• ELMS

Christelle Nanor : " avec ma liste nous voulons mettre la région au service du peuple "

Christelle Nanor est sans doute la candidate qui ressemble le plus au peuple. Mère de famille, Guadeloupéenne et fière, comme un bon nombre de ses compatriotes, elle est à recherche d'un emploi. Elle a décidé de monter au créneau en se lançant dans cette course pour les régionales avec pour objectif : mettre l'institution locale au service du peuple. Rencontre.






A la différence d'autres territoires hexagonaux ou ultramarins, où la présence de femmes dans le milieu politique se fait plus rare et est bien souvent au centre des débats. En Guadeloupe, le problème ne se pose pas. A ce niveau, dans l'Archipel, la parité semble être respectée. Les femmes s'engagent et font même carrière dans ce milieu considéré comme celui des hommes. Plusieurs grandes figures, à l'instar de Gerty Archimède, Lucette Michaux Chevry, ou encore plus contemporaine Gabrielle Louis-Carabin ont marqué le paysage politique local et même national.


Pour ces élections, nous avons donc pu constater que la voix des femmes compte. Elles sont nombreuses sur les listes et certaines sont même des têtes d'affiche pour ces régionales 2021. Cette année, le mot d'ordre est à l'alternance. En effet, ils sont nombreux à prôner un changement de gouvernance et de destinée pour la Guadeloupe. Celui-ci passera sans aucun doute par les femmes. Parmi elles, figure, Christelle Nanor. Sa particularité ? Être une mère de famille, à la recherche d'un emploi, sensible aux maux qui touchent la société guadeloupéenne et consciente des réalités locales. Son objectif et celui des membres de sa liste, mettre la région au service du peuple.



The Link Fwi : Bonjour Christelle Nanor, bienvenue sur The Link Fwi, premièrement qui êtes-vous, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs (trices) ?


Christelle Nanor : Bonjour, Je suis une femme de 36 ans originaire de la commune de Vieux-Fort, résidant depuis 2017 à Capesterre-Belle-Eau. Je suis la mère de 2 enfants de 14 et 11 ans. Je suis une professionnelle du commerce, du marketing, de la distribution et du management titulaire d’un master en économie droit avec une spécialité marketing.



TLFWI : Dans quel domaine exercez-vous ? Etes-vous toujours étudiant ou actif, à la recherche d’un emploi ou tout simplement entrepreneur ?


Christelle Nanor : Actuellement je suis sans activité professionnelle comme plus de 54000 autres guadeloupéens. Cette situation me permet d’être totalement disponible en plus d’être disposée à occuper cette fonction stratégique de présidente de région pour donner vie à mes ambitions pour mon territoire.


The Link Fwi : Etiez-vous déjà engagés politiquement, membres d’une organisation politique ou une association ?


Christelle Nanor : J’ai effectué un bref passage dans une organisation politique en 2019. Maintenant je préside le seul parti humaniste de la Guadeloupe qui se nomme La Guadeloupe Consciente en Action.


TLFWI : Qu’est-ce que la liste “La Région au service du peuple “ ? et qui sont les membres qui la composent ?


Christelle Nanor : Le nom de cette liste a été choisi pour indiquer clairement notre volonté, mettre cette institution au service de l’ensemble de la population guadeloupéenne. Nous sommes conscients des discriminations, du clientélisme, du favoritisme qu gouverne les décision politique. Ce sont des pratiques qui n’apportent rien que de la déception au sein de la population. Cette liste est composée de guadeloupéens qui ont des compétences nécessaires pour gouverner l’institution régionale. Nous avons donc des agriculteurs, éleveurs, professionnels de l’action sociale, du numérique, de l’eau et de l’assainissement, du transport aérien et routier, de l’économie, de la culture etc






The Link Fwi : Qu’est-ce qui vous a motivé à vous rassembler pour ces élections régionales ?


Christelle Nanor : La situation socio-économique de la Guadeloupe nous a poussé à prendre nos responsabilités de guadeloupéens. Conscients de nos potentiels et que nous ne pouvions pas continuer à être à la fois victimes et complices de nos élus, nous avons décider de nous engager. Nous ne voulons pas regarder nos enfants demain dans les yeux et les entendre nous dire, tu savais et tu n’as rien fait quand la situation aura empiré si les mêmes élus restent aux commandes.



TLFWI : Et vous personnellement, qu’est-ce qui vous a motivé à faire conduire une liste pour les régionales ?


Christelle Nanor : J’ai été choisi par mon équipe pour ce rôle. J’ai gagné la crédibilité de conduire cette liste pour mon sérieux, ma posture, mon andragogie, mes connaissances.


The Link Fwi : Pensez-vous jouer un rôle dans cette campagne, êtes-vous écouté et pris au sérieux ?


Christelle Nanor : Nous jouons un rôle bien sûr à la vue des retours que nous avons. Notre discours est sincère et vrai car nous connaissons réellement la vie en Guadeloupe. Il n’y a pas d’écart entre nous et la population guadeloupéenne, pas d’écart entre les besoins de la population et nos propositions politiques. C’est pour cela nous sommes pris au sérieux à tel point que de nombreuses personnalités politique se disent à présents humanistes.


TLFWI : En baptisant votre liste “ La Région au service du peuple” vous sous-entendez que celle-ci ne lui appartient pas et que le peuple n’a plus son mot à dire en matière de politique publique ?


Christelle Nanor : Le constat est accablant. La région est un frein au développement économique, elle favorise des intérêts privés plutôt que l’intérêt général trop souvent.


The Link Fwi : Vous portez donc la voix de ce peuple délaissé ? Vous considérez vous comme ses portes- paroles ?


Christelle Nanor : Tout moun sé moun. C’est ce que nous pensons. Nous ne sommes pas juste des portes paroles. Le véritable travail c’est après les élection, durant nos années de mandature quand la population nous aura choisi elle aura besoin de bien plus que de portes paroles.



TLFWI : Selon vous quelles seraient les thématiques chères à la population guadeloupéenne ?


Christelle Nanor : Si tout les guadeloupéens sont comme moi les problématiques par ordre d’importance seraient, l’eau, le développement économique, la formation, la culture, le transport, l’énergie pour commencer. Il faut bien comprendre que toutes les tématiques et toutes les problématiques de notre territoire n’ont rien de nouveau, il faut aujourd’hui retirer notre confiance dans les élus qui les ont accompagner pour obtenir un changement positif.


The Link Fwi : En matière de chômage, d’économie, politique de logement, et d’écologie quelles sont les ambitions de votre liste ?


Christelle Nanor : Nos ambitions sont sont nombreuses, en voici quelques points importants :

- pour l’économie, le développement des matières premières de l’agriculture, l’élevage, la pêche pour industrialiser la Guadeloupe,

- contre le chômage, la création d’une clause sociale pour conditionner les subventions dans la création des entreprises à de l’embauche locale, et de l’embauche de guadeloupéens qui souhaitent revenir en Guadeloupe,

- pour le logement, nous allons augmenter l’enveloppe dédiée à l’amélioration de l’habitat pour éviter de créer de nouvelles dents creuses,

- pour l’écologie, nous soutenir les initiatives de reconstruction de notre barrière de corail afin de préserver notre littoral de la montée des eaux liée au réchauffement climatique.



TLFWI : Et la jeunesse dans tout ça, quels sont vos objectifs pour elle ?


Christelle Nanor : Nous avons plusieurs objectifs à atteindre pour la jeunesse les principaux sont: - utiliser la compétence éducation populaire de la région pour éduquer nos jeunes de 6 ans à 18 ans durant les vacances scolaires à la culture, les traditions, l’histoire, la langue régionale etc pour une génération plus conscientisée sur sa valeur et ses potentialités.



The Link Fwi Selon vous est-elle bien représentée ou sous représentée au niveau politique ?


Christelle Nanor : La jeunesse est sous représentée, mais les personnes en situation de handicap aussi. Ce qui compte ce n’est pas si les politiques sont jeunes ou plus âgés mais les actions qui sont menées dans l’utilisation de pouvoir politique. Nous avons décidé de créer plus de commission à la région manager par moins d’élus et accueillant les représentants des acteurs économiques et sociaux pour favoriser une présence réelle et active de toutes les catégories sociales de la société guadeloupéenne.



TLFWI : Vous portez donc aussi la voix de cette jeunesse incomprise ?


Christelle Nanor : Vous considérez vous comme ses portes-paroles ? Nous portons la voix de l’ensemble de la population guadeloupéenne sans distinction d’âge. C’est cela faire de vraie politique, travailler dans l’intérêt général.






The Link Fwi : Selon vous quelles seraient les thématiques chères à la jeunesse guadeloupéenne ?


Christelle Nanor : La jeunesse à les mêmes préoccupations que les plus grands mais avec en plus les problématiques liés à la formation professionnelle, l’enseignement, l’insertion, le travail et le chômage.


TLFWI : Je me mets à la place du citoyen lambda qui ne sait pas pour qui voter, celui qui n’a jamais voter ou tout simplement celui qui refuse de voter, quels seraient vos arguments pour me convaincre et comment allez-vous présenter vos idées afin de me persuader de me rendre dans un bureau de vote ?


Christelle Nanor : Si vous voulez une équipe qui présente un projet simple, réaliste et réalisable vous pouvez voter pour nous. Si vous aspirez à un renouvellement de la classe politique voter pour nous. Si vous voulez voir vos conditions de vie évoluer et obtenir de véritables solutions au problèmes de notre territoire voter pour nous. Mon équipe est compétente, intègre, à 98% sans mandat car nous ne sommes pas des carriéristes politiques. Nous sommes crédibles car nous vivons le quotidien des guadeloupéens les plus vulnérables.


The Link Fwi : En tant que jeunes dans une élection régionale, comment se déroulent ces élections et surtout comment parvenez-vous à la financer ?


Christelle Nanor : Les élections se déroulent bien même s’il y avait beaucoup de choses à apprendre dans un délai très restreint. Nous finançons grâce à des dons et la participation des candidats.


TLFWI : Lorsque vous serez élus à la Région quels sont les dossiers sur lesquels vous travaillerez les 100 premiers jours ?


Christelle Nanor : Nous mettrons en chantier toute nos commissions, pas question de favoriser une compétence au profit d’une autre. Néanmoins pour aller aussi loin que nous le souhaitons nous devons nous occuper rapidement de l’octroi de mer (ce qui nous permettra de nous occuper de l’eau et de mobiliser un meilleur financement des collectivités locales). Dans le même temps nous devons nous occuper de l’agriculture, de l’élevage, la pêche, la filière bois et la formation professionnelle.


The Link Fwi : Quel bilan faites-vous de la mandature qui s’achèvera en Juin ?


Christelle Nanor : Pour faire une analyse simple les 47000 bénéficiaires du RSA, les 54000 chômeurs, les 136 000 personnes vivants sous le seuil de pauvreté, les 151000 personnes en privation matérielle prouvent que l’institution régionale mal gouvernée n’a pas rempli son rôle ni d’un point de vue économique ni d’un point de vue social.


TLFWI : Où pouvons-nous suivre l’actualité de La Région au service du peuple ?


Christelle Nanor : Sur notre page Facebook la région au service du peuple Sur les réseaux sociaux du parti également: - facebook la Guadeloupe Consciente en Action

- youtube du même nom

- instagram LGCA971

- whatsapp - télégram