• ELMS

ALFRED MARIE-JEANNE AU CORRECTIONNEL !!!


Sitôt élu à la tête de la nouvelle collectivité unique de Martinique, sitôt au Tribunal. En effet, début Janvier Alfred Marie-Jeanne président de la CTM se rendra au Tribunal Correctionnel de Fort-De-France où, il devra répondre de plusieurs chefs d'accusation parmi lesquels : prise illégale d'intérêt, faux et usage de faux.. Pour ses avocats, il s'agit d'un procès politique, d'un acharnement. Pourtant, le nom d'Alfred Marie-Jeanne ainsi que celui de sa fille, figurent dans le dossier.

Alfred Marie-Jeanne au Correctionnel ? Oui, vous lisez bien. Sitôt élu, sitôt au Tribunal. En effet, Alfred Marie-Jeanne premier président de la Collectivité Territoriale Unique de Martinique, a rendez-vous avec les juges du Tribunal Correctionnel de Fort-De-France, pour défendre sa cause. En effet Alfred Marie-Jeanne, est mise en examen pour prise illégale d'intérêt, faux et usage de faux en compagnie de sa fille, Maguy Marie-Jeanne. A leur côté un certain Mark Frampton, architecte de profession.

La raison de ces poursuites ? Souvenez-vous, nous sommes en 2009 un certain Green Parrot (en français perroquet vert) envoie une lettre anonyme, assez compromettante pour Alfred Marie-Jeanne, à l'époque président de la Région Martinique. Le nom de sa fille Maguy ainsi que celui de Mark Frampton figurent dans ce courrier. Les motifs de Green Parrot, sont claires, dénoncés les actes "frauduleux" de l'ancien président de Région, qui entre 2004 et 2010 avait prit la responsabilité de reconstruire des écoles sur l'île de la Dominique et de Grenade. Problème, c'est son gendre Mark Frampton, compagnon de Maguy Marie-Jeanne, qui a obtenu le marché. Tandis que sa fill,était à l'époque, la chef du service relations internationales et coopération de la Région Martinique. En politique, ceci constitue un conflit d'intérêt.

Il est surtout repproché à Alfred Marie-Jeanne d'avoir présenté une fausse délibération au contrôle de la légalité, majorée de 200 000 euros par rapport à ce qui avait été voté par les élus. Ce dossier, démarré avec une enveloppe initiale de 500 000 euros environ, était finalement passé à plus d'1,5 million d'euros pour la reconstruction totale de l'école.

Face à cela, en 2013, le juge d'instruction, Thierry Roland avait mis en examen Alfred Marie-Jeanne. Le juge doutait des conditions de passation de marchés de constructions d’écoles notamment, l'école Roosevelt Douglas à la Dominique en 2007. A l'issue de cette mise en examen, le célèbre avocat Alex Ursulet avait déposé une demande en nullité de cette mise en examen contestant la régularité des convocations devant le juge d'instruction. Ce que la Cour d'Appel de Fort-De-France acceptera et finira par annuler la mise en examen d'Alfred Marie-Jeanne ainsi que celle de sa fille Maguy et de Mark Frampton.

Problème, début Mars 2014, le dossier refait surface. Les trois protagonistes sont de nouveau mis en examen par la Justice, sur la base de nouveaux éléments présentés au Procureur de la République Éric Corbaux. Ce dernier avait rédigé et signé, le réquisitoire définitif de renvoi devant le tribunal correctionnel. Après deux ans d'attente, la date du procès est connue.

Alfred Marie-Jeanne, sa fille et Mark Frampton seront donc jugé les 1 et 2 Mars prochains au Tribunal Correctionnel de Fort-De-France.

(Les avocats d'Alfred Marie-Jeanne)

Pour les avocats du président de la CTM, il s'agit évidément d'un procès politique, d'un acharnement politico-médiatique. Pour Me Ursulet, il s'agit même d'une procédure "injuste, indigne et inique". Pour, l'autre d'Alfred Marie-Jeanne, Me Dorval Lodéon,le scénario d'une décision illégale pour favoriser le concubin de la fille d'Alfred Marie-Jeanne ne tient pas » . Il s'agissait de venir en aide à deux pays indépendants victimes d'une catastrophe naturelle et qu'il fallait de l'aide impérativement. En poursuivant, il a dit : " J'expliquerai pourquoi, face à un problème humanitaire et une urgence, il était possible de venir en aide à la Dominique et à Grenade, conformément à la circulaire de Laurent Fabius, de 2001"

L'avocat de Mark Frampton durant la conférence de presse a dénoncé la tournure politique que les événements ont pris, l'avocat a même qualifié ce procès de "3ème tour des élections territoriales" (clin d'oeil aux élections territoriales). De plus, il a parlé d'une partialité du Tribunal, rappelant au passage que, ni lors de l'Assemblée plénière de la Région ou lors des deux délibérations votées en commission permanente, cette aide n'avait été remise en cause. Dans son allocution, l'avocat, a souligné le fait que son client, de nationalité dominicaise, ne peut pas être jugé devant une juridiction française, que son client a signé un contrat avec l'État de la Dominique et l'État de Grenade. Il n'a jamais eu contrats avec la Région.

A l'approche du procès Alfred Marie-Jeanne se dit serein et confiant. "J’attends fermement, calmement cette échéance". Tout en pointant du doigt ceux qui veulent sa tête, entendez par là son départ de la nouvelle collectivité.

“Ils sont nombreux, ceux qui cherchent à manipuler le gouvernement …Ils ne peuvent pas faire annuler les élections sinon nous gagnerons de manière encore plus écrasante, alors ils essaient de me rendre inéligible"...

E.L.M.S pour TheLinkFwi@l'Actualité en un clic !!!

#justice #Martinique #politique #antillesguyane

20 vues0 commentaire