• ELMS

LA PLACE DE LA VICTOIRE : PLUS QU'UNE PLACE, UN LIEU D'HISTOIRE


La Place de la Victoire ou "La Plas " est le lieu de rendez-vous des guadeloupéens. Quelque soit leur âge, ou qu'ils soient en famille, ils se rencontre le soir, sur une Place de la Victoire animée et chaleureuse. Entre les marchandes de Sorbet et les voitures à Bokit, la Place retrouve son rôle de lieu de vie et de rencontre intergénationnelle. Mis à part ce point, la Place est aussi un lieu d'histoire comme le révèle l'architecture des bâtiments qui l'entourent.

La place de la Victoire est la référence pointoise des lieux urbanistiques centraux de détente et d'espace vert. Côté mer, elle donne sur la Darse. Dans une note un peu vieillotte, elle se cale, côté terre, contre les maisons créoles à étages, les établissements bancaires, l'office du tourisme de style néo-classique, le théâtre-cinéma "la Renaissance" et la sous-préfecture de l'arrondissement de Grande-Terre. En parrallèle, une rangée d'arbres à peu près continue délimite le carré récréatif en savane d'un hectare de la ville. Sa configuration actuelle diffère naturellement de l'ex Grand-Place (appellation attribuée quasiment lors de la fondation de Crooked Island, à la fin des années 1760), puis de la Place Sartine, du nom de l'ancien ministre de la Marine et des Colonies avant d'être rebaptisée. Elle est rebaptisée Pace de la Victoire en 1794, pour célébrer le triomphe des sans culottes sur les aristocrates et des esclaves enfin libérés par le conventionnel Victor Hugues. Lequel y installa durant la Terreur, la guillotine.

Elle prend le nom de Place John Skinner en 1813 du nom du gouverneur et général britannique qui s'était emparé de l'île pour deux ans. Elle change de nouveau de nom lors du rétablissement de la Monarchie, et devient la Place Royale, puis à nouveau et définitivement nommée Place de la Victoire.

Aujourd'hui, manguiers et palmiers-royaux ont complété la vocation paysagère du site. Un kiosque à fanfare y a été également construit en 1930 par l'architecte guadeloupéen Gérard-Michel Corbin. L'activité musicale a du reste été élargie depuis 1990 à l'organisation tous les 4 ans d'un festival de jazz et de salsa où se sont produits entre autres Willie Colon, Nina Simon...La place accueille aussi depuis 1996 le super écran géant du festival du cinéma et des arts visuels "noir tout couleurs". En bout de site, devant la Darse, un aménagement spartiate à base d'esplanade en demi-cercle, de porte-drapeaux métalliques et de plate-forme en cadran solaire, a été récemment opéré, octroyant au lieu un sceau urbanistique des pays de l'Europe du Centre et de l'Est.

Plusieurs Monuments architecturaux se situent aux abords de la Place.

On y trouve :

  • Le Pavillon de la Ville (l'ancien presbytère Saint-Pierre-et-Saint-Paul), construit en 1845.

  • L’office de tourisme, construit en 1927 par la Chambre de commerce et d’industrie, dans un style colonial néo-classique avec des colonnes et des pignons à la grecque.

  • La sous-préfecture de l'arrondissement de Grande-Terre

  • L'ancien théâtre Renaissance désormais fermé. Ce fut la première salle de cinéma de Guadeloupe, bâtie au XXe siècle à l’emplacement d’une écurie.

  • Le kiosque à musique. Construit en 1930 par l'architecte guadeloupéen Gérard-Michel Corbin.

  • La darse. Elle a accueilli la première pompe à essence de la Guadeloupe et servait d'aérodrome aux hydravions à destination de l’Europe.

#guadeloupe #Guadeloupe #antillesguyane #culture #histoire #société

39 vues0 commentaire