• ELMS

300 voix pour demander justice pour Klodo.

Mis à jour : févr. 19

Dimanche, ils étaient près de 300 personnes à avoir répondu à l'appel des seize organisations syndicales et politiques parmi lesquelles l'UPLG, UGTG, l'ANG, Kolektif Kont Vyolans a Jandam, Gwadloup an Mouvman, Combat ouvrier, le Parti Communiste Guadeloupéen pour ne citer qu'elles. Ensemble, ils ont arpenté les rues de Deshaies aux côtés de la famille de Claude Jean-Pierre, ce septuagénaire décédé suite à un contrôle de gendarmerie en Novembre dernier, pour demander justice pour Klodo.




Dimanche, mis à part les sorties bateaux ou les bronzages sur le sable des plus belles plages de l'archipel, le rendez-vous était donné dans le bourg de la commune de Deshaies, commune d'ordinaire calme et paisible, haut lieu du tourisme dans le nord-basse-terre qui est depuis un mois au coeur d'une polémique autour de la mort tragique de Claude Jean-Pierre.


Pour vous situez, Claude Jean-Pierre connu sous le pseudonyme de Clodo Bibik, un septuagénaire originaire de la commune, rentre chez lui au volant de sa voiture. Il se fait contrôler par les gendarmes dans le bourg. La suite est plutôt dramatique.

On apprend que suite au contrôle de gendarmerie, les sapeurs pompiers sont appelés sur les lieux pour un malaise mais très vite, c'est le SMUR qui se rend sur place et qui prend le relais car, l'état de Claude se dégrade. Conduit au CHU de Pointe-à-Pitre, plusieurs examens sont effectués par le médecin en charge et on constate une double fracture des cervicales dont une instable qui compresse la moelle épinière. Par ailleurs, des hématomes sont également constatés sur le visage de la victime qui est conduite en réanimation. Il est ensuite opéré en urgence.


L'opération se déroule 24 novembre et aurait même été un succès selon les dires des médecins du CHUG. Ces derniers auraient cependant admis à la famille que Claude ne retrouverait pas une vie normale comme avant ou du moins pas avant un bon moment car, il y a une lésion à la moelle épinière mais que son pronostic vital n'est pas engagé. Soulagement donc pour la famille et surtout la fille qui a fait le déplacement depuis l'Hexagone où elle réside.


Pourtant le jeudi 03 décembre, Claude décède. Sa fille qui était retournée en France est obligée de revenir. Une plainte aurait été déposée contre les gendarmes de Deshaies.


Depuis, la toile s'enflamme et, les guadeloupéens réclament des réponses, car, plusieurs questions subsistent et jusqu'à ce jour, les autorités sont incapables de fournir des réponses claires : parmi ces questions : Comment le sexagénaire a t-il pu avoir une double fracture des cervicales dont l'une comprimait sa moelle épinière ? Comment a t-il e des hématomes au visage ?"



Tous ensemble pour demander justice pour Klodo :


Il y a moins de deux semaines, une première manifestation devait se tenir mais celle-ci a été avortée sous prétexte d'une non-autorisation préfectorale. Cette fois, plus de menace d'interdiction, ils étaient près de 300 personnes à avoir répondu à l'appel des seize organisations syndicales et politiques parmi lesquelles l'UPLG, UGTG, l'ANG, Kolektif Kont Vyolans a Jandam, Gwadloup an Mouvman, Combat ouvrier, le Parti Communiste Guadeloupéen pour ne citer qu'elles. Ensemble, ils ont arpenté les rues de Deshaies aux côtés de la famille de Claude Jean-Pierre.


A ce stade, l'enquête semble être au point mort. Le corps de Claude n'a toujours pas été rendu à sa famille, les résultats de l'autopsie de qui est dans l'impossibilité de faire son deuil. Ajoutons à cela, le quasi silence de la classe politique locale, qui quand elle ose s'exprimer, use de communiqués pour appeler au calme et au bien vivre ensemble. A l'image de la maire de la commune qui est sorti de son silence et invite à l'apaisement sauf, qu'une question taraude les citoyens : Pourquoi ne communique-t-elle pas les images de la vidéo-surveillance, aux proches de la victime ?

La mobilisation populaire de dimanche a réconforté la famille, comme le relatait Fatia, la fille du regretté klodo:



" Aujourd'hui, on demande le soutien du peuple. Au niveau juridique, nous nous prononçons pas parce que ce sont nos avocats qui sont en possession de tous les éléments du dossier, d'ailleurs ils prévoient de faire une conférence de presse afin d'informer la population sur l'évolution du dossier et tout ce qui va se passer dans les semaines et mois à venir. Concernant cette manifestation, nous n'avons pas été organisateurs, mais nous avons participé, et nous voulons remercier toutes ces personnes qui ont fait le peuple. Nous voudrions aussi remercier le peuple dans son ensemble pour son soutien. Il semblerait que d'autres manifestations soient prévues le dimanche principalement. Nous espérons que cela touchera beaucoup plus de personnes que ce dimanche. Je sais que ça touche énormément mais nous sommes conscients que les personnes ont leur emploi du temps et que de ce fait elles ne peuvent pas participer mais de loin ou de près, qu'elles soient présentes ou non, cela fait du bien qu'elles se sentent concerner par le drame qui a endeuillé notre famille."



Toutes les photos de la manifestation ici :







Qui sommes-nous ? 

Créé en 2012, The Link Fwi est un organe de presse libre et indépendant. Quotidiennement, retrouvez des articles autour de l'actualité des Antilles-Guyane, de la Caraïbe et des Outre-mer. 

La tâche de The Link Fwi est de diffuser des informations de qualité le plus rapidement possible au plus grand nombre. 

 

The Link Fwi, l'actualité en un clic !!!

Contact

Par mail

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

  • Facebook
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône

© 2023 by Success Consulting. Proudly created with Wix.com