• ELMS

La Guadeloupe n'est plus le département le plus violent de France !


C'est une nouvelle des plus positives. La Guadeloupe longtemps en tête du triste palmarès des départements les plus violents de France, n'est plus. Les chiffres de la violence révélés par la préfecture montre combien la Guadeloupe a fait des efforts pour faire diminuer la violence. Seul bémol : les violences intra-familiales ainsi que les vols à la roulotte, encore très forts.

Le 22 Janvier dernier, le préfet des îles de Guadeloupe présentait ses voeux aux services de forces de l'ordre. Pour l'occasion, le Philippe Gustin a annoncé que la Guadeloupe n'était plus le département le plus violent de France.

Ainsi, fini le temps où la Guadeloupe vivait au gré des faits-divers sanglants. Pendant des années, l'archipel guadeloupéen figurait en tête du triste palmarès des départements les plus violents de France. Pas un jour, pas une semaine, sans qu'un meurtre ne soit annoncé dans les journaux locaux. Désormais, la Guadeloupe renoue avec la paix. Résultat des politiques préventives mises en place par les pouvoirs publics. A savoir, la Région et l'Etat.

Les chiffres indiquent une forte baisse du nombre d’atteinte aux biens, ainsi qu’une baisse durable des violences physiques. En effet, en 2018, l'archipel n'enregistrait que 15 faits de violence pour 395 000 habitants. L' île laisse la tête de peloton à la Guyane (23 morts violentes pour une population de 287 000 habitants).

Les tentatives d’homicide sont quant à elle en légère augmentation : 55 faits contre 52. Malgré la baisse des homicides, les atteintes volontaires à l’intégrité physique demeurent plus importantes en Guadeloupe que la moyenne nationale. On relève 14 atteintes pour 1000 habitants en Guadeloupe contre 9,42 pour 1000 habitants en France.

Tous les chiffres sont au vert. Pour ce qui est des vols avec violence, la Préfecture a recensé une baisse considérable avec 11 600 faits en 2018 contre 13 400 en 2017. Le plan de lutte contre la délinquance avec la police de sécurité du quotidien lancé en 2016 sera reconduit en 2019.

Les cambriolages sont eux aussi en baisse, en 2018 pour atteindre le nombre de 2000 faits constatés en 2018 contre 3200 en 2017. Les vols à main armée avec arme à feu enregistrent la plus forte baisse (-35,6%). Leur nombre a été divisé par deux entre 2016 et 2018 : 521 en 2016, contre 250 l’an dernier. Les vols avec arme blanche diminuent quant à eux de 17% : 146 en 2018 contre 176 en 2016.

Baisse des atteintes à la personne :

Toujours sur cette note positive, en 2015, alors que l'île enregistrait un fort taux de violence sur les personnes : on observe une baisse considérable avec (-23%) des violences physiques crapuleuses. Ce chiffre participe ainsi à la baisse globale du nombre d’atteintes volontaires à l’intégrité physique : 5730 en 2018 contre 5870 en 2017. Néanmoins, la Préfecture relève une augmentation des violences des violences physiques non crapuleuses de plus de 7%. En 2018, 3100 faits de cette nature contre 2900 en 2017.

Hausse des violences intra-familiales :

Seule ombre au tableau; les violences intra-familiales toujours très fortes chez nous. Ces violences intra-familiales comprennent : « les rixes de bar, mais plus encore, les mauvais traitements sur enfants, les violences entre voisins, les violences entre conjoints et plus globalement, les violences au sein des familles.» Des conflits qui peuvent conduire à la mort.

#Guadeloupe #antillesguyane #société #justice #faitsdivers #politique

183 vues0 commentaire