• ELMS

France-Télévision surveille ses employés


Scandale au sein de France Télévision. Le groupe de chaînes publiques a été épinglé par le Journal Satirique le Canard Enchaîné pour, le "flicage de ses employés". Le journal satirique qui avait déjà évoqué le flicage des salariés par France Télévisions, s’amuse dans son édition du mercredi 23 septembre en page 4, des tentatives de la direction parisienne d’étouffer l’affaire. Tout aurait commencé en Outremer, puis, le "modèle" s'était étendu à l'ensemble des chaînes du groupe.

Le Canard Enchaîné, a révélé en début de semaine, l'existence d'un "flicage" des employés de France-Télévision. Le Consortium public a dans un premier temps nié mais, a révélé l'existence de fichiers avec tous les renseignements sur les employés. On y apprend que c'est Cécile Lefevre, qui avait inauguré la première le système de fichage dans les chaînes d’outre-mer (ex-RFO), lors d'une tournée en Outremer, qui avait mis en place ce système. L'expérimentation concluante, s'était étendue à l'ensemble des chaînes nationales.

La direction de France Télévisions a lancé à partir d'avril 2014 un système de fiches secrètes d'évaluation des salariés, généralisé dans tout le groupe, affirme Le Canard enchaîné.Ce système a été élaboré par l'ancienne direction de France Télévisions, alors présidée par Rémy Pflimlin avec comme DRH Patrice Papet, selon la même source. Depuis l'arrivée à la présidence du groupe de Delphine Ernotte le 22 août, Patrice Papet n'est plus DRH. Remplacé par Arnaud Lesaunier, qui était auparavant DRH adjoint, Patrice Papet est resté conseiller de Delphine Ernotte.L'existence de ces fiches, comportant parfois des commentaires extrêmement sévères sur le comportement des salariés, avait été rendue publique par FO en août dernier. Tous les syndicats avaient décidé de monter au créneau.

Interrogée à ce sujet, la direction a d'abord nié l'existence de ces fiches, avant de se rétracté et d'avouer l'existence de ces documents, sur lesquelles « ni les salariés ni les organisations syndicales n'ont été informés », contrairement à la réglementation, et réaffirmé qu'elle y mettrait fin. Il y aurait donc destruction.

Finalement, la direction vient d’interdire la destruction des fameuses fiches (pardon, de la « revue de personnel », dans le jargon maison). Dans un premier temps, elle avait expliqué que le système de fichage des salariés n’existait pas. Puis, dans un deuxième temps, qu’il allait être abandonné. Et dans un troisième temps, elle avait encore ordonné de détruire les fameuses fiches qui n’ont jamais existé. Voilà donc la dernière plaisanterie : prière de tout stopper et de ne surtout pas détruire les fameuses fiches inexistantes.

C’est par un message interne laconique à ses cadres, jeudi 17, que la présidence a réclamé la « non-destruction d’éléments relatifs à la revue de personnel », précisant : « Les documents, là où ils peuvent exister, devront être conservés. » C'est le juge, chargé de l'affaire, qui a interdit à France Télés de « détruire les documents d’évaluation individuels » « revue de personnel – évaluation de performance et de potentiel ». Pas question de se débarrasser de « documents litigieux » qui pourraient alimenter des plaintes futures, considère la justice.

La direction et les syndicats devraient ce rencontrer pour clôturer cet épineux dossier, qui pourrait coûter cher à France-Télévision.

E.L.M.S pour TheLinkFwi@l'Actualité en un clic !!

#Outremer #France #scandale #société

7 vues0 commentaire