• ELMS

LES ANTILLAIS N'AIMENT PAS LES LEGUMES !


Les Guadeloupéens et les martiniquais seraient-ils fâchés avec les légumes et les fruits ? Il semblerait. Selon l'étude menée auprès de 1313 personnes dont 153 enfants de la Guadeloupe et de la Martinique, les antillais ne mangeraient pas suffisamment de légumes et de fruits. La raison est simple, ils n'aiment tout simplement pas les fruits et les légumes.

L'enquête Kannari, c'est son nom, a été menée auprès de 1313 adultes dont 153 enfants répartis entre la Guadeloupe et la Martinique, révèle que les antillais seraient fâchés avec les légumes et les fruits. L'objectif principale de cette enquête, était de décrire les consommations alimentaires des populations dont les enfants âgés de 11 à 15 ans en Guadeloupe et Martinique en 2013-2014, à partir des données recueillies. Les enquêteurs ont opté pour un questionnaire téléphonique auquel les enfants devaient répondre. Au total, 83 enfants de 11-15 ans en Guadeloupe et 70 en Martinique ont répondu à deux rappels des 24 heures.

L'enquête révèle que, seuls 16,5% d’entre eux consommaient au moins 400 g/j de fruits et légumes, recommandé par le programme national de nutrition santé(PNNS). De plus, l'enquête montre que les antillais ne consommeraient pas suffisamment de produits laitiers : 1,7 portion par jour en moyenne contre 3 à 4 dans le repère du PNNS. En effet, seul 1 enfant sur 5 atteignait le niveau des repères dans les deux départements.

L'enquête a également, calculé la consommation de féculents entre les deux départements. Elle a révélé que les pâtes, le riz et la semoule constituaient les deux tiers des apports en féculents dans les deux départements, tandis que le pain en était la deuxième origine. Au total, 38,5% des enfants de 11-15 ans en consommaient l’équivalent de 3 à 6 portions, selon le repère de consommation du PNNS. La majorité en consommant moins de 3 (55,6%) et 5,9% en consommant plus de 6 par jour. Les résultats différaient selon le département, pour la Guadeloupe, les enquêteurs obtenaient 30,3%, 59,0% et 10,7%, et de 47,8%, 51,8% et 0,4% en Martinique.

L'enquête a aussi révélé que les enfants aux Antillais consommeraient trop de boissons sucrées avec l’équivalent, en moyenne, de plus d’un demi-verre de 250 mL par jour qui est le seuil maximal indiqué par le PNNS pour les enfants et adolescents. En revanche, la consommation totale d’aliments gras et sucrés était plus élevée en Martinique qu’en Guadeloupe, ce qui semblait être la conséquence de consommations plus élevées, bien que non statistiquement significatives, en desserts lactés (p=0,06) et biscuits, gâteaux et viennoiseries (p=0,055 ; tableau 1). La consommation d’aliments gras et salés était estimée quant à elle autour de 18 g par jour, sans différence selon le département.

En ce qui concerne, la consommation de viande, les antillais en mangeraient beaucoup trop. En effet, 28,3% consommaient plus de 2 portions de « viande, poisson, oeufs », c’est-à-dire au-delà du repère du PNNS.

Consommation chez les enfants de Guadeloupe et de Martinique : (Enquête Kannari).

Pour les adultes : Six-cent cinquante et un adultes Guadeloupéens et 662 adultes Martiniquais ont également participé à cette étude "Kannari". Il en ressort qu'un quart d'entre eux consommaient au moins 400 grammes de fruits et légumes par jour, avec une moyenne de 300 grammes par jour. Autre information révélée par cette enquête, 9 adultes sur 10 consommaient des produits laitiers en quantité inférieure aux recommandations du PNNS et un quart dépassait le repère de consommation pour le groupe "viande, poisson, œuf.

En conclusion, nous devrions changer nos habitudes alimentaires pour le bien-être des générations futures. E.L.M.S pour TheLinkFwi@l'Actualité en un clic !!

#Guadeloupe #Martinique #antillesguyane #santé #société

60 vues0 commentaire