• ELMS

Richard Trèfle ou les lunettes "Made In Guadeloupe"


Peut-on produire local ? Consommer local et vendre nos produits hors de nos frontières ? Oui. C'est le pari fou de Richard Trèfle, jeune créateur lunetier qui a décidé de travailler pour l'économie locale. Le nom de son entreprise : " BELLATRIX", créée il y a un an, elle propose des lunettes "Made In Guadeloupe".

La première fois que nous avons entendu parler de Richard Trèfle, c'était au début du mois de Septembre. Le jeune entrepreneur présentait son projet et vantait ses lunettes "made in Guadeloupe". L'idée de produire des lunettes dans l'archipel, puis de les vendre au marché local et national nous avait plu, car, la jeune entreprise basée à Baie-Mahault en Guadeloupe, avait rejoint le club des créateurs lunetiers d'exception, puisque chaque pièce est unique, par son design et réalisée entièrement à la main.

L'idée d'une interview germait mais nous ne savions pas quand, mais surtout où elle se ferait.

Puis, le 23 Septembre dernier, il y eut le Silmo, le salon mondial de l'optique au Parc des expositions à Villepinte, en région parisienne.Comme son nom l'indique le SILMO, est un salon réunissant les professionnels de l'optique qui durant trois jours, présentent leurs créations, évoquent les dernières tendances. C'était l'occasion rêvée, pour nous qui étions de passage sur Paris, de découvrir les modèles BELLATRIX et de discuter avec cet entrepreneur hors du commun, qui fournit un travail d'exception.

C'est sur son stand qu'il nous recevait.

TheLinkFwi : Richard Trèfle bonjour, merci de recevoir TheLinkFwi sur votre stand, malgré l'affluence vous avez tenu à répondre à nos questions.

Richard Trèfle : Tout le plaisir est pour moi. J'espère qu'il n'y aura pas trop de bruits, car, comme vous le voyez, il y a beacoup de monde. Le Slimo attire des professionnels du monde entier et le public vient découvrir les nouvelles tendances, en matière d'optique. C'est notre première.

TheLinkFwi : Avant de commencer, peux-tu te présenter, parler de ton parcours professionnel, ton parcours dans le domaine de la création de lunettes ?

R.T : TREFLE Richard, j'ai 35 ans, je suis Créateur Lunetier. J'ai fais des Etudes en électrotechnique puis depuis bientôt 15 ans, j'évolue dans le domaine de l‘optique, d’abord en tant que monteur dans une chaîne de magasins d’optique, puis en tant que Responsable d’atelier chez un opticien indépendant qui avait 6 magasins en Guadeloupe.

TLFWI : Pour nos lecteurs, qu'est-ce-qu'un créateur lunetier ?

R.T : C'est simple, c’est une personne qui dessine, fabrique ou vend des lunettes.

TLFWI : Justement qui ou qu'est-ce qui t'as donné l'envie de devenir créateur lunetier ?

R.T : J’avais envie d’apporter un souffle nouveau à la lunetterie avec des formes et des colories

différents. J’ai suivi des formations auprès des Meilleurs Ouvriers de France Lunettiers et ils

m’ont poussé à me lancer en voyant la qualité de mon travail et ma créativité. J’avais envie de

créer ma propre entreprise et vivre de mon métier qui est aussi ma passion. J’adore créer, j’adore

toucher et travailler la matière.

TLFWI : Parle nous de Bellatrix ? D'où t'est venu ce nom original ?

R.T : Je cherchais un nom facile à prononcer dans toutes les langues et qui représentait mon parcours. Bellatrix, qui signifie ténacité en latin résume bien mon parcours et celui d’un entrepreneur.

TLFWI : Ce qui a attiré notre attention, c'est le fait que tes modèles soient fabriqués en Guadeloupe. Pourquoi vouloir fabriquer des lunettes en Guadeloupe ?

R.T : Je suis Guadeloupéen ! Donc je fabrique en Guadeloupe (rires) ! Plus sérieusement, je souhaite démontrer que nous pouvons fabriquer des objets différents sur notre territoire. Il est vrai que les coûts liés aux livraisons des matières premières et des machines peuvent paraître rédhibitoires mais, en tout cas, pour le moment, la création et la production se font en Guadeloupe.

TLFWI : Quels sont les modèles proposés ? (explique)

R.T : Ma collection est composée de 30 modèles des plus classiques à des formes et couleurs plus extravagantes. J’utilise de l’acétate, un plastique de qualité que j’achète dans le Jura, berceau de la lunetterie. J’achète également du tissu que je fais plaquée entre deux plaques d’acétate. Chaque monture de lunette est donc unique car elle est découpée à un endroit différent sur la plaque d’acétate.Je souhaite séduire une clientèle large avec des couleurs et formes discrètes mais aussi permettre à ceux qui souhaitent colorer leurs visages ? des coloris plus extravagants.J’ai souhaité remettre au goût du jour notre tissu traditionnel, le madras. C’est un très beau tissu qui s’accorde à tout type de couleurs de peau et aux divers vêtements que peuvent porter les clients. Hommes et femmes portent le madras grâce à mes lunettes !Tout naturellement, j’ai suivi la tendance du tissu wax qui est revenu à la mode dans le monde de l’habillement et de la décoration. Cela séduit énormément.

TLFWI : Où pouvons nous trouver les modèles Bellatrix en Guadeloupe et en France ?

R.T : Il y a pour le moment sept points de vente en Guadeloupe. Je reçois également les particuliers sur rendez-vous s’ils souhaitent des lunettes sur-mesure. Je proposerai d’ici à la fin de l’année ce service à distance pour les opticiens partenaires.Grâce au salon de l’optique lunetterie Silmo auquel je participe (NDRL le Silmo était du 23 au 26 septembre à Paris), je peux trouver de nouveaux opticiens à Paris, dans le Val d’Oise, à Nice, en Suisse et plus encore.La liste des revendeurs est régulièrement mise à jour sur notre site internet : http://www.bellatrix-optical.com/

TLFWI : En tant que créateur lunetier installé en Guadeloupe, quelles difficultés rencontres-tu ?

R.T : J’ai été accompagné par Guadeloupe Expansion et Initiative Guadeloupe pour la création et lefinancement de mon projet. Cela reste tout de même un parcours du combattant, il faut être sûr deson projet et le travailler suffisamment en amont.De plus, nous avons sollicité des aides financières pour notre participation au salon Silmo etmalgré mes nombreuses sollicitations auprès des organismes divers, nous avons financé cetteaction sur fond propres. Le Président de Région Guadeloupe nous a fait l’honneur de nous rendrevisite sur notre stand et souhaite nous accompagner dans notre développement.Et ne parlons même pas, des frais de livraison, des taxes, octroi de mer etc.

TLFWI : Dans les années à venir, comment vois tu l’évolution de Bellatrix ?

R.T : J’ai beaucoup d’idées en tête ! Les contacts que j’ai pu avoir lors du salon me poussent à voir plus loin. Il faut que je réfléchisse posément à la position que je souhaite mais mon rêve serait que ma

marque soit présente à travers le monde.

TLFWI : Pour conclure, si un client ou un professionnel est intéressé par tes montures, comment doit - il te contacter ?

R.T : Ils trouveront nos coordonnées sur le site internet : http://www.bellatrix-optical.com/ ou su notre page facebook.

#Guadeloupe #antillesguyane #antilleguyane #portrait #économie

520 vues0 commentaire