• ELMS

Une Guadeloupéenne dans la peau de Charlotte dans Dom Juan.


Une guadeloupéenne incarnait le personnage de Charlotte dans Dom Juan de Molière au Théâtre la Tempête à Vincennes. Voici son portrait.

Il y a 350 ans, Molière écrivait Dom Juan ou le Festin de Pierrot, alors qu'était interdit son autre chef d’œuvre Tartuffe. Dom Juan est un seigneur libertin qui vient d’abandonner sa dernière épouse, Elvire, qu’il avait enlevé d’un couvent. Inconstant, il va de conquêtes amoureuse en conquêtes amoureuses et on le retrouve à séduire de jeunes paysannes en leur promettant le mariage. Poursuivi par les frères d’Elvire qui veulent venger leur sœur déshonorée, Dom Juan rencontre un pauvre qu’il tente de corrompre en lui demandant de jurer. Puis il trouve le tombeau d’un Commandeur, homme respectable qu’il a tué en duel. Il se moque de lui en conviant sa statue à dîner avec lui. De retour chez lui, défilent dans son appartement un de ses créanciers, son père, Elvire et la statue du Commandeur. Tous l’invitent à revenir dans le droit chemin : payer ses dettes, respecter l’honneur, recevoir l’amour de Dieu et accepter le repentir. Dom Juan se joue de ces personnages en adoptant une attitude hypocrite. A la fin de la pièce, la statue du Commandeur, qui représente la puissance divine, punit Dom Juan qui brûle sur scène d’un feu invisible. Sganarelle reste à pleurer et à réclamer ses gages impayés

Parmi les personnages récurrents il y a Charlotte, une paysanne dont Pierrot (paysan aussi) est amoureux, un sort joué d’avance, elle ne connaît que lui et ce monde de le paysannerie.

Revisitée en 2016, par la metteur en scène Anne Coutureau, la pièce de Molière a lieu dans une société contemporaine, où la recherche effrénée de l’amour et du désir insatiable dans une grande désinvolture, mêlés à une fragilité cachée du personnage de Dom Juan. Un drame de l’existence qui nous plonge en plein XXIème siècle.

Dans sa nouvelle version, Dom Juan ou le Festin de Pierrot, met cette foi en scène une comédienne "noire" guadeloupéenne et elle s'appelle Alison Valence. Une première pour une pièce de théâtre française. C'est volontairement qu 'Anne Coutureau a fait appel à la jeune guadeloupéenne, pour incarner Charlotte. L'objectif étant de mettre en avant les problèmes que connait notre société. L'action se situe en Banlieue parisienne, les problèmes sociaux, immigration problèmes identitaires des minorités visibles y sont abordés. Charlotte est devenue une jeune femme noires d'origine antillaise, vivant en banlieue mais qui finit par tomber amoureuse d'un jeune blanc Dom Juan, charmeur et si beau parleur. Dom Juan est quant à lui incarné par Florent Guyot.

Pour jouer le rôle de Charlotte la metteur en scène fera appel à Alison Valence originaire de Marie-Galante, une île qui dépend de l’Archipel guadeloupéen. Passionnée depuis son enfance par le théâtre, la comédie, elle commence le théâtre en primaire, au collège, puis c’est au lycée qu’elle y pense plus sérieusement. Alison Valence intègre une école dans le XI ème arrondissement de Paris : le Laboratoire de l’Acteur pendant deux ans. Ensuite ce sera le Conservatoire du XV ème à Paris. Par la suite, elle fait la rencontre Tigran Mekhitarian acteur dans un groupe le « Premier acte », qui lui parlera du casting qu'Anne Coutureau pour sa pièce revisitée. . Alison est retenue, elle sera Charlotte.Une expérience qui comble la jeune comédienne de théâtre, elle qui est encore en formation de comédienne, dans le département de la « Classe libre », dans une grande école française de Théâtre, au Cours Florent. Une double vie qui lui réussit bien.

Face au succès de la pièce qui avait lieu du 15 Mars au 15 Avril, la jeune Charlotte a vu sa carrière décollée. En effet, la jeune comédienne a été engagée dans une nouvelle pièce « La loi de la Gravité », une pièce mise en scène par Anthony Thibault, un texte écrit par Olivier Sylvestre. La Première est prévue pour le mois de mars 2018 au Théâtre de la Loge à Paris.

Une jeune carrière fruit d'une passion et d'un dur travail.

#Guadeloupe #antillesguyane #culture

18 vues0 commentaire