• ELMS

Coronavirus : une application pour vérifier la validité des tests PCR.

Mis à jour : mars 9

Avec la crise sanitaire, le secteur aérien est fortement impacté. Avions cloués au sol, chômage partiel pour les employés, sans oublier les compagnies qui mettent la clé sous la porte. Celles qui parviennent à s'en sortir relève du miracle. Pour maintenir l'industrie, les gouvernements adoptent différentes mesures comme des tests PCR valides. Face à la multiplication de faux certificats, des applications ont été créées pour vérifier leur validité à l'embarquement. La dernière en date, AOK Pass, qui entrera en vigueur à partir du 21 Mars 2021.




Fermeture des frontières internationales, avions cloués au sol, compagnies qui mettent la clé sous la porte, chômage partiel pour les employés. Un appareil sur deux au décollage pour celles qui parviennent à s'en sortir. Autant le dire, l'actuelle crise sanitaire de la Covid-19 met à mal le secteur de l'aérien. Pour maintenir l'industrie, les gouvernements adoptent différentes mesures comme des tests PCR valides. Face à la multiplication de faux tests PCR, des applications ont été créées pour vérifier leur validité à l'embarquement. La dernière en date, AOK Pass, qui entrera en vigueur à partir du 21 Mars 2021.


Qu'est-ce-que AOK Pass ?


Selon la précision portée par nos confrères de La 1ère et de air-cosmos.com, " L'AOK Pass vérifie alors que le test présenté est valide et conforme à la réglementation du pays de destination via un réseau sécurisé grâce la technologie "blockchain" (chaînage de données vérifiées et partagées par un groupe donné de partenaires). Derrière l'application - utilisée depuis plusieurs semaines sur différentes liaisons aériennes à l'étranger, trois acteurs : International SOS, professionnels de la santé et de la sécurité au bénéfice des entreprises, la Chambre internationale de commerce ainsi que SGS, une société d'audit suisse. L'outil qu'ils ont développé permet de lutter contre les certificats frauduleux de tests PCR qui se sont multipliés ces derniers mois pour contourner la réglementation désormais en place pour voyager. De plus, AOKpass vise ainsi à fluidifier le parcours des passagers à l'aéroport et éviter la perte de temps liée à des certificats difficilement lisibles."



Comment ça marche ?


Le test PCR doit être réalisé dans un laboratoire agréé. Un certificat est alors généré par le laboratoire et rendu disponible dans l'application téléchargée par le passager. Il contient deux informations importantes : le résultat du test (positif ou négatif) et la date à laquelle celui-ci a été réalisé. Cela garantit que le passager a réalisé son test dans un labo agréé dans les limites de temps imposées par la réglementation. Une fois arrivé à l'aéroport, le passager pourra présenter un QR code généré par l'application. Celui-ci sera alors scanné par les autorités douanières, la compagnie aérienne ou même l'aéroport en question, afin de garantir que le test a été réalisé en temps et en heure dans un laboratoire agréé.


Quelles compagnies l'utiliseront ?


Selon La 1ère, le groupe Dubrueil a confirmé que l'application sera utilisée dès le début du mois de mars 2021 au départ de l’aéroport Paris-Orly à destination de la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, La Réunion et Tahiti. La compagnie nationale Air France a elle aussi annoncé également l'essai de l'application pour les passagers volontaires à partir du 11 mars et pendant quatre semaines sur tous ses vols au départ de Paris-CDG vers les aéroports de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) et Fort-de-France (Martinique). Les compagies paieront un abonnement pour bénéficier des services d'AOKpass. A noter, la phase de test se fera sur la base du volontariat, afin de tester l'application en conditions réelles et de recueillir les avis des passagers utilisateurs. En ce qui la concerne, Air France partagera ensuite le retour d'expérience avec les autres compagnies de l'alliance Skyteam, qui testent aussi actuellement d'autres solutions de digitalisation de documents sanitaires.


Avec l'apparition de toutes ces applications pour voyager, il est fort à parier que les adeptes de la théorie du complot feront un lien entre ces outils numériques et le passeport sanitaire basé sur une vaccination obligatoire et généralisée.