• Admin

DEPENALISER LA PROSTITUTION DANS LA CARAÏBE


Kamala Kempadoo professeure à l'Université d'York au Canada, préconise une dépénalisation de la prostitution dans l'ensemble des pays de la Caraïbe, pour permettre d'encadrer au mieux cette activité.

Faut-il dépénaliser la prostitution dans la Caraïbe ? C'est en tout cas ce que préconise, Kamla Kempadoo, une professeure de renom de l'Université d'York au Canada. Invitée à Cave Hill, à la Barbade, su l'Université des West-Indies, pour la conférence dont le thème portait sur « Qui traite Quoi ? La Caraïbe et le discours sur le trafic humain ». Le professeur Kamala Kempadoo de l'Université d'York, au Canada, pense que dépénaliser la prostitution dans la Caraïbe aiderait la région à encadrer le commerce du sexe, de protéger les groupes à risque, et de lutter contre la stigmatisation et la discrimination contre les personnes engagées dans cette pratique.

Elle s'exprimait ainsi : « La dépénalisation de la prostitution contribuerait largement à faire du commerce du sexe un espace de travail plus sûr et pourrait éliminer les demandes sournoises, les extorsions, les fausses promesses, la criminalisation des travailleuses du sexe par l'immigration, le trafic de personnes qui se retrouvent dans des entreprises louches et ainsi de suite. Il pourrait permettre aux femmes d'avoir accès à la protection de l'État, aux soins de santé et aux droits comme tout autre citoyen ou migrant légal »

En matière d'immigration, l'universitaire, propose en outre moins de restrictions en matière d'immigration, en proposant que « la réglementation sur l'immigration doit être assouplie mais pas durcie. Pour, Kamla Kempadoo, l'ouverture des frontières, je sais, est controversée, mais cela peut dissuader beaucoup de personnes de partir clandestinement, sans papiers, sur des routes incertaines pour obtenir une vie meilleure pour eux-mêmes et leurs familles. Et cela pourrait réduire considérablement le besoin de ce que nous appelons les trafiquants ou les passeurs ».

Dans son allocution, elle a mis en garde sur les effets secondaires graves liés à la façon dont les gouvernements de la Caraïbe gèrent le problème de la traite des personnes, y compris la détention et l'expulsion des victimes, ce qui stigmatise davantage le travail sexuel contre rémunération.

Le professeur a évoqué la publication de noms et de photographies de victimes au Guyana, pour indiquer que cela équivalait à l'humiliation publique et la réprimande des travailleuses du sexe.

« Les efforts de lutte contre la traite ne font que nuire aux travailleurs de la région, en particulier aux femmes qui travaillent et qui essaient de trouver la sécurité sociale et économique pour elles-mêmes et leurs familles, et qui peuvent utiliser leur sexualité pour gagner leur vie ou pour s'en sortir » , a-t-elle soutenu.

L'universitaire a ajouté que l'anti-trafic devient une industrie qui crée plus de « non-libertés » que de libertés, draine des ressources financières et détourne l'attention de la lutte contre les causes de la pauvreté et de l'inégalité.

Source : Caribbean 360

#caraïbe #Monde #société

38 vues0 commentaire