• ELMS

Tout savoir sur Pâque aux Antilles

Dernière mise à jour : 20 mai 2020


En Guadeloupe comme en Martinique, la période pascale est le moment le plus important de la vie religieuse des antillais, mais, c'est surtout l'occasion pour eux de camper sur les bords des plages ou des rivières,en famille ou entre amis à déguster de plats à base de crabe.

S'il existe une tradition bien ancrée dans la vie des Guadeloupéens et des Martiniquais, c'est le fameux week-end pascal. Cette période aux origines religieuses, très marquée aux Antilles-Françaises, est avant tout, l'occasion pour les antillais de s'adonner à une vieille tradition, le camping. En famille ou entre amis, ils envahissent les bords des plages et des rivières; le temps d'une semaine voire deux, soit toute la durée de la fête pascale.

Pâque : une fête religieuse.

Pâque, c'est avant tout une fête religieuse chrétienne, commémorant la résurrection de Jésus-Christ, trois jours après sa crucifixion. C'est donc le jour le plus saint pour le calendrier chrétien. C'est la fin du jeûne du Carême, qui dure 40 jours au cours desquels, aucun excès n'est toléré.

De ce fait, Pâque est une fête dite d " obligation " selon l'Eglise catholique. Ce qui veut dire, qu’il est obligatoire de chômer et d'assister à la messe. Pendant longtemps, Pâque était surtout synonyme de pénitence pour les fidèles qui allaient communier et étaient forcés de se confesser. C'est aussi l'occasion pour le pape de prononcer sa bénédiction urbi et orbi.

Bien que les traditions diffèrent selon les pays, Pâque est célébrée dans la quasi-totalité des pays chrétiens dans le Monde. Les deux jours de Pâques (le dimanche et le lundi) sont reconnus comme jours fériés par la plupart de ces pays, excepté aux États-Unis où Pâques est célébrée seulement le dimanche tandis que le lundi est un jour comme les autres.

La fête religieuse de Pâque se déroule sur plusieurs jours.

- Le vendredi saint où les fidèles imitent Jésus-Christ en arpentant le chemin de croix que l’on effectue dès le plus jeune âge entouré des grands-parents, parents, tantes, cousins, cousines, etc…Une marche pas toujours évidente car généralement, elle s’effectue sous un soleil de plomb et sur un parcours en dénivelé et plutôt technique.

- Le samedi " gloria" qui marque la fin du carême ( jeûne chrétien ). Les fidèles vont à la messe. Après la messe de la veillée Pascal et une période de carême d’une quarantaine de jours, les soirées et autres animations festives refont surface.

- Le dimanche de Pâque, où les fidèles vont à la messe pour ensuite manger les plats traditionnels.

- Le lundi, où là, tout le monde se lâche.

Pâque : des moments conviviaux entre amis et en famille :

Aux Antilles, Pâque est le fruit d'un véritable syncrétisme entre les traditions religieuses européennes, amenées par les colons et anciens propriétaires d'esclaves, les rites africains, et ceux des amérindiens.

De nos jours, Pâque est le moment des retrouvailles familiales et amicales sur les plages et les rivières. Ainsi, c'est une véritable invasion de tentes, de bâches, de hamacs, de table de pic-nic.

Les plus téméraires apportent même des groupes électrogènes pour les réfrigérateurs, la sono, les TV et les paraboles, pour ne pas manquer le match de football.

Certaines familles occupent le même coin de plage depuis plusieurs décennies.

Pâque, une tradition culinaire :

Si Pâque est l'occasion pour les guadeloupéens et les martiniquais de faire preuve de piéter, ou qu'elle est l'occasion de rencontres entre amis ou en famille, la fête pascale est aussi la période où les antillais concoctent des mets raffinés.

La tradition veut que l'on mange des plats à base de crabe. Pour cela, un mois avant la fête, soit dès le début du Carême, des chasseurs de crabes, généralement des jeunes, vont poser des pièges ( en créole " Zatrap " ) dans la mangrove. Seules deux catégories de crabe sont autorisées à la chasse, le touloulou que l'on retrouve autour des arbres des plages ou le " mantou" dit crabe de mangrove.

2 techniques se transmettent depuis des générations :

– A la nuit tombée à proximité des terriers sur les plages, dans les champs de cannes, de bananes ou dans la mangrove, sont déposées des zatrap’ou ratières, pièges faits main avec des appâts à base de piments, noix de coco ou bananes.

– La seconde se fait à la main : les chasseurs partent à la recherche des crabes et attendent qu’ils sortent de leurs terriers ou plongent leur main dedans pour les attraper.

Une fois attrapés, ils sont vendus sur le bord des routes puis, sont nourris durant plusieurs semaines de pommes de terre, de carottes, de tomates et de piments ou avec des feuillages.

En Guadeloupe, une commune s'est spécialisée dans cette culture : Morne à l'eau. Au point que cette petite commune de Grande-Terre, devienne si on peut le dire, la Capitale culinaire, le temps du week-end pascal. Chaque année, la commune organise un festival du crabe, au cours duquel se déroulent des concours culinaires autour du crabe et même des courses de crabes. C'est dans cette même commune que l'on trouve, la Maison du Crabe, sorte de musée où sont élevés des milliers de crabes toutes les grosseurs.

Le crabe dans toutes les sauces :

A la Martinique et particulièrement en Guadeloupe, il existe différentes façons de cuisiner le crabe.

A Pâque, le plat le plus connu c'est le Matété ( Matoutou pour la Martinique).

Selon le Rêvèrent Père Labat le " Matoutou " était, chez les Caraïbes, une sorte de grand plat qui servait aussi de table; il était fait en roseau et en latanier et était totalement imperméable.

Le Calalou est lui aussi, un plat très prisé du week end pascal. Malgré son aspect visqueux, le calalou est très bon en bouche. Préparé avec des feuilles de madère, ou d’épinards.

Outre ces deux plats, le crabe peut se déguster en fricassé, en farce ou avec des dombrés.

Pour vous donnez l'eau à la bouche, nous vous proposons de découvrir en photos les différents plats à base de crabe.

#culture #Guadeloupe #Martinique #tradition #antillesguyane

52 vues0 commentaire