• ELMS

Jayz Z des quartiers pauvres de Brooklyn à milliardaire


Spiritueux, label de musique, immobilier, Basket Ball, Jay Z est un homme d'affaires hyper actif qui sait flairer les bons coûts. Désormais, le rapper de Brooklyn figure sur la très sélecte liste des milliardaire. Ainsi, il est devenu le premier milliardaire issu du milieu Hip Hop.

Shawn Corey Carter connu sous son pseudo de Jay Z peut être fier de son parcours commencé en 1996. A la tête d'une véritable fortune estimée à 1 milliard $US, Jay Z est l'archétype du rapper entrepreneur. Touche à tout, le rapper New-Yorkais, a plus d'un tour dans ses manches. Spiritueux, label de musique, immobilier, propriétaire d'une chaîne de restaurants, agents sportifs et même actionnaire des Brooklyn Nets, autant dire, qu'il sait flairer les bons coûts. Avec sa femme, la chanteuse Beyoncé, ils forment le couple le plus puissant de l'industrie musicale de la Planête.

Enfant des quartiers pauvres de Brooklyn à star du hip hop :

Né en 1969 dans une cité défavorisée du quartier de Brooklyn, il est le dernier enfant d'une famille monoparentale de quatre enfants. Influencé par son milieu social, le petit Shawn Carter traîne régulièrement dans les rues et vend même de la drogue avec ses amis. Il travaille pour les caïds de la cité en tant que passeur. Drogue, bagarre, arme à feu, cambriolage, le jeune Shawn Carter est un délinquant notoire de Brooklyn. A tout juste 12 ans, il tire sur l'épaule de son frère aîné connu à l'époque pour son addiction au crack. Cet épisode marqua à jamais le jeune Shawn qui commence à écrire ses premiers textes. Au début de sa carrière, il avouera s'être fait tirer dessus à trois reprises. Au cours de sa courte scolarité, il fréquente entre autre, les rappeurs Busta Rhymes et The Notorious BIG.

Bien que n'étant pas fanatique de l'école, Jay Z se fait une solide réputation dans le milieu du freestyle pour ses textes emprunts de violence. En effet, comme beaucoup d'autres rappeurs, sa musique raconte la réalité du ghetto.

En 1996, alors qu'il est sans contrat, il produit et commercialise lui-même son tout premier album " Reasonable Doubt" aidé par DJ Premier, Super DJ Clark Kent et brièvement par The Notorious B.I.G.. L'album atteint la 23e place du Billboard 200 et est félicité par la presse spécialisée. Cet album sera ensuite choisi par Rolling Stone qui le place 248e dans sa liste des « 500 meilleurs albums de tous les temps » et sera également certifié disque de platine par la RIAA. Dans la foulée, Jay Z fonde aux côtés de Damon Dash, le label indépendant : Roc-A-Fella Records en 1995.

Fort de ce premier succès, il retourne en studio et cette fois, il signe avec Def Jam en 1997 pour la sortie de son deuxième opus, In My Lifetime, Vol. 1., produit par Sean « Puff Daddy »Combs, il se vend mieux que son prédécesseur. Comme son prédécesseur, In My Lifetime, Vol. 1 est certifié disque de platine aux Etats-Unis.

Très prolifique, en 1998, il publie son 3e album, Vol. 2... Hard Knock Life sur lequel figure notamment son tube : Hard Knock Life (Ghetto Anthem). Sur cet album, on retrouve Timbaland, DJ Premier, Erick Sermon, The 45 King, Kid Capri, Ja Rule etc. L'album remporte un Grammy Award et, il est certifié quintuple disque de platine aux Etats-Unis. 5 millions de copies seront vendues rien qu'aux Etats-Unis.

En 1999, il chante avec la chanteuse Mariah Carey sur le titre Heartbreaker, une chanson extraite du septième album Rainbow, de la chanteuse. La même année, Jay-Z publie Vol. 3... Life and Times of S. Carter. L'album est un succès et se vend à trois millions d'exemplaires.

En 2000, Jay-Z publie The Dynasty: Roc La Familia, qui devait, à la base, être une compilation faisant participer tous les artistes de Roc-A-Fella parmi lesquels The Neptunes, groupe de Pharell Williams, Just Blaze et un certain Kanye West. Deux millions d'albums sont écoulés rien qu'aux États-Unis.

Le 11 septembre 2001, sort The Blueprint, sixième album du rapper. Avec des productions de Bink, Kanye West, Just Blaze et Eminem, cet album marque un tournant musical dans la carrière du rappeur. L'album atteint la première place du Billboard 200. En novembre 2002, Jay-Z publie un double album qui fait suite au Blueprint, The Blueprint: The Gift & The Curse. Le succès limité de l'album le décide à sortir une version « condensée » en avril 2003, Blueprint 2.1. En novembre de la même année, il organise un concert exceptionnel au Madison Square Garden avec R. Kelly, Beyoncé Knowles, Foxy Brown, Pharrell Williams, Mary J. Blige. Fort de ce nouveau succès, le 29 novembre 2004, Jay-Z sort l'album Collision Course, dans lequel figure le titre Numb/Encore, avec le groupe de nu metal Linkin Park, qui est une nouvelle fois couronné de succès.

A ce jour, Jay Z a à son actif treize albums qui confortent sa position de leader du milieu rap et hip-hop.

  • 1996 : Reasonable Doubt

  • 1997 : In My Lifetime, Vol. 1

  • 1998 : Vol. 2... Hard Knock Life

  • 1999 : Vol. 3... Life and Times of S. Carter

  • 2000 : The Dynasty: Roc La Familia

  • 2001 : The Blueprint

  • 2002 : The Blueprint²: The Gift & The Curse

  • 2003 : The Black Album

  • 2006 : Kingdom Come

  • 2007 : American Gangster

  • 2009 : The Blueprint 3

  • 2013 : Magna Carta... Holy Grail

  • 2017 : 4:44

Jay Z, le businessman :

Loin de s'arrêter à la musique, Shawn Carter est avant tout un businessman avisé. Avec sa femme, il est à la tête d'un véritable empire financier estimé à 1,26 milliard de dollars (1,12 milliard d'euros). Sa fortune personnelle touche désormais le milliard de $. L'origine de sa fortune couvre divers domaines. Selon Forbes, les parts que détiendrait Jay Z dans la marque de champagne, Armand De Brignac, lui ont rapporté cette année $310 millions de $. Les actions qu'il détient dans la marque d'Ussé Cognac de Bacardi lui ont rapporté 100 millions $ cette année. En 2015, il achète l'application TIDAL pour 56 millions de dollars (50 millions d'euros), sa valeur a augmenté après que l'opérateur téléphonique Sprint a acheté un tiers de l’entreprise début 2017. Elle vaut désormais 600 millions de dollars (535 millions d'euros) ce qui permet à Jay Z d’engranger 100 millions $ de bénéfices. L'une des plus grosse source de revenus du rapper est évidemment ROC NATION, label de musique et agence de management sportif, qui lui a rapporté cette année 75 millions $.

Comme tous les riches, Jay Z et Beyoncé sont des collectionneurs d'art ( 70 millions $). Ensemble ils investissent dans des projets immobiliers, parmi lesquels une maison dans les Hamptons, une église désaffectée à la Nouvelle-Orléans et un manoir de 88 millions de dollars (78 millions d'euros) à Bel Air, en Californie. Un patrimoine immobilier d’une valeur de 50 millions de dollars.

Sans oublier, la tournée commune "On the Run II Tour" qui a rapporté 253,5 millions de dollars (226,11 millions d'euros), soit en moyenne 5,28 millions de dollars (4,71 millions d'euros) par concert. Jay Z a été parmi les premiers à investir dans UBER. Aujourd'hui, cet investissement lui rapporterait 220 millions $.

Il est finit le temps où Shawn Carter vendait de la drogue pour subvenir à ses besoins. L'ancien délinquant de Brooklyn est devenu l'exemple à suivre pour de nombreux rappeurs débutants.

Une course à l'argent :

On le sait, dans le monde du hip hop, l'argent est roi. Pendant longtemps, la course au premier milliardaire du milieu a fait rage.

Le producteur Dr. Dre a cru pouvoir la remporter grâce au rachat par Apple de sa compagnie de casques audio Beats By Dre, pour 3 milliards en 2014, mais selon le classement de Forbes en 2018, il ne possèdait « que » 770 millions de dollars. Le producteur Diddy (anciennement Puff Daddy) vaut pour sa part 825 millions de dollars, selon la même source.

Les trois hommes ne sont pas seulement les plus riches du rap, mais de l’ensemble de la musique américaine.

#USA #Musique #musique #portrait #culture

18 vues0 commentaire