• Admin

ATTENTAT A NICE : AU MOINS 84 MORTS


Triste 14 Juillet en France. Un camion a foncé dans la foule sur la promenade des Anglais à Nice jeudi 14 juillet aux environs de 23 h, pendant le feu d'artifice. Le bilan est très lourd, 84 morts.

Jeudi 14 Juillet, la France célébrait dans la gaieté les festivités de la prise de la Bastille en 1789, marquant la fête nationale lorsque survint l'irréparable. Un attentat à Nice, ville touristique ultra sécurisée avec ses centaines de caméras urbaines et ses policiers en uniforme et en civil en patrouille. Pourtant cela n'a pas empêché un niçois d'origine tunisienne de commettre cette scène d'horreur.

En effet, vers 23 h (heure locale), un camion blanc a foncé dans la foule rassemblée sur la Promenade des Anglais de Nice pour les feux d’artifice du 14-Juillet. Le véhicule aurait roulé à pleine vitesse sur une distance de 2 km, suscitant un mouvement de panique. Des coups de feu ont également été entendus.Des jeunes, des vieux, des couples, des mères avec leurs enfants, des vacanciers sont tombés, tous victimes collatérales d'une guerre qui ne porte pas son nom. Le bilan est très lourd : 84 morts et 18 blessés se trouvant "en urgence absolue", d'après le ministère de l'Intérieur. Le bilan ne cesse de croître. Nombreux sont ceux qui sont morts suite à l'attaque du camion les autres, ont été blessés par balles et en sont morts.

D'après des témoignages confirmés par des sources proches de l'enquête, la police aurait demandé à l’homme très nerveux de s’arrêter, alors qu’il traînait encore des cadavres sous sa remarque. Il est ensuite descendu de son camion et a sorti une arme, les policiers municipaux qui observaient la scène l’ont alors neutralisé. En effet, il aurait tenté de tiré de nouveau sur les agents de police, qui l'ont abattu. Une "grenade inopérante" et des "armes longues factices" auraient également été trouvées dans le camion.

L'auteur serait un niçois d’origine tunisienne âgé de 31 ans, d’après les papiers d’identité retrouvés dans la semi-remorque. Il serait connu pour de petites délinquances mais pas fiché aux services des renseignement (fiche S).

Face à la tragédie, les membres du gouvernement se sont exprimés à commencer par le président : François Hollande dans un discours plein de fermeté et sur un ton grave a déclaré que « l’attaque terroriste islamiste d’une violence absolue ne peut-être nié », même s’il n’y a pour l’instant aucune revendication de l’État islamique. En exprimant sa solidarité à l’égard des victimes avec solennité, le Président a annoncer plusieurs mesures après cette attaque isolée et de grande ampleur d’où la nécessité dit le chef de l’état de rehausser le niveau de protection sur le plan national, mais aussi la poursuite des opérations en Syrie et en Irak..

Dans son discours, le Président de la République a annoncé que l’opération sentinelle est renforcée ainsi que la réserve opérationnelle pour soulager les effectifs qui sont sur le terrain, et l’état d’urgence qui devait se terminer le 26 juillet est prolongé de 3 mois...

Afin de ne pas faire d'amalgame entre islam et islamisme : Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a condamné avec "la plus grande vigueur" l'attentat. "La France vient d'être touchée une nouvelle fois par un attentat d’une gravité extrême", déplore dans un communiqué le CFCM, en condamnant cette attaque "odieuse et abjecte qui vise notre pays le jour même de la Fête nationale qui célèbre les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité".

L'attentat lui, n'a pas a été revendiqué, mais selon certains experts, il porterait la signature de l'organisation Etat Islamique, DAECH actuellement en déroute sur les territoires qu'elle occupait auparavant. En effet en Syrie comme en Irak DAECH perd du terrain mais reste actif notamment à l'étranger où ses membres commettent des attentats particulièrement violents.

#France #violence #Monde #monde

8 vues0 commentaire