• ELMS

Avec Kassav', le créole est au sommet de la culture française !


Chevaliers et officier des Arts et des Lettres ! C'est la nouvelle distinction qu'ont obtenu les musiciens du mythique groupe antillais Kassav', à l'origine du zouk. La nouvelle a fait le tour des réseaux sociaux et des médias locaux. Elle récompense quarante deux ans de carrière mais surtout, elle gratifie l'apport du groupe à la culture française. Depuis quatre décennies, le groupe de zouk a fait briller les Antilles-Françaises mais également la France en faisant vibrer par son groove la planète entière.




Kassav', ce nom n'est plus à présenter. Depuis quatre décennies, ce groupe mythique composé de guadeloupéens et de martiniquais fait vibrer et danser la planète entière. Avec ses sonorités puisant dans les profondes racines des Antilles-Françaises et de la lointaine Afrique, Kassav' s'est érigé en pilier de la musique antillaise.


Créé en 1979 à l'initiative de Freddy Marshall et des frères Décimus ( Pierre-Edouard et George) le groupe qui n'est au départ qu'un simple projet expérimental, révolutionnera la musique antillaise. Celle-ci a longtemps été marquée par les chansons et rythmiques traditionnelles mais aussi elle a bénéficié des apports de certaines musiques européennes et françaises. Avant la naissance du groupe, en Guadeloupe et à la Martinique, plusieurs styles musicaux cohabitaient : le Kompa, musique traditionnelle originaire d’Haïti. le Gwoka et ses 7 variantes rythmiques), musique traditionnelle de la Guadeloupe, le Bèlè, musique traditionnelle de la Martinique et ses 11 rythmes, la Mazurka, la valse créole, le chouval-bwa (des musiques traditionnelles de la Martinique associées à la ville de Saint Pierre et originaires d'Europe). On peut aussi parler de la Biguine autre musique de Guadeloupe et de la Cadence-Lypso (Calypso et Cadence), créée par Exile One (de la Dominique) avec Gordon Henderson et interprétée également par des groupes tels que Les Grammacks avec le défunt Jeff Joseph comme membre principal ou encore Experience 7 qui fut le premier groupe guadeloupéen à populariser ce style (référence du Zouk) aux Antilles-Françaises dans les années 1970. Autre musique de référence, le Kadans repris à la sauce locale par Les Aiglons de Guadeloupe (avec pour chanteurs Alain et Pierre D'Alexis, Michel D'Alexis chef d'orchestre qui officiait au trombone à pistons, Michel Nerplat sax ténor, compositeur de leur plus grand succès Kuis La), Typical Combo de la Guadeloupe (avec pour chanteurs le regretté Georges Plonquitte, Daniel Dimbas, Iver Abidos et plus récemment Rodrigue Marcel...). Dès sa création, Kassav mélange tous ces styles pour les recréer à sa "sauce". C'est ainsi que naquit le Zouk.


Freddy Marshall et les frères Décimus vont être rejoins par un virtuose de la guitare, Jacob Desvarieux dont le répertoire était à cette époque plutôt orienté vers le rock ou le jazz. Malgré ces différences musicales apparentes, l'alchimie est trouvée. La même année, en 1979, sort le tout premier album de Kassav, " Love and Ka dance". Pendant plusieurs années, le groupe vivra au gré des arrivées et des départs de musiciens ou choristes avant de se stabiliser autour des membres que l'on connait aujourd'hui. A savoir, Jacob Desvarieux à la guitare et au chant, George Décimus ( qui quittera le groupe avant de revenir en 2004) à la basse, Jean-Claude Naimro aux claviers et au chant. Le chant principal est assuré par trois les charismatiques Jocelyne Béroard, Jean-Philippe Marthély, et Patrick Saint-Eloi qui quitte le groupe définitivement en 2001 pour se lancer en carrière solo après vingt ans de présence dans Kassav. ( décédé en 2010). Par ailleurs, ils font appel à deux danseuses et choristes : Catherine Laupa et Marie-Josée Gibon et également à une section de cuivre qui fait la particularité de Kassav'.



Le créole comme étendard :


Alors qu'aujourd'hui beaucoup d'artistes préfèrent chanter le zouk en français ou en anglais dans un objectif marketing, Kassav' continue de défendre son patrimoine culturel et linguistique sans sourcilier. Grâce à eux, le créole a parcouru le monde et, en 40 ans d'existence, la bande à Jacob Desvarieux et Jocelyne Beroard a sorti près de 16 albums studio, 12 albums live. Il a aussi collecté cinq disques d'or et un disque de platine. Autre particularité; ce sont les textes engagés traitant aussi bien des problèmes sociaux des Antilles-Françaises, des relations hommes/femmes sous les tropiques ou encore l'esclavage et la colonisation. En outre, le groupe a parcouru le monde de long en large : des Antilles-Françaises à la Caraïbe anglophone. De la France à l'Europe, de l'Océan Indien aux îles du Pacifique. Il a donné des concerts aussi bien, aux États-Unis, au Japon et même en URSS, devenant le premier groupe « noir » à jouer là-bas. Cependant, c'est en Afrique que les antillais de Kassav' ont connu le plus franc succès. Donnant des concerts mythiques de Dakar à Brazzaville en passant par Luanda et Maputo.



Quarante ans d'attente et enfin la reconnaissance :



Jusqu'à ce jour, le groupe reste le plus célèbre groupe français, bien avant Indochine ou même Téléphone. Encore aujourd'hui, il est le seul groupe français à se produire aux quatre coins du Monde. Une longévité comparable à celle des Rolling Stones, pourtant, Kassav' a longtemps été marginalisé et cantonné sous l'appellation de " Musique du Monde". Sans doute, dû au fait que depuis sa création, la formation antillaise a fait le choix du créole pour ses textes et compositions.


Evidemment ce n'est pas la première fois que les musiciens du groupe sont honorés,Jocelyne Béroard avait bénéficié du grade de Chevalière de la Légion d'Honneur en 1998 puis, avait reçu le titre d'Officière de la Légion d'Honneur. Cette fois, les principaux membres de la formation antillaise ont été cités à l'Ordre des Arts et des Lettres. Ainsi, Jocelyne Béroard été faite officier de l'ordre des Arts et des Lettres. Tandis que Georges Décimus, Jacob Desvarieux, Jean-Philippe Marthély et Jean-Claude Naimro ont été faits chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres. Comme l'expliquait la chanteuse du groupe sur les ondes de Martinique La 1ère; il s'agit d'une reconnaissance pour musique antillaise mais surtout pour la langue créole qui gagne en estime au niveau national. Avec ces distinctions, espérons que les détracteurs pourront revenir sur leurs propos et que désormais, la jeune génération d'artistes suivra la voie tracée par leurs aînés de Kassav' afin que vive le créole et le zouk pour le plus grand plaisir des mélomanes.




A lire aussi sur le même sujet :





93 vues0 commentaire