• ELMS

Vivre avec les tours d'eau malgré le coronavirus.

Mis à jour : 27 avr. 2020


Les principales mesures d'hygiènes barrières face au Corovanirus, sont le lavage régulier des mains, des vêtements et des sanitaires, pourtant en Guadeloupe, l'eau manque à l'appel. Depuis plusieurs années, les guadeloupéens au gré des tours d'eau et des coupures qui peuvent durer des jours, des semaines voire des mois entiers. Face à la pénurie la préfecture a mis en place des points de ravitaillement en eau pour les zones les plus impactées. Témoignage des ces guadeloupéens qui vivent sans eau !

Francesca, Johanna, Linda, Xavier et Fély sont cinq jeunes guadeloupéens qui vivent chacun au Gosier, à Sainte-Anne et au Moule; comme une grande partie de la population, ils vivent au gré des coupures d'eau et des tours d'eau initiés par le SIAEAG, alors que l'épidémie de Coronavirus continue de progresser dans l'archipel. du coup, comment respecter les recommandations des services de santé régionaux proches du Ministère de la Santé mais également l'OMS(organisation de mondiale de la santé ) qui demandent aux populations le respect de cinq mesures barrières tel que :

- éviter les contacts proches en maintenant la distance d'au moins 1 mètre avec les autres personnes surtout quand elles toussent, éternuent ou ont de la fièvre .

- éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche car, les mains sont porteuses sont en contact avec de nombreuses surfaces qui peuvent être contaminées par le virus. Si vous vous touchez les yeux, le nez ou la bouche, vous risquez d’être en contact avec le virus présent sur ces surfaces.

- Respecter les règles d'hygiène respiratoire en couvrant la bouche et le nez avec le pli du coude ou avec un mouchoir en cas de toux ou d’éternuement, jeter le mouchoir immédiatement après dans une poubelle fermée.

- ou encore le lavage régulier des mains, des vêtements et des sanitaires, pourtant en Guadeloupe, l'eau manque à l'appel.

Depuis plusieurs années, les guadeloupéens au gré des tours d'eau et des coupures qui peuvent durer des jours, des semaines voire des mois entiers. Le réseau, très ancien et peu entretenu fait que, d’après l’ARS, 62 % de l’eau potable produite est perdue. Un chiffre catastrophique qui oblige à des coupures Une catastrophe pour les hôpitaux, bien sûr, mais aussi pour les particuliers. Difficile donc pour ces personnes d'appliquer les mesures d'hygiène et surtout impossible de respecter le confinement vu qu'il faut s'approvisionner en eau. Face à la pénurie la préfecture a mis en place des points de ravitaillement en eau pour les zones les plus impactées.

Francesca, habitante au gosier : " Depuis août 2017, au début il coupait l’eau une fois par semaine de 18h à 06h le lendemain. Il est vrai que comme tout le monde je n’aime pas les coupures d’eau mais de 18h à 06h du matin je pouvais facilement m’organiser donc je ne plaignais pas car dans les autres communes du gosier plus particulièrement la campagne où ils ont des coupures beaucoup plus longues et fréquentes[...] Depuis quelques mois environ 5-6 mois les coupures sont plus fréquentes donc une à deux fois par semaine de 12h a 06h le le lendemain. Beaucoup plus compliqué à gérer mais on s’adapte. Il arrive que des fois ils prennent l’eau de 12h à 12h le lendemain. En toute sincérité je suis située dans le bourg du gosier certainement sur la ligne de la clinique où des hôtels donc les coupures sont moins fréquentes qu’ailleurs. Je ne suis jamais restée plusieurs jours sans eaux donc je ne me plains pas. Je vis le confinement sans eaux comme à l’habitué je fais des réserves en conséquences. Et puis j’attends vite le lendemain pour de nouveau avoir de l’eau. Et puis ils nous fournissent de moins en moins des plannings de tours d’eau mais moi j’aimais beaucoup car comme je te dis ça permets de s’organiser en fonction. J’ai cru comprendre que dans certaines écoles à proximité il y a des citernes à disposition. Mais je t’avoue que j’ai énormément de bouteille que je remplis dès que j’ai à nouveau de l’eau pour les prochaines coupures "

Linda : " Je suis à Deshauteurs Sainte-Anne. On est 9 à la maison. 5 adultes et 4 enfants dont 1 jeune de 18ans. Depuis début mars nous vivons l'absence d'eau au robinet TOUS les jours. Plus d'eau vers 8h et elle revient en filet en fin d'après midi, mais c'est tous les jours sans exception. On est coupé TOUS les jours en journée. On a de l'eau tous les soirs. Cette situation est quotidienne depuis le début du confinement. On a dû adapter notre rythme de vie aux coupures d'eau. Les douches, la vaisselle, les lessives sont faites tard le soir quand il y a plus de pression. A 9 dans la maison, nous consommons au minimum un pack d'eau de 6 bouteilles par jour. Nous faisons des réserves les soirs pour les chasses d'eau, la cuisine et autres. Pour l'hygiène des mains, et bien nous faisons avec les réserves. Quand nous faisons les courses, nous les nettoyants principalement avec des lingettes. J'ai reçu effectivement un communiqué de la liste des points d'eau sur la commune. Accessible de 8h à 12h. Le plus proche à environ 8 à 10km sans précision exacte du lieu. Plutôt que d'aller à l'aventure chercher un point d'eau x je ne sais pas où je n'y vais pas. "

Xavier : " Dans le secteur dans lequel nous vivons, ils coupent l'eau au minimum une fois par semaine. Ce qui m'a le plus dérangé c'est le fait que nous n'avons pas eu d'eau durant trois jours. Ce n'est pas possible, car, non seulement tu dois respecter une certaine hygiène au quotidien, et en plus, tu es confiné chez toi, tu utilises de l'eau très souvent, si encore il n'y avait pas le confinement, je serais allé chez un ami, une connaissance pour prendre de l'eau, mais là j'étais forcé de rester à la maison durant trois jours sans eau, matin, midi et soit sans interruption. J'étais très scandalisé et à bout de nerf. Pour moi, il s'agit d'un manque gros manque de respect vis à vis de la population. J'étais très remonté et jusqu'à présent d'ailleurs, surtout qu'autour de moi, j'ai des voisins voisines beaucoup plus âgés que moi, ils ont à peu près 60 ans 70 ans, je me suis dis, " rester chez soi pendant trois jours à cet âge là, en plus ce sont des gens fragiles, vulnérables, si moi, je n'arrive pas à le supporter je ne pense pas que eux, n'ont plus, ils y arrivent ? " A plusieurs reprises, j'ai tenté de contacter l'organisme qui s'occupe de l'eau, le SIAEAG, mais mission impossible, tu tombes sur messagerie et tu ne sais pas vers qui te tourner. "

Johanna : " Dans la section où je vis, Saint Protais sur le territoire de la commune de Sainte-Anne, tous les trois jours ils coupent l'eau. Avant le confinement, on vivait déjà avec les tours d'eau, aujourd'hui avec le confinement c'est toujours le cas pendant, donc ça ne change pas de notre quotidien. On s'est depuis très longtemps adapté avec cette situation. "

Fely : " Je vis dans les Grands-Fonds au Moule, les coupures sont assez récurrentes. Environ quatre fois par semaines. Généralement ils prennent l'eau de 18h à 7h du matin, mais il faut savoir que même avant le confinement nous étions constamment coupés. Aujourd'hui que nous sommes confinés, rien ne change. C'est tout le temps comme ça, on s'y habitue. Face à toutes ces coupures d'eau, nous nous sommes équipés en matériel que ça soit des bidons ou des citernes, afin de constituer des réserves en eau et subvenir à nos besoins, on anticipe sur certains gestes du quotidien sachant que l'on sera encore coupé."

Agacés, confinés, ils devront pourtant continuer à patienter car, les tours d'eau et les coupures se poursuivent. Sur son site, l'organisme de l'eau informe la population que de nouvelles coupures auront lieu dans les jours qui viennent.

#Guadeloupe #antillesguyane #société #politique #santé #coronavirus #Outremer

38 vues0 commentaire