• ELMS

En République dominicaine, les filles deviennent des garçons à l'âge 12 ans.


En République Dominicaine, dans le village de Salinas, les enfants naissent filles mais développent leurs pénis à l'âge de 12 ans. On les appelle les "Guevedoces".

Ils naissent sous l'apparence d'une femme, avant de changer littéralement de sexe à l'adolescence, En République Dominicaine, on les appelle les "Guevedoces". Autrement dit, les "pénis à 12 ans". Révélé dans un documentaire dans la nouvelle série documentaire de la BBC "Countdown to Life : the extraordinary making of you", diffusée le 14 septembre dernier, le journaliste Michael Mosely s'est rendu à Salinas, un village situé dans le sud-ouest de la République Dominicaine, pour rencontrer ces adolescents élevés comme des petites filles, et dont la vie bascule au moment de la puberté.

Rien de choquant les "Guevedoces de Salinas sont connus à travers le pays, désormais, le monde connait leur problème.

Interviewé par le quotidien The Telegraph, Michael Mosely déclare : "Quand ils naissent, ils n'ont pas de testicules et ressemblent à des petites filles avec ce qui apparaît être un vagin. C'est seulement quand ils approchent de la puberté que le pénis et les testicules se développent. À partir de la puberté, sous l'effet des poussées hormonales, ils retrouvent soudainement leurs attributs. C'est pourquoi on les appelle aussi les "machihembras" (ce qui signifie "d'abord une femme, puis un homme")."

A Salinas, petit village reculé de St Domingue, un enfant sur dix, est touché par cette malformation devenue banale. Au-delà du fait que leurs organes sexuels sont plus petits (testicule, pénis, prostate), rien ne distingue les Guevedoces des autres hommes en République Dominicaine. Ils vivent normalement leur vie comme des hommes à part entière, d'autant que leurs organes sexuels sont totalement fonctionnels. Dans le pays, on les reconnaît seulement grâce à leurs barbes effilées, précise le journaliste.Lorsqu'ils changent de sexe, les Guevedoces ne choisissent pas tous de changer leur nom. C'est pourquoi certains d'entre eux continuent de porter un prénom féminin tout au long de leur vie. Cette anomalie génétique rare, qui touche 1% de la population de Salinas, a été également observée dans d'autres régions du monde, notamment en Tunisie et aussi en Nouvelle-Guinée.

La raison de cette malformation ? une enzyme clée dans le développement des organes sexuels masculins.

Dans les années 1970, l'endocrinologue américaine Julianne Imperato-McGinley, de l'université de Cornell (États-Unis), qui s'est rendue dans le village pour étudier le phénomène, et a découvert qu'il était lié à une carence de l'enzyme 5-alpha-reductase. Celle-ci convertit la testostérone en dihydrotestostérone, une hormone qui rend possible le développement du pénis. Il s'agit d'une condition génétique extrêmement rare, mais assez fréquente dans certaines parties de la République dominicaine, ainsi que dans des villages de Papouasie-Nouvelle-Guinée, où ces enfants sont appelés «turnims», ou «ceux qui vont devenir des hommes.

Alors que ces enfants ont des chromosomes masculins XY à la naissance, ils ont l'air d'être des filles, mais à la puberté, une deuxième poussée de testostérone permet le développement d'organes génitaux masculins. Dans la plupart des cas étudiés, ces organes fonctionnent normalement et les Guevedoces vivent le reste de leurs vies en tant qu'hommes.

Or, si l'organisme est privé de cette enzyme, il ne produit pas de dihydrotestotérone(DHT). Ce qui empêche le développement des organes sexuels masculins jusqu'à l'arrivée de la puberté. C'est d'ailleurs grâce à cette découverte qu'a été mis au point le Finastéride, un médicament utilisé contre le cancer de la prostate, ainsi que pour traiter la calvitie.

E.LM.S pour TheLinkFwi@l'Actualité en un clic !!

Source : BBC@

#RépubliqueDomicaine #santé #caraïbe #société #Monde

90 vues0 commentaire