• ELMS

[AFFAIRE : WALTER SCOTT] Le procès du policier annulé.


Affaire Walter Scott, le policier blanc libéré.En effet, le procès de l'ancien policier Michael Slager un officier de police, accusé d'avoir abattu cet afro-américain non armé à Charleston,en Caroline du Sud, a été tout simplement annulé lundi, faute de verdict. Décidément la justice n'est pas du côté des noirs aux pays de l'Oncle Sam.

Le meurtre de Walter Scott avait ému les Etats-Unis. Souvenez vous, nous vous en parlions le 9 Avril 2015, sur la première version de notre site TheLinkFwi. Un afro-américain de 50 ans, ancien militaire retraité des Gardes Côtes et visiblement sans histoire était abattu de cinq balles dans le dos par l'officier de police Michael Slager 34 ans à l'époque. Fait grave, l'agent avait tenté de maquiller la scène et, menti sur la victime.

Rappel des faits :

" Tout partait d'un banal contrôle routier, un samedi près de Charleston en Caroline du Sud. L'officier de policer Michaël Sagler 33 ans arrête Walter Scott 50 ans ancien militaire,retraité des Gardes Côtes, pour un feu arrière cassé. L'échange semble courtois puis soudain les deux hommes se disputent et en viennent aux mains. Walter Scott tente de s'échapper une première fois mais se fait rattraper par le policier. La bagarre continue, le policer tente de maîtriser sa future victime, qui de nouveau essaie de s'enfuir mais là, c'est le drame ! Michael Sagler prend son arme et tire à huit reprises sur un Walter Scott désarmé, cinq balles transperceront son corps.Walter Scott gît sur la pelouse, mort ! Comble de l'histoire l'officier de police, sans doute conscient de sa bavure, avait maquillé la scène de crime et, menti sur la victime. Dans la vidéo qui avait fait le buzz sur la toile on y voit le policier lui tirer dans le dos à huit reprises, touchant la victime cinq fois.

Après les coups de feu, le policier, affirma via sa radio que la victime avait pris son pistolet paralysant, ce qu'avait réfuté le seul témoin de la scène Feidin Santana qui se rendait à son travail à ce moment là."

Ainsi, le témoin déclarait : " Avant que je ne commence à filmer, les deux hommes étaient par terre. Je me rappelle que le policier maitrisait la situation. Il avait maitrisé Mr Scott, qui essayait de s’éloigner du Taser. Mais comme je l’ai mentionné, Mr Scott n’a jamais essayé d’utiliser le taser contre le policier. Comme on peut voir dans la vidéo, le policier l’a tout simplement abattu dans le dos. Et c’est la que j’ai compris que je filmais quelque chose « d’énorme ». déclare Feidin Santana dans l’interview. "On peut entendre le bruit d’un Taser... Je pense que la victime [Walter Scott] essayait juste d’échapper au Taser." Dans une autre interview accordée à une autre chaîne de télé, le témoin dit ne pas avoir entendu l’officier lancer d’avertissement avant de dégainer. Selon lui, Walter Scott n’aurait pas dit un mot lors du contrôle. Un enregistrement sonore de l’appel au Central de Michael Slager a également été publié, révélant de fortes divergences entre les déclarations de l'officier et la vidéo de Feidin Santana. Michael Slager a déclaré s’être senti menacé, car Walter Scott avait essayé de se saisir de son Taser. Sur la vidéo, on le voit clairement lâcher un objet au sol près du corps de Walter Scott, ce qui constitue une dissimulation de preuve ! Feidin Santana, a donné la vidéo à la famille pour qu'ils se préparent au procès qui s'annonce comme il l'explique lui-même : "J'ai pensé à la situation dans laquelle ils étaient. (...) Si un membre de ma famille subissait cela, j'aimerais pouvoir connaître la vérité...Vous savez, (le policier) a pris une mauvaise décision et vous en payez les conséquences toute votre vie. (...) M. Scott ne méritait pas cela, il y avait d'autres manières de faire pour l'arrêter".

Malgré ce témoignage et la vidéo qui pourtant constituent des preuves de la culpabilité du policier, la justice a tout simplement annulé le procès. La faute au douze jurés, composé de onze blancs et un noir. Les jurés ne sont pas parvenus à s'accorder sur la culpabilité de Michael Slager. Face à cela, le juge Clifton Newman, qui présidait l'audience a donc annulé le procès : "Je déclare l'annulation de ce procès".

Il faut savoir que, les procès d'assises en Caroline du Sud exigent que les jurés parviennent à un consensus, faute de quoi le procès est annulé et l'accusé est rejugé ultérieurement par un autre jury. Le juge Newman avait refusé vendredi d'en arriver à cette extrémité, et renvoyé les jurés à leurs délibérations.

Michael Slager est donc repartit libre et échappe donc à une peine de prison qui pouvait aller de 2 à 30 ans de réclusion criminelle.

#USA #faitsdivers #justice

42 vues0 commentaire