• ELMS

La Pool Art Fair, fait carton plein !


Pour la neuvième année consécutive, la Pool Art Fair a connu un franc succès. Le salon international d'art a rassemblé plus de cinq mille passionnés autour d'artistes venus d'horizons différents. Pour cette nouvelle édition, la Pool Art Fair a établi ses quartiers au terminal de croisières de Pointe-à-Pitre. Durant trois jours l'art contemporain se sublimait.

Le week end dernier s'il y avait bien une sortie à faire, c'était la Pool Art Fair. Pour ceux qui n'en ont jamais entendu parler, la Pool Art Fair est le plus grand événement artistique en Guadeloupe. Il est même l'unique salon d'art contemporain dans la Caraïbe.

Créée en 2004 à New York, puis en 2009 en Guadeloupe, la Pool Art Fair est un projet de l'association Frere Independent représentée en la personne de Thierry Alet, célèbre artiste plasticien guadeloupéen qui a notamment fait ses études au Pratt Institute à Brooklyn New York..

Dans la lignée des salons d'art contemporain qui ont lieu partout ailleurs dans le monde, le salon international Pool Art Fair est à la fois un lieu d'échange culturel et commercial. Il s'inscrit également dans la tendance globale du développement des foires d'art contemporain.

Environ une soixantaine d'exposants originaires d'horizons différents étaient présents. Qu'ils soient plasticiens, graffeurs, photographes. Qu'ils viennent de Chine, du Japon, de la Barbade, d'Haïti, de Saint-Martin, de Côte d'Ivoire, du Bénin, du Cameroun, de la France Hexagonale ou même de la Guadeloupe, ils ont joué le jeu.

Notre archipel était lui représenté par des artistes de renom. Citons, Jean Marc Hunt, Jérôme Jean-Charles, Cédrick Isham Calvados, Jacky Poulier, Etienne Roussas, Lucien Leogane, Yeswoo Dini, Astrid Billy, Tristan Grimberg ou encore Alfredus, Tony Quimpert et Thierry Alet lui-même.

La Pool Art Fair a eu le mérite d'accueillir tout type de public. Ainsi, le vendredi, les scolaires ont eu la chance de découvrir les oeuvres et s'initier à la peinture grâce à la méthode de « spin painting » proposée par Thierry Alet.

En outre, en marge de l'exposition, le public avait la possibilité de participer à des conférences. Le point d'orgue du salon reste la Soirée Corpus Christi du Samedi soir où 400 personnes sont venues assister aux performances de Mister Ride, Xan, Yeswoo Dini, Steek ainsi que celles de chanteuses, d'expressions poétiques et scéniques avec Habdaphai, Lyz Boula, Astrid Billy, Atadja Lewa, Le Chevalier-Farge de la Tour et la jeune Meya.

Pour cette 9e édition, la France était le pays invité. La raison de ce choix est simple et c'est Thierry Alet qui l'explique lui-même : " Les indépendantistes revendiquent une certaine vision de la Guadeloupe, les autonomistes pareil, les syndicalistes aussi. Certains voient la France comme un pays mère patrie, d'autres la perçoivent comme un colonisateur, un oppresseur. Puis, c'est vrai que la Guadeloupe est une région unique en son genre. Elle est française dans la Caraïbe, il y a l' insularité voire une double insularité pour ce qui est de nos dépendances. Malgré cela notre archipel regorge de talents. La France pays invité n'entre pas dans une revendication politique mais il y a l'idée de partage entre les deux rives. Il s'agit de montrer que l'art guadeloupéen existe bel et bien et il nous a semblé important que les deux-mondes de l'art se rencontrent "

Cette nouvelle édition a connu un franc succès. Selon les organisateurs environ 5 500 visiteurs (4 500 en 2017) ont fait le déplacement durant ces trois jours d'exposition. De ce fait la Pool Art Fair s'impose donc dans le paysage artistique guadeloupéen et caribéen.

#culture #antillesguyane #Guadeloupe #Caraïbe #France #caraïbe

60 vues0 commentaire