• ELMS

Rencontre avec : Clémence Botino, Miss Guadeloupe


En Septembre dernier, soit un mois après son sacre à l'élection Miss Guadeloupe, Clémence Botino, nouvelle miss Guadeloupe 2019 nous a accordé une interview sans concession. Avant son départ pour le grand concours Miss France, la belle gosérienne est revenue sur son parcours à Miss Guadeloupe, ses attentes et l'aventure Miss France qui a bien commencé pour elle.

Lors de son séjour à Tahiti, dans le cadre de l'aventure Miss France, Clémence Botino Miss Guadeloupe 2019, a attiré les projecteurs sur elle, grâce à ses résultats en culture générale. La jeune reine de beauté a remporté le fameux test de culture générale, avec une note de 17,5 sur 20.

En Septembre dernier, soit un mois après son sacre à l'élection Miss Guadeloupe, Clémence Botino, nouvelle miss Guadeloupe 2019 nous a accordé une interview sans concession. Avant son départ pour le grand concours Miss France, la belle gosérienne est revenue sur son parcours à Miss Guadeloupe, ses attentes et l'aventure Miss France qui a bien commencé pour elle.

TLFWI : Bonjours Clémence Botino, bienvenue sur The Link Fwi, premièrement qui es-tu ? Pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?

Clémence Botino : Bonjour ! Je m'appelle Clémence Botino j'ai 22 ans et je suis Miss Guadeloupe 2019, j'ai été élue le 3 Août 2019. Je suis étudiante en Master d'Histoire de l'art et actuellement je travaille sur l'histoire de la mode et plus précisément je rédige un mémoire sur l'histoire de la mode dans la Caraïbe, je suis censé commencer cette recherche cette année, mais avec Miss Guadeloupe, ça prend du temps.

TLFWI : Quel est ton parcours ?

Clémence Botino : Mon parcours est assez riche. J'ai eu un Bac S, j'avais un an d'avance. Après mon Bac je savais que les Sciences ne m'intéressaient pas, du coup, je suis partis un an aux Etats-Unis, à Miami. pour apprendre l'anglais. C'était une expérience assez intéressante, car j'ai appris l'anglais, je suis bilingue. J'ai aussi passé le TOEFL, diplôme très reconnu car, il permet d'intégrer les grandes universités, et puis c'était une expérience formidable. Je vivais avec des personnes de nationalités différentes. Par la suite, j'ai choisi de m'orienter vers les Lettres. A mon retour en Guadeloupe, j'ai intégré la Prepa Littéraire de Gerville-Réache à Basse-Terre, puis je suis entré en licence d'Histoire à Paris.

TLFWI : Qu'est-ce qui t'a donné l'envie de te présenter à cette élection de Miss Guadeloupe ?

Clémence Botino : Miss Guadeloupe, c'est quelque chose que j'avais dans la tête depuis de nombreuses années, mais j'ai choisi de privilégier mes études. Cette année, quand j'ai fêté mes 22 ans, je me suis senti à l'aise dans ma tête, dans mes études, je savais où j'allais. Mais c'est surtout en regardant l'année dernière l'élection d'Ophély Mézino, ça m'a donné encore plus l'envie de vivre tout ça, ça m'a motivé, je me suis préparé et aujourd'hui, je suis la Miss Guadeloupe. C'était donc un rêve que j'avais depuis toujours, c'est un projet que j'ai pris le temps de mûrir.

TLFWI : Depuis ton sacre comment se déroule ta nouvelle vie de Miss ?

Clémence Botino : Ma nouvelle vie est assez géniale. C'est vrai que les deux premières semaines ont été assez intenses. J'ai enchanté les shootings pour les photos officielles, manifestations populaires comme les fêtes patronales comme celle de Petit-Bourg ou du Gosier. Puis, j'ai aussi fait des événements assez emblématiques de notre Archipel comme la Fête des cuisinières dans les rues de Pointe-à-Pitre ou encore le Tour cycliste que j'ai vraiment adoré, je pense que c'est quelque chose que l'on peut vivre une seule fois dans sa vie, être assise à l'arrière de la voiture, salué les foules, c'était vraiment génial !! Depuis quelques temps, j'ai un peu plus de temps pour moi, pour être avec ma famille car, certes c'est important de jouer son rôle de miss, mais c'est aussi important de couper et de passer du temps avec ses proches. Après, j'enchaîne les événements, les shootings et puis il y a la préparation pour Miss France en Décembre prochain.

TLFWI : Comment te sens-tu ?

Clémence Botino : Je me sens bien, je suis assez positive. Il faut dire, que je suis relativement bien entouré. J'ai la chance d'avoir Sandra Bisson qui est la présidente du Comité Guadeloupe La Belle et qui a été coach des Miss France pendant huit ans. J'ai aussi la chance d'avoir Ophély Mézino, ancienne Miss Guadeloupe et 1ère Dauphine Miss France, elle me conseille, me guide. Avec toutes ces personnes qui m'entourent, je me sens vraiment bien. Je suis sereine, j'ai confiance et je donnerai le maximum le Jour de l'élection.

TLFWI : As-tu hâte d'y être ?

Clémence Botino : J'ai vraiment hâte d'y être. Je n'ai pas encore réalisé que je partais à Miss France car, entre le moment où on est élu Miss Guadeloupe et le moment où on arrive vraiment sur la scène derrière derrière les caméras, je pense qu'il y a tout un processus qui se met en place dans notre esprit, mais oui, j'ai hâte d'y être car, Miss France c'est quelque chose dont j'ai toujours rêvé. Le show, les costumes et puis c'est vraiment un cadeau qu'on essaie d'offrir à son île ou à sa région, on essaie de la représenter de la meilleure façon qu'il soit. Toute ma vie je me suis imaginé vivre ce moment, être sur la scène, faire les chorégraphies et justement, je n'ai qu'une hâte c'est d'y aller de tout déchirer pour la Guadeloupe, mais aussi de m'amuser sur la scène, c'est essentiel et, d'ailleurs c'est ce que j'ai gardé en tête quand j'ai participé à Miss Guadeloupe, de toujours profiter du moment et, Miss France, c'est quelque chose que je vais vivre une fois dans ma vie donc c'est pour cela que je vais en profiter au maximum.

TLFW : Quel est ton message pour les jeunes filles Guadeloupéennes qui souhaiteraient se lancer dans l'aventure de Miss Guadeloupe ?

Clémence Botino : Mon conseil pour toutes celles qui ont l'envie de se lancer, c'est le même que j'ai suivi. Il faut d'abord cultiver l'esprit et je pense le coeur aussi, c'est important car, cela nous permet de grandir et de mûrir et c'est essentiel dans les décisions que l'on va prendre au fur et à mesure dans sa vie. Les concours de beauté sont bien, ce sont des expériences magnifiques, mais il faut prendre le temps de travailler à l'école, de tenter des expériences, de se donner des challenges, d'avancer, de croire en soi et de se connaître soi-même, c'est essentiel, c'est ce qui m'a amené à Miss Guadeloupe, cela peut prendre du temps parfois, mais c'est le plus important.

TLFWI : Que souhaiterais-tu dire aux Guadeloupéens avant ton départ pour Miss France ?

Clémence Botino : Premièrement, je suis très très fière de représenter mon île, c'est un véritable honneur pour moi qu'ils m'ont fait en votant pour moi et en me soutenant et en me soutenant encore aujourd'hui. Notre île elle est belle, elle a un fort potentiel et je suis là pour ça, pour la faire rayonner. je suis prête, on va le faire ensemble, c'est une aventure collective, il faudra donc voter pour moi et me soutenir encore. On y croit, car, on a une visibilité qui n'est pas négligeable depuis quelques années, que ça soit dans les domaines des concours de beauté, de la couture, de l'art, de la musique. Nous avons des artistes qui s'exportent, je suis une miss c'est quelque chose de différent, mais pareil, j'ambitionne d'exporter notre culture, montrer ce que l'on a, puis on verra où est ce que cela peut me mener à Miss France.

TFLWI : Merci Clémence pour cette interview.

Clémence Botino : De rien, c'est moi qui vous remercie.

Interview filmée de Clémence Botino :

Interview disponible également disponible en audio

#missGuadeloupe #Guadeloupe #antillesguyane #Outremer #Interview #portrait

16 vues

© 2023 by Success Consulting. Proudly created with Wix.com