• ELMS

Ouragan IRMA : L'heure du premier bilan dans les Caraïbes.


Des paysages apocalyptiques, des habitations détruites, des hôtels ravagés, l'aéroport international dévasté, les routes impraticables, les lignes téléphoniques et internet coupées. 24 h après l'horreur qui s'est abattu sur nos consoeurs des îles du nord de St Martin, St Barthélémy, l'heure est au bilan pour ses deux îles, mais aussi pour Barbuda, Anguilla, Les Îles Vierges et Porto Rico, des îles connues pour être des destinations de charmes pour les touristes fortunés.

Moins de 24 h après le passage du Monstre,les îles du Nord de l'arc Antillais se réveillent secouer par ce qui leur est arrivé. Irma, Ouragan classé catégorie 5 a complètement détruit ces îles paradisiaques.Des habitations détruites, des bâtiments officiels écrasés,des hôtels ravagés, l'aéroport international dévasté, les routes impraticables, les lignes téléphoniques et internet coupées, ce sont des paysages apocalyptiques dignes des pays en guerre que l'on retrouve à St Martin, St Barthélémy mais aussi à Antigua & Barbuda, aux îles vierges britanniques et américaines.

Connues pour êtres des destinations très touristiques, les îles du Nord qui étaient placées en vigilance violet, ne sont plus que l'ombre d'elles-mêmes.

En effet, sur place le bilan est lourd, selon Daniel Gibbs, président de la collectivité de Saint-Martin, l'île est détruite à 95%. Au moins 10 personnes sont mortes.

A Saint-Barthélémy haut lieu du tourisme de luxe, même constat, c'est l'horreur. Tous les toits des maisons et des gîtes ont été arrachés et les routes sont impraticables. Selon les informations dévoilées par la préfecture de Guadeloupe, l’aéroport et l’hôpital de Saint-Barth sont détruits, tout comme une partie de la caserne des pompiers. Sans possibilité de contacter l'extérieur, les St-Barths ne peuvent pour le moment que compter sur eux-mêmes, en attendant les renforts de la Guadeloupe et de France.

Face à la catastrophe, la ministre de l’outre-mer Annick Girardin est arrivée en Guadeloupe dans la nuit de mercredi à jeudi avec un détachement de 120 éléments de la sécurité civile, des sapeurs-pompiers d’île-de-France et de la Croix-Rouge. La ministre doit effectuer ce jeudi matin, une reconnaissance aérienne pour mieux évaluer l’ampleur des dégâts et envisager avec plus de précisions les moyens à mettre en œuvre. En attendant, les habitants des deux îles manquent de tout, eau, électricité, réseaux téléphoniques pour prévenir leurs proches. Les heures sont interminables. Un habitants de Sain-Barthélémy témoignait sur les ondes de Guadeloupe 1ère « On marchait entre les tombes des cimetières détruits, les toits (des maisons) détruits, les gens étaient démunis. Au réveil il n’y avait plus rien. C’est comme si on avait enlevé l’âme de Saint-Barth » qui « ressemble à un morceau de caillou vide » Les dégâts sont atroces » et « on ne sait pas quoi faire », dit-il. « On attend, on a plus d’eau, d’électricité. On n’a plus d’informations, nous sommes coupés du monde. »

Emmanuel Macron en déplacement en Grèce a annoncé durant la conférence de presse qu'il se rendrait dans les îles du nord dès que possible dans les zones sinistrées. Avant son voyage officiel, Emmanuel Macron a participé à une réunion de la cellule de crise, à l'issue de laquelle il a a fait part de sa "profonde compassion" et exprimé sa "solidarité" avec les personnes touchées par Irma.

Gérard Collomb, ministre de l'intérieur a annoncé que la priorité était de rétablir l'électricité, les communications, d'ouvrir les axes routiers et d'acheminer eau et nourriture dans les zones touchées. Edouard Philippe, dans sa conférence de presse a signalé que bien avant le passage de l'ouragan, "Soixante militaires de la sécurité civile et des réserves d’eau et de nourriture avaient été envoyés. Quatre-vingts pompiers venus de Guadeloupe, Martinique et Guyane, avaient été prépositionnés avant le cyclone". D'autres renforts seront dépêchés sur place. Le premier minitre parle de "400 gendarmes et 400 pompiers de la sécurité civile sont en train d’arriver sur les îles." il a aussi parlé des appareils navals mobilisés ou réquisitionnés, citant deux frégates, deux avions Falcon, un avion 340, quatre hélicoptères et sept navires civils. "S’agissant des moyens matériels réquisitionnés ou mobilisés ils sont à la hauteur des dégâts considérables", a-t-il posé.

Le premier ministre a énuméré les priorités du gouvernement face à la catastrophe : "Les priorités sont les suivantes: tout d'abord, des opérations de reconnaissance pour venir en aide aux populations et adapter nos réponses. Apporter un secours immédiat aux populations en leur acheminant eau et nourriture. Des milliers de bouteilles d’eau sont déjà sur site et une barge est en cours d’acheminement. Organiser les évacuations sanitaires en lien avec les centres hospitaliers de Guadeloupe et de Martinique où des lits y ont été installés. Assurer la sécurité et l’ordre public. Ce sera la mission des escadrons de gendarmerie mobile et du procureur de Basse-Terre qui arrivera sur zone dans l’heure qui vient. Rétablir l’électricité: plusieurs groupes électrogènes sont en préparation d’acheminement depuis la Guadeloupe et des groupes plus lourds partiront de l’Hexagone au plus tard dimanche prochain."

Remerciant le dévouement et l'action des services dans les îles frappées de plein fouet, il a lancé qu'ils étaient "la traduction de la solidarité nationale et la fierté de la nation." Il s'est ensuite reporté sur les populations concernées par le drame où des familles sont endeuillées: "Nos compatriotes de Saint-Martin et de Saint-Barthélémy viennent de vivre un événement d’une violence sans précédent dans les Antilles. Beaucoup sont sous le choc d’avoir perdu leur toit, leurs biens, et bien plus encore, parfois dans l’angoisse d’être sans nouvelles de leurs proches".

Il a ensuite incité les Français à faire preuve de générosité en donnant à la Fondation de France dont il a rappelé le numéro: 08-00-500-100. L'Etat de Catastrophe naturelle a été déclaré.

À Sint Marteen, la partie hollandaise de l'île, «les dégâts sont énormes», selon le premier ministre néerlandais, Mark Rutte. Jeudi soir, le gouvernement a annoncé qu'une personne avait été tuée.

L'île de Barbuda dévastée :

Première île des Caraïbe touchée par le passage d'IRMA, l'île de Barbuda dans l'archipel d'Antigua & Barbuda a elle aussi été sévèrement frappée. Selon le premier ministre Gaston Browne, l'île est complètement dévastée. 95% de l'île est détruit, tout est à reconstruire. Tandis que 60% de la population de l'île est désormais sans abris. Un homme aurait perdu la vie.

“In fact, I believe that on a per capita basis, the extent of the destruction in Barbuda is unprecedented. And it is unprecedented based on the type of storm. Hurricane Irma would have been easily the most powerful hurricane to have stormed through the Caribbean and it is extremely unfortunate that Barbuda was right in its path.

“From my observation, having done an aerial survey, I would say that about 95 percent of the properties would have suffered some level of damage; they would have lost at least a part of their roofs, some have lost whole roofs, some properties have been totally demolished. It is absolutely heart-wrenching,” he added.

"En fait, je crois que, par habitant, l'ampleur de la destruction à Barbuda est sans précédent. L'ouragan Irma est de loin l'ouragan le plus puissant qui ait touché les Caraïbes et c'est regrettable que Barbuda ait été dans sa trajectoire. D'après mon observation, après avoir fait survolé l'île, je dirais qu'environ 95% des propriétés auraient subi un certain niveau de dégâts; ils auraient perdu au moins une partie de leurs toits, certains ont perdu des toits entiers, certaines propriétés ont été complètement démolies. "

Le premier ministre Browne a ajouté que pour le moment l'île est coupée du monde car, les systèmes de communications ont été détruits et que les réparations prendraient des semaines, des mois voire des années. Face à l'arrivée du nouvel Ouragan Jose, Gaston Browne a déclaré que l'ensemble de la population de Barbuda serait évacuée vers Antigua.

Mêmes scènes de désolation à Anguilla où une personne est morte. L'office de tourisme a rapporté que les principales stations balnéaires de l'île ont survécu à un coup de l'ouragan Irma, mais de nombreuses maisons privées ont été endommagées.

A Porto Rico : 3 millions d'habitants sans eau et électricité :

Le territoire américain de Porto Rico qui fait régulièrement parler de lui pour sa grave crise financière avec une dette de 74 milliards de dollars, a déclaré en mai 2017 le plus gros processus de faillite jamais lancé par une entité locale aux Etats-Unis.

L'Etat associé des Etats-Unis, a relativement épargné par l'ouragan Irma dont l'œil est passé au nord de l'île américaine sans vraiment l'atteindre. Cependant, deux femmes et un homme ont été tués par le passage dévastateur de l'ouragan sur l'île de Porto Rico, selon une annonce faite par le gouverneur du territoire américain des Caraïbes. Une femme invalide de 79 ans a péri lors de son transfert vers un centre d'hébergement, une autre femme a été électrocutée chez elle et un homme a perdu la vie à la suite d'un accident de voiture. Plus de la moitié des 3 millions d'habitants de Porto Rico sont désormais sans électricité et des rivières sont sorties de leur lit dans le centre et le nord de l'île.

Irma poursuit sa route destructrice dans les Grandes Antilles. . Elle est désormais sur la République Dominicaine et Haiti qui est encore traumatisée par l'Ouragan Matthew qui avait fait des centaines de morts en 2016, les habitants d'Haïti se préparent à subir l'impact d'Irma, bien plus puissant que son prédécesseur.Si Matthew avait frappé principalement le sud-est du pays, c'est cette fois le nord de l'île qui est directement menacé. Si «le pays le plus vulnérable du monde» n'est pas dans la trajectoire directe du cyclone, son passage au large des côtes Nord devrait toutefois provoquer de fortes pluies et de violentes rafales de vents. Sur place, c'est l'anxiété, car, entre 500.000 et 1 million de personnes seront directement menacées au nord de l'île par des inondations et les rafales de vent.

Cuba est en état d'alerte.

La défense civile cubaine a relevé jeudi le niveau d’alerte dans sept provinces du centre et de l’est du pays, où près de 10.000 touristes étrangers ont déjà été placés en lieu-sûr.

L’Etat-major de la Défense civile, toujours très réactif face aux intempéries, a déclaré la «phase d’alarme» dans les provinces orientales de Guantanamo, Santiago de Cuba, Granma, Holguin, Las Tunas, et centrales de Camagüey et Ciego de Avila.

La «phase d’alarme» prévoit notamment l’interdiction totale de la circulation et la coupure préventive des réseaux électriques. Les agences de l’Etat ont notamment reçu pour instruction d'«augmenter les mesures de sécurité pour limiter les mouvements de personnes et de véhicules et d’autres activités pouvant mettre des vies en danger».

Par ailleurs, la «phase d’alerte» a été maintenue à Villa Clara (centre) et élargie aux provinces voisines de Sancti Spiritus, Cienfuegos et Matanzas.

La région de La Havane et ses plus de deux millions d’habitants, qui pourrait être épargnée par les rafales les plus violentes, a pour l’heure été maintenue «en phase informative».

Dans les zones touristiques les plus menacées, notamment les «Cayos» («îlots», ndlr) de la partie nord, nord-est du pays, plusieurs milliers de touristes étrangers ont été évacués, a annoncé le ministère du Tourisme.

A Cayo Coco, Cayo Guillermo et Cayo Santa Maria, célèbres pour leurs plages de sable blanc, plus de 6.000 vacanciers ont été déplacés vers la station balnéaire de Varadero et La Havane, a priori situées hors de la zone de danger.

Dans la province de Camagüey, également riche en installations hôtelières, plus de 2.400 touristes ont également été évacués vers l’intérieur de l’île.

Ces «touristes, dont 60% de Canadiens (...) sont totalement à l’abri, ils ont été placés dans des installations préparées» pour les recevoir, a déclaré aux médias d’Etat le ministre du Tourisme Manuel Marrero, précisant que «les accès aux zones touristiques les plus vulnérables avaient été fermés».

Ces jours derniers, plusieurs tour-opérateurs canadiens ont également rapatrié dans leur pays une partie de leurs clients, a précisé le ministère.

L’ouragan de catégorie 5, soit le maximum sur l’échelle permettant de mesurer l’intensité des ouragans, se dirigeait jeudi vers la République Dominicaine et Haïti, et est attendu vendredi soir à Cuba.

L’oeil de l’ouragan destructeur ne devrait toutefois pas toucher la plus grande île des Caraïbes, selon les prévisions du Centre national américain des ouragans (NHC)

#Caraïbe #SaintMartin #StBarthélémy #haiti #Cuba #Guadeloupe #AntiguaBarbuda #antillesguyane

122 vues0 commentaire