• ELMS

Retour en image sur la manifestation sociale du Samedi 1er Février.

Mis à jour : avr. 22


A l'image de l'Hexagone, en Guadeloupe, des manifestations sociales ont éclaté pour dire non à la réforme des retraites du Gouvernement. Samedi, à l'appel de l'intersyndicale, 6000 personnes se sont rassemblées devant le Palais de la Mutualité. Au delà du mécontentement généralisé, c'est surtout une volonté de dénoncer tous les maux dont souffre la société guadeloupéenne,chômage généralisé, fermetures d'entreprises, précarité, départ de la jeunesse, fermetures de certaines classes dans l'éducation, autant de motifs pour placer la Guadeloupe dans une situation de poudrière.

Depuis plusieurs semaines secouée par des mouvements sociaux. A l'image de la France Hexagonale, des manifestations sociales ont éclaté pour dire non à la très controversée réforme des retraites du Gouvernement. Malgré l'ambiance festive liée au Carnaval, l'ère n'est pas à la fête. En effet, l'archipel vit un contexte social difficile, entre les fermetures d'entreprises, le problème de chômage de masse qui n'a jamais été résolu par les gouvernements successifs, la dépopulation du fait du départ massif de la jeunesse pour les études ou pour trouver un emploi vers l'Hexagone ou le Canada (pays qui s'impose comme la nouvelle terre d'accueil des jeunes antillais en quête d'un avenir meilleur), la précarité et la pauvreté ( 12% des ménages vivent en dessous du seuil de pauvreté. De plus en plus de familles monoparentales, et aussi de jeunes adultes et de personnes âgées sont concernés ), les fermetures d'entreprises telle que le quotidien France-Antilles qui pendant cinquante-cinq ans a été le seul quotidien des îles de Guadeloupe, aujourd'hui 96 employés se retrouvent au chômage du jour au lendemain, sans oublier les problèmes d'éducation liés aux fermetures de certaines classes dans les établissements scolaires, la corruption des élites politiques autant de de motifs qui place la Guadeloupe et ses dépendances dans une position de poudrière " sociale".

Samedi, à l'appel de l'intersyndicale, 6000 personnes se sont rassemblées devant le Palais de la Mutualité dès 8h30. Ainsi, professeurs, fonctionnaires d'établissements publics, ouvriers, employés des postes, employés de banque, avocats, agriculteurs, comité de parents d'élèves, infirmières, membres du corps médical du CHU de la Guadeloupe, chômeurs, tous les corps de la société civile étaient représentés. Tous ensemble, ils ont défilé dans les principales artères de la Ville de Pointe-à-Pitre aux cris de " Macron démission" " non à la réforme des retraites " " préservons l'emploi local" " protégeons l'éducation en Guadeloupe. Au delà du mécontentement généralisé, c'est surtout une volonté de dénoncer tous les maux dont souffre la société guadeloupéenne.

La manifestation s'est clôturée par dune prise de parole des différents représentants syndicaux des différents corps de métiers. A travers des discours de lutte, ils ont souligné le contexte social dans lequel est la Guadeloupe, et, ensemble, ils ont appelé à la poursuite de la mobilisation dans les jours et semaines à venir en invitant la population à les soutenir massivement.

#Guadeloupe #antillesguyane #politique #société #économie #Outremer

© 2023 by Success Consulting. Proudly created with Wix.com