• Admin

Une Guadeloupéenne récompensée au Canada.


La revue Études internationales remet le prix Paul-Painchaud 2015 à Paméla Obertan, une jeune chercheuse Guadeloupéenne. Passionnée par la recherche et l’international. La jeune femme a réalisé une cotutelle internationale de thèse entre l’UQAM (doctorat en droit) et l’université des Antilles et de la Guyane (doctorat en science politique).

Son nom était jusque là méconnu et pourtant, Pamela Obertan a une fois de plus fait rayonner la Guadeloupe à l'international. En effet, la jeune chercheuse guadeloupéene a reçu le prix Paul Painchaud 2015, pour son article publié dans la revue Études Internationales en septembre 2014, intitulé « Gagner de l’influence dans une négociation asymétrique. Le cas de la coalition de PVD au Conseil des ADPIC de l’OMC ». Son texte a été sélectionné d’après le comité de sélection pour « son originalité, sa combinaison réussie entre théorie et empirie et par son analyse rigoureuse ; de plus, l’article contribue très nettement au champ des Relations internationales et il est prometteur quant aux retombées vers d’autres recherches. » Dans son texte de vulgarisation scientifique, elle traite de l’efficacité de la coalition des pays en développement qui se mobilisent autour des questions de la propriété intellectuelle et de la biopiraterie pour contrer les prétentions des pays plus puissants à durcir la réglementation sur les brevets. Une thématique qui s’intègre dans le cadre de ses nombreux sujets de prédilection comme le brevet du monde agricole, les effets des OGM, la crise alimentaire, le changement climatique.

Une récompense qui vient illustrer un parcours hors-pair. Après avoir effectué une maîtrise en droit international à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et une maitrise en droit européen l’université de Paris XII, elle a obtenu un double-doctorat couronné de la mention très honorable avec les félicitations du jury. Sa thèse a porté sur les stratégies de contestation des pays en voie de développement face à l’universalisation du brevet sur le vivant. Elle a également publié un livre intitulé « Le brevet sur le vivant : une menace pour les peuples autochtones? ». Pamela Obertan a également fait part de son savoir en enseignant des cours de bioéthique à l’Université des Antilles, un cours de droit international au Canada, et en République Dominicaine, un cour sur le changement climatique dans la Caraïbe. La jeune chercheuse est également membre du centre de recherche sur les pouvoirs locaux dans la Caraïbe, ses recherches portent actuellement sur la biodiversité des Outre-mer françaises et le changement climatique dans la zone Caraïbe. En plus de cette distinction, elle se voit également récompenser d’un chèque de 1000$. Créé en 2010, le Prix Paul Painchaud est remis chaque année au meilleur article dans la Revue des Études Internationales.

#Guadeloupe #canada #société #antillesguyane

18 vues0 commentaire