• ELMS

LA COLERE NOIRE DE TA-NEHISI COATES


Être noir aux Etats-Unis d'Amérique n'a jamais été une chose facile. Après avoir connue l'esclavage, la ségrégation, les violences raciales, la société américaine vit à l'heure des violences policières et d'un racisme ancré dans les moeurs. Des plaies qui, aujourd'hui encore, gangrènent et divisent profondément. Avec sa plume, le journaliste Ta-Nehisi Coates, nous livre son sentiment sur cette Amérique qui feint d'ignorer la "Colère Noire".

Ta-Nehisi Coates, ce nom ne vous dit rien ? Pourtant aux Etats-Unis, ce journaliste afro-américain est la coqueluche des médias. A 40 ans, celui qui vient de Baltimore, ancien étudiant en journalisme à la prestigieuse Université Afro : Howard University, a déjà travaillé avec les plus grands quotidiens : The Village Voice, Washington City Paper, Time. Il a notamment écrit pour les mondialements connus The New York Times Magazine, The Washington Post, The Washington Monthly, sans oublier "O" : The Oprah Magazine, du nom éponyme d'Oprah Winfrey. Actuellement, il est correspondant pour l'un des plus vieux magazine Outre-Altantique : The Atlantic.

Mis à part son travaille de journaliste, Ta-Nehisi Coates est un écrivain à succès. A son actif deux essais qui ont été plusieurs fois récompensés.

Le premier : The Beautiful Struggle, non traduit mais disponible en version originale,est selon ses termes, une sorte de livre mémoire, limite autobiographique, sur son enfance passée dans les quartiers noirs de Baltimore où il grandit avec un père vétéran de la Guerre du Vietnam, membre du Black-Panther, et créateur de Black Classic Press, une maison d'édition réservée aux oeuvres d'auteurs afro-américains. Dans The Beautiful Struggle, l'auteur révèle que c'est son père, qui aura sept enfants de quatre femmes différentes, aura malgré tout, une influence considérable dans le choix de sa carrière de journaliste.

Le second livre de Ta-Nehisi Coates : Between the world and me, en version française : Colère Noire : Lettre à mon fils, est un cri de colère, une remise en question de cette amérique blanche qui tue, humilie et renie ses compatriotes noirs, qui pourtant, ont contribué au rayonnement planétaire de ce pays nommé Etats-Unis d'Amérique.

Quand on lui demande d'où lui est venu l'idée de ce livre, il répond que c'est en voyant les sanglots de son fils de 15 ans, Samori, suite à l’acquittement des policiers responsables de la mort de Michael Brown, un adolescent noir abattu de six balles à Ferguson, dans le Missouri, qu'il a eu l'envie d'écrire un livre, sous forme de lettre qu'il adresse à son fils, jeune afro-américain qui doit affronter la société américaine. Par la suite, l'auteur s'est posé une question : Comment vivre avec un corps noir, dans cette amérique blanche ? En partant de cette question, l'auteur tente d'expliquer à son fils la société américaine, son malaise, sa violence. Dans ce livre-lettre, il évoque les nombreux périls qui attendent les jeunes afro-américains : bavure policières, brutalité des gangs, le racisme malgré les luttes pour les droits civiques,et même l’élection d’un président noir. Sans oublier, le nombre de prisonniers noirs qui ne cesse d’augmenter et les violences contre les noirs qui n’ont jamais cessé aux États-Unis.

Colère Noire : est avant tout une radioscopique de la société américaine moderne. Loin de clichés de l'american dream, l'auteur dresse un portrait assez noir, de son pays et par son oeuvre, tente avant tout de comprendre d'où vient le racisme dans une société qui est pourtant multiraciale. L'auteur dénonce donc les travers de cet amérique que le monde entier a découvert au travers du mouvement "Black Live Matter" où les noirs, mais aussi des blancs tous unis demandent la fin des violences policières à l'encontre des miorités dont principalement les noirs.

Paru à l'été dernier aux Etats-Unis, Colère Noire a connu un franc succès aux USA. Salué par la critique, il s'est hissé dès sa sortie à la tête des meilleures ventes du New York Times. Il a même reçu le National Book Award en 2015 dans la catégorie "Non-Fiction : Essai". Ta Nehisi Coates a reçu les hommages de Barack Obama qui a dévoré chaque ligne du livre. La romancière Toni Morrisson célèbre pour son oeuvre "Beloved", affirme que Coates est la nouvelle voix qui "comble le vide intellectuel" laissé par la mort de James Baldwin en 1987.

"Mon fils : voilà ce qu'il faut que tu saches : en Amérique, la destruction du corps noir est une tradition - un héritage. Je ne voudrais pas que tu te couches dans un rêve. Je voudrais que tu sois un citoyen de ce monde beau et terrible à la fois, un citoyen conscient. J'ai décidé de ne rien te cacher."

Colère Noire : Lettre à mon Fils est paru aux éditions Autrement, le 27 janvier 2016. Il a été traduit de l'anglais par Thomas Chaumont et préfacé par Alain Mabanckou.

E.L.M.S pour TheLinkFwi@l'Actualité en un clic !!!

#antillesguyane #USA #EtatsUnis #Monde #littérature

18 vues0 commentaire