• ELMS

WHITNEY PLANTATION : UN MUSEE SUR L'ESCLAVAGE GRANDEUR NATURE


Longtemps fâchés avec leur histoire, les USA ont entrepris depuis environ une décennie de renouer avec ce passé douloureux. Après le National Museum of African American History and Culture qui sera inauguré cette année à Washington, le pays de l'Oncle Sam possède la Whitney Plantation, en Louisiane. La Whitney Plantation est la seule plantation-musée consacrée à la mémoire de l'esclavage dans un pays où l'histoire des noirs a longtemps été passée sous silence. .

Les USA renouent avec leur histoire. Après le National Museum of African American History and Culture de Washington, Le pays de l'Oncle Sam possède la Whitney Plantation. Une habitation de type coloniale située en Louisiane plus exactement dans la petite ville de Wallace près de la Nouvelle-Orléans, qui, depuis 2014 abrite un musée sur l'esclavage en grandeur nature. Il s'agit d'une immersion à travers les 264 ans d'histoire de la plantation.

Du champs d'indigo et de canne à sucre aux baraquements à esclavages, en passant par les geôles de la propriété et la chapelle, tout a été conservé afin de permettre aux visiteurs sans distinction de "race" ou de nationalité de se mettre dans la peau des personnes qui jadis, vécurent sur cette plantation. Depuis son ouverture en 2014, la Whitney Plantation bat des records d'affluence (34 000 la première année) pour un public très varié même si les afro-américains, en quête de leur histoire, constituent le gros des visiteurs. C'est pour dire, ce musée grandeur nature est une première aux USA. Mais derrière cet engouement se cache une véritable histoire..

Avant de devenir un musée, la plantation était connue sous le nom de Habitation Haydel, qui était la propriété de la famille Heidel, qui était à l'époque une très grande famille du sud des Etats-Unis. Fondée par Ambroise Heidel (1702 à.1770) qui avait fuit l'Allemagne avec sa mère et ses frères pour s'installer en Louisiane. Ambroise Heidel se lança dans la culture de l'indigo avec laquelle il fit fortune au point de figurer parmi les plus gros exploitants agricoles de l'Etat. A sa mort, Jean Jacques Haydel Sr, plus jeune fils d'Ambroise abandonna la culture de l'indigo pour celle de la canne à sucre qui rapportait plus. A cette période noire de l'histoire, les Heidel menait un grand train de vie au détriment des trois cent esclaves et leurs familles qui y travaillaient jour et nuit.

A la fin de la Guerre de Sécession suivit l'abolition de l'esclavage, la famille Heidel fit faillite et du se résigner à vendre sa propriétaire à Bradish Johnson originaire de New York, qui rebaptisa son nouveau bien du nom de son petit fils Harry Whitney. L'Habitation Haydel devint la plantation Whitney. Au cours des années qui suivirent, les propriétaires s'enchaînèrent et l'habitation commença à tomber en ruine. Décrite en 1946, comme étant l'une des plus belles maisons du Sud des Etats-Unis et l'un des derniers vestiges d'architecture créole aux USA. Pourtant, l'habitation ne trouvait pas de repreneurs. Il faudra attendre le début des années 2000, pour que l'on s'intéresse de nouveau.

En effet, c'est grâce à un certain John Cummings avocat et agent immobilier de profession que la Whitney Plantation est désormais connu. L'homme d'affaire, passionné d'art et d'histoire a racheté la propriété des mains d'une société de pétrochimie, il a investit 8 Millions $US provenant de sa fortune personnelle pour réhabiliter la bâtisse. Après 15 ans de restauration l'habitation a ouvert ses portes en 2014 en tant que musée. L'objectif est de renouer avec ce passé douloureux que beaucoup préfèrent oublier. Un renouage qui tranche avec le "romanesque" des livres ou des films d'époque.

Appréciée pour son extrême beauté architecturale, la plantation a été choisie par Quentin Tarantino pour le tournage de son film " Django Unchained".

Désormais la Whitney Plantation figure sur la liste des vingt-six lieux de mémoire de l'Histoire des Afro-Américains. Elle est surtout destinée à rendre hommage à tous les esclaves de la plantation elle-même et à tous ceux qui ont souffert sous le joug de l'esclavage dans le Sud des Etats-Unis.

#USA #histoire #culture #Monde

42 vues0 commentaire

Qui sommes-nous ? 

Créé en 2012, The Link Fwi est un organe de presse libre et indépendant. Quotidiennement, retrouvez des articles autour de l'actualité des Antilles-Guyane, de la Caraïbe et des Outre-mer. 

La tâche de The Link Fwi est de diffuser des informations de qualité le plus rapidement possible au plus grand nombre. 

 

The Link Fwi, l'actualité en un clic !!!

Contact

Par mail

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

  • Facebook
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône

© 2023 by Success Consulting. Proudly created with Wix.com