayé de se saisir de son Taser. Sur la vidéo, on le voit clairement lâcher un objet au sol près du corps de Walter Scott, ce qui constitue une dissimulation de preuve ! Feidin Santana, a donné la vidéo à la famille pour qu'ils se préparent au procès qui s'annonce comme il l'explique lui-même : "J'ai pensé à la situation dans laquelle ils étaient. (...) Si un membre de ma famille subissait cela, j'aimerais pouvoir connaître la vérité...Vous savez, (le policier) a pris une mauvaise décision et vous en payez les conséquences toute votre vie. (...) M. Scott ne méritait pas cela, il y avait d'autres manières de faire pour l'arrêter".

Une famille brisée mais reconnaissante !

La famille Scott, meurtri par la disparition de l'un des leurs remercie le jeune témoin. Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue mardi soir, le frère de la victime s’est interrogé: «S’il n’y avait pas eu de vidéo, connaîtrions-nous la vérité? Ou aurions-nous vu ce qui est sorti récemment? Mais maintenant, nous connaissons la vérité». L’avocat de la famille a ajouté que lors de l’annonce des poursuites, la famille «a commencé à crier et s’enlacer, cela a apporté un court sentiment de délivrance».

«Le chemin que nous avons à parcourir pour tenter d’obtenir justice commence ici.» Afin de calmer les tensions dans cette ville, considérée comme la première ville Afro-américaine, le maire de Charleston Keith Summey, a prit la parole et a expliqué lors d’une conférence de presse que l’arrestation du policier avait été motivée par sa «mauvaise décision», a rapporté le Post and Courier.

«Quand vous prenez une mauvaise décision, peu importe que vous soyez là pour protéger la population ou un simple citoyen dans la rue, vous devez vivre avec cette décision», a déclaré l’édile, cité par le quotidien.

Dans son interview, le maire de Charleston a précisé que les anciennes affaires gérées par le policier allaient être réexaminées à la lumière de l'incident. Il a ajouté que la ville avait reçu une subvention pour l'achat d'une centaine de caméras individuelles destinées à équiper les policiers en uniforme. "Commande a été passée", a-t-il précisé.

feu.jpg

Cet incident intervient dans un contexte déjà tendu et risque de raviver les tensions raciales aux Etats-Unis, déjà secoués par de nombreux cas d’hommes noirs abattus ou brutalisés par des policiers blancs.

La mort début août à Ferguson (Missouri) d’un jeune Noir non armé, tué par un policier blanc, avait provoqué des manifestations dans tout le pays pour dénoncer les violences policières à l’encontre des Noirs.

Le policier de Ferguson n’a finalement pas été poursuivi en justice, faute de preuves, mais le département de la Justice a publié un rapport accablant sur les pratiques racistes coutumières de la police et des responsables de la municipalité, dont plusieurs ont démissionné dans la foulée.

Le rapport était très attendu, les événements survenus à Ferguson, ajoutés à d’autres bavures policières, ayant attisé pendant des mois la colère de la communauté noire et des militants des droits civiques.

Barack Obama, premier président noir des Etats-Unis, avait lui-même affirmé dans une interview à la radio que ce qui se passait à Ferguson «n’est pas un incident isolé».

La Maison Blanche avait alors recommandé que des changements en profondeur aient lieu au sein des forces de police américaines, pour améliorer les relations entre les minorités et les forces de l’ordre.

Un bureau du ministère de la Justice dédié à améliorer les relations entre les policiers et la communauté noire (Cops) a notamment été créé.

sagler.jpg

Confronté par la vidéo et le témoignage du jeune Santana, le policier Michael Sagler risque la peine de mort ou s'il y échappe, une peine de 30 ans minimum lui sera réservée. De plus l'officier de police a dû se trouver un nouvel avocat, car David Aylor son ancien avocat, qui le défendait au début de l'affaire a décidé de lâcher l'affaire après avoir visionné la vidéo qui alourdit les charges contre l'officier Sagler.

La vidéo du meurtre de Walter Scott par l'officier Sagler :

E.L.M.S pour TheLinkFwi@

#monde #EtatsUnis #faitsdivers #policebrutality #handsupdontshoot

18 vues0 commentaire