• ELMS

DIVORCE ENTRE ETZOL ET LUREL


Le divorce entre Maryse Etzol et Victorin Lurel est annoncé. Le Maire de Grand Bourg et le Président Toto-Lurel qui jusque là coulaient des jours heureux, bras dessus bras dessous, ne s'entendent plus. Faute à, ,selon l'élue marie-galantaise : Victorin Lurel, mais, les raisons sont plus ou moins floues. Ce départ à J-3 des élections arrive mal pour le candidat socialiste, car faut le dire, Maryse Etzol est une élue d'influence, qui peut faire pencher la balance.

Le divorce entre Maryse Etzol et Victorin Lurel est annoncé. Le Maire de Grand Bourg et le Président Toto-Lurel, qui jusque là coulaient des jours heureux, bras dessus bras dessous, ne s'entendent plus. Faute à,selon l'élue marie-galantaise : Victorin Lurel, qui l'aurait menacé, mais, les raisons sont plus ou moins floues. Ce départ à J-3 des élections arrive mal pour le candidat socialiste, car faut le dire, Maryse Etzol est une élue d'influence, qui peut faire pencher la balance.

C'est sur sa page facebook que Maryse Etzol docteur de profession et Maire de Grand Bourg a annoncé son retrait de la campagne du côté de la "Guadeloupe Pour Tous". Selon les propos (écrits) de l'élue, le Président sortant lui aurait manqué de respect, insulté, l'aurait empêché de parler lors du meeting de Grand-Bourg et l'aurait même menacé, sans oublier les reproches sur le manque de soutien des élus marie-galantais à la campagne de son bloc "La Guadeloupe Toujours mieux." En somme Maryse Etzol accuserait Lurel de gérer les affaires de la Région, tel un roi avec sa cour, où les méritants perçoivent des avantages.

Ces accusations, si elles sont vraies devraient creuser l'écart entre Toto et son principal rival Ary Chalus, donné grand vainqueur de ces élections, selon les sondages.

Il faut le dire, au lendemain du débat opposant les dix candidats à la Présidence Régionale et à moins de trois jours du premier tour, ce départ pourrait coûter cher à Victorin Lurel,qui se bat pour garder son siège au Conseil Régional et dont la campagne est au plus mal.

Dans son message, l'élue marie-galantaise invite ses administrés à faire le bon choix pour leur île, en deux elle inviterait les marie-galantais à voter pour l'adversaire.

Voici les propos de Maryse Etzol :

"Ce mardi 1er décembre 2015, sachant le président de Région et candidat à sa propre succession, présent sur le territoire de Marie-Galante, je me devais d’aller à sa rencontre et de l’accompagner dans ses entretiens avec la population. J'avais d'ailleurs déjà prévu des rencontres avec certains de mes fidèles soutiens. Comme je l’ai dit et répété, rien ne s'opposait à ma présence à ses côtés lors de cette campagne électorale étant solidaire du bilan, fût-t-il imparfait.

Je lui rappelais aussi il y a peu, que je soutiendrais sa candidature malgré la surdité dont il avait fait preuve concernant mon avis sur le choix d’un(e)candidat(e) plus rassembleur(se) , plus fédérateur(trice )à Marie Galante.

La bagarre électorale s’annonçant bien plus difficile que prévue initialement, il nous fallait donc à mon avis, revoir notre stratégie.

Ce 1er décembre tout se passa sans anicroche jusqu’au moment où le président ,après m'avoir appelée à le soutenir à quatre ou cinq reprises , m’invectiva publiquement avec une agressivité inhabituelle.

Il refusa même que je prenne la parole (non! sé micro an mwen!!!) alors que je le rejoignais pour réaffirmer publiquement à la population de Grand Bourg le soutien que je lui portais , en dépit de toutes les maladresses du début de campagne dont je comptais faire fi....(pas d'invitation à participer aux réunions de pré campagne et de campagne , au prétexte que je ne suis pas socialiste..)

Il fit allusion, entre autres, au manque de loyauté des maires de Marie Galante , qu’il trouvait trop critiques à propos de sa gouvernance. Ceux ci ne défendaient pas , selon lui, assez vigoureusement son bilan et ses actions locales.

Face à ce comportement irrespectueux et méprisant à mon égard, et surtout à l’égard de l’ensemble de la population qui me soutient et qui m’a plébiscité lors des deux derniers scrutins, je décide donc de ne plus participer à cette campagne et d’appeler chacun à faire son choix en son âme et conscience. Je laisse le peuple de Marie-Galante seul juge des faits de ce mardi matin.

Je me concentrerai désormais uniquement sur le devenir de mon pays Marie Galante qui, même si il ne représente qu’une «cuillère» de voix à l’échelle de la Guadeloupe, occupera toute mon attention et tout mon temps. Je poursuivrai aussi ma tâche au conseil départemental avec autant d’abnégation, en ne cessant de porter des projets pour mon île dont le retard économique et structurel, à l’instar des îles du sud ou du Nord Grande Terre, n’est plus à démontrer.

Marie-galantaises, Marie-galantais nous sommes soumis à l'impérieuse nécessité de demeurer soudés, quelle que soit l’issue de cette élection, qui semble, par l'incertitude de son dénouement, affecter les égos de certains.

Après ce scrutin, nous risquons encore un peu plus d’être tenus à l’écart des grandes décisions et des grands chantiers. Nous avons donc l’obligation de croire d’abord en nous même et de continuer à œuvrer pour que Marie Galante se développe.

À l’heure où les finances de la communauté des communes sont contestées par la chambre régionale des comptes et que la situation dont j’ai hérité semble bien plus difficile et délicate qu’il n’y paraît, je demande au peuple de Marie Galante d’ici et d’ailleurs de faire preuve de courage et de solidarité pour qu’ensemble nous trouvions les solutions à nos difficultés. Je poursuivrai en lançant un appel aux guadeloupéens, leur disant que j'ai fait partie de la majorité du Président au cours du dernier mandat et que je ne peux donc renier son bilan. Néanmoins ne croyez plus aux hommes providentiels qui pensent détenir la vérité en toute circonstance et qui sont souvent éloignés des préoccupations de celles et ceux qui se battent au quotidien pour subsister.

Aucun homme politique ne peut seul trouver des solutions à des équations économiques de plus en plus complexes. La situation dramatique dans laquelle se trouve notre pays mérite plus d'humilité. L'échec de nos politiques appelle à plus de collégialité dans la prise de décision. L'usure du pouvoir et son exercice solitaire peut altérer le jugement et éloigner des aspirations du peuple. Seul on ne peut aller bien loin. Ensemble, nous sommes plus forts et plus efficaces. Cette pratique du pouvoir je me l'impose à chaque instant, refusant de considérer mon conseil municipal ou encore les conseillers communautaires comme les composantes d'une cour et d'une arrière cour dont je serais la reine. Je ne suis qu'une élue du peuple qui, après avoir donner le cap, a l’humilité de croire en l’intelligence du groupe pour nous faire progresser et affronter les défis qui s'imposent à nous.

Enfin je ne peux laisser salir la mémoire de mes parents qui furent, ce triste mardi, indirectement qualifiés de bourgeois ayant élevé leurs enfants avec une cuillère en argent dans la bouche. La vérité, c'est qu'elle fût un jour en or, après des sacrifices sans nom, qui ont permis la création de l' entreprise familiale, sans aucune aide publique et une cinquantaine d'emplois à la clef. Tout ceci rappelons-le sur une île que beaucoup désertaient. Je suis fière de l'éducation que m'ont donné ces enfants d'un instituteur et d'un ingénieur des eaux et forêts ( école des Barres) . Les valeurs fondamentales qui ont balisé notre parcours sont le travail, l'humilité et le don de soi . Le copinage, le favoritisme n'ayant jamais eu leur place chez nous.

Cher(e) s compatriotes c'est sans amertume et en toute sincérité que je vous invite le 6 décembre à faire votre devoir de citoyen. Votez et faites voter.

Dr Maryse Etzol "

E.L.M.S pour TheLinkFwi@l'Actualité en un clic !!

#Guadeloupe #politique #électionsrégionales2015

130 vues0 commentaire