• ELMS

UNE GUADELOUPEENNE VIT UN CAUCHEMARD A QUIMPER


Insultes raciales, menaces, actes de vandalisme, c'est le quotidien de la Guadeloupéenne Anmary Théophile. Créatrice de vêtements, designer de mode installée à Locmaria, près de Quimper en Bretagne. La jeune créatrice a décidé de fermer sa boutique, face au racisme qu'elle subit.

L'information relayée par "Le Telegramme" a de suite fait le tour de la presse quotidienne d'Outremer. Anmary Théophile originaire des Saintes en Guadeloupe et installée en Bretagne, depuis quatre ans, subit un lot quotidien d'insultes raciales, menaces, actes de vandalisme. La designer a décidé de fermer sa boutique, face au racisme qu'elle subit. La créatice connue dans le milieu de la mode avait décidé de s'installer à Quimper en Bretagne pour trouver l'inspiration pour créer ses vêtements. Elle a participé au salon Madame !. Sollicitée par l'association Backstage, elle a aussi présenté sa collection lors de défilés, à Lanniron et dans une galerie de peinture du centre-ville. Face au succès, la guadeloupéenne décide d'ouvrir sa propre enseigne baptisée « Téofildussac ». Plusieurs élus municipaux et les commerçants du quartier sont invités à la soirée inaugurale, le 7 juillet dernier.

Malheureusement, la bonne ambiance ne dura pas. Le climat s'est détérioré. Comme le rapporte le quotidien Quimperrois : «L'un des deux oliviers devant sa vitrine a été volé un mois après. Elle en rachète un aussitôt. Puis un lettrage de son enseigne tombe au sol, suivi d'un deuxième peu après. Le technicien venu réparer s'en étonne. Elle n'en tient pas compte. Arrive le 20 décembre. Les commerçants de Locmaria ont, ce jour-là, décidé d'ouvrir un peu plus tard, en parallèle au marché de Noël « Brin de magie », qui bat son plein. Il est 19 h 30. « J'allais fermer. J'étais de dos, à éteindre mon radiateur, quand deux femmes sont entrées ». Elles commencent par bousculer les mannequins. Les remarques acerbes - « Styliste ? On nous dit qu'elle est styliste ? » S'en suivent de remarque sur sa couleur et le fameux mot : "Sale négresse...Les deux femmes poursuivent : « Comment un propriétaire a pu louer à une négresse dans ce quartier ? T'as rien à faire là. Dégage ! ».

Malgré les conseils avisés de ses soeurs et de ses enfants, installés en Bretagne, Anmary ne porte pas plainte. Les actes de vandalisme continuent et dès lors elle se résigne à porter plainte. En effet comme elle le rapporte : « Dans ma boutique, j'ai tout fait avec amour, j'ai tout investi ! Je suis une battante mais là, je suis fatiguée, c'est trop, je me sens maintenant en insécurité ». Par la suite Anmary a décidé de fermer sa boutique pour retrouver son inspiration, et oublier cet épisode difficile.

"J’ai des projets, et même des propositions de créateurs de Quimper, mais pour le moment, je vais me reposer et partir quelques jours chez moi, retrouver ma famille aux Antilles."

Souhaitons lui bonne chance pour la suite.

E.L.M.S pour TheLinkFwi@l'Actualité en un clic !!

#Guadeloupe #racisme #France #société

17 vues0 commentaire