• ELMS

Décès de Laurent Bernier : le monde politique ébranlé, les hommages s'enchaînent

Dernière mise à jour : 16 déc. 2020

Depuis l'annonce du décès de Laurent Bernier, le monde politique guadeloupéen est complètement ébranlé. L'ancien maire de Saint-François et ancien président du SIAEAG est décédé des suites d'un cancer dont il souffrait depuis très longtemps. Il n'avait que 53 ans. Les hommages s'enchaînent.



crédit photo : @Cédrick Isham
crédit photo : @Cédrick Isham

Les dernières élections municipales ont eu un goût de renouveau en Guadeloupe. En effet, pour le second tour, le mot d'ordre fût le changement, ou en partie. A l'issue du dépouillement, plusieurs dynasties politiques ont été poussées vers la porte de sortie. Parmi elles, la famille Bernier et son représentant, Laurent Bernier à la tête de la commune de Saint-François durant 12 ans, (2008-2020). Populaire, proche de ses administrés, il était fragilisé ces dernières années par les problèmes d'eau dont souffraient et souffrent encore les saints-franciscains et plus largement les guadeloupéens. Petit-fils de Lucien BERNIER, ancien maire de la commune et président du Conseil Général de la Guadeloupe de 1973 à 1976, avant de retrouver son poste de Mars 1979 à 1982 mais battu aux municipales de 1989, il décédera quelques jours plus-tard.


Laurent Bernier engagé très jeune en politique, sans doute influencé par son grand-père, fait ses premiers pas en politique en 1995. Quelques années plus tard, il se distingue en apportant son soutien à Nicolas Sarkozy en 2007. En mars 2011, il était secrétaire départemental de l’UMP en Guadeloupe. Sous l’étiquette du parti Les Républicains, Laurent Bernier avait tenté sa chance lors des élections européennes en 2014, puis lors des élections régionales en 2015. En décembre 2017, Laurent Bernier avait pris la décision de quitter le parti Les Républicains. Sur le plan local, Laurent Bernier a également occupé les fonctions de conseiller départemental, conseiller régional, mais aussi Président de la Siaeag,- le syndicat intercommunal d’adduction en eau et d’assainissement de la Guadeloupe récemment dissout par le Gouvernement et dont il avait quitté la présidence début janvier 2020. Battu en Juillet dernier par l'avocat Bernard Pancrel, il s'était volontairement retiré de la vie publique. Aucune nouvelle de lui ne filtrait.


Vendredi matin, la nouvelle est tombée, l'ancien édile de Saint-François est décédé. Des rumeurs prétendaient qu'il était malade depuis plusieurs mois, mais l'ancien maire ne laissait rien transparaître sur sa condition physique. Rappelons qu'il avait quand même tenu à participer aux dernières élections municipales, qu'il a perdu sous fond de Covid-19 et de crise de l'eau.


C'est Josette Borel Lincertin qui a été la première a faire l'annonce sur Facebook. Une bien triste nouvelle qui a ébranlé le monde politique local mais plus généralement la Guadeloupe toute entière. La présidente du Conseil Départemental dit avoir le cœur triste ce vendredi. « Laurent Bernier perdu son combat et s’en va loin des souffrances de tous ces derniers mois. Nous, nous perdons un élu départemental qui était respecté et apprécié. Moi, je vois partir un ami, dans la force de l’âge, qui avait encore tant de choses à accomplir pour son pays, pour sa ville et pour les siens. Longtemps, nous nous sommes opposés, pour finir par nous retrouver dans cette collectivité départementale où les différences s’estompent dans l’action et dans l’exigence de solidarité que nous devons avoir pour notre population. »





Depuis, c'est l'ensemble de la classe politique guadeloupéenne, tous bords confondus, amis politiques comme ses plus fidèles opposants qui rendent hommage à ce ténor de la droite guadeloupéenne. On le savait malade depuis longtemps, mais à vrai dire personne ne s'attendait à sa mort. A l'image du sénateur Dominique Théophile qui s'est exprimé sur Twitter. Pour lui, le décès de l'ancien maire de Saint-François est une terrible nouvelle : « C’est avec effroi que j'ai appris le décès, de M. Laurent Bernier, ancien maire de la ville de Saint-François. C'est une terrible nouvelle..Une force vive du pays qui s'en va. Je salue la mémoire d'un homme d’action au grand cœur. J'adresse à sa famille mes sincères condoléances.. »





Emu, le sénateur, ancien président de la Région Guadeloupe et député de la Guadeloupe, Victorin Lurel parlait de Laurent Bernier comme d'un ami malgré leurs oppositions et divergences.



Ary Chalus actuel président de la Région Guadeloupe dans un communiqué relayé sur les réseaux de la Conseil Régional parle du défunt maire comme un humaniste proche de ses administrés et dit se souvenir d’un homme rempli d’humilité :


L'ancienne maire de Basse-Terre et actuelle deuxième Vice Présidente du Conseil Régional, proche de Laurent Bernier s'est dite profondément attristée en apprenant le décès de son ami d'enfance :




Pour Olivier Serva, député de la première Circonscription de la Guadeloupe, ce décès endeuille la Guadeloupe et singulièrement la ville de Saint-François commune qu'il dirigea de 2008 à 2020. Le député le décrit comme un homme affable, humble et sympathique.



Le sénateur Max Mathiasin dans son communiqué évoque un homme au service de ses administrés engagé pour son territoire mais surtout, il se souvient d'un homme de dialogue, affable, humble et modéré amoureux de sa commune.





Son ancienne directrice de cabinet, Axelle Kaulajan a exprimé sa souffrance sur sa page Facebook. "Le meilleur d'entre nous s'en est allé" écrit-elle. Axelle Kaulanjan qui rappelle à quel point l'engagement de l'homme pour la Guadeloupe était profond.

"Je me souviens de toutes ces fois où, le matin très tôt, ou au beau milieu de la nuit, nous échangions pour trouver des solutions à des problèmes épineux inhérents aux collectivités territoriales. Je me souviens de toutes ces fois où il ne dormait pas, car désireux de trouver des solutions pour le problème de l’eau dont il avait hérité et qu’il avait courageusement pris à bras le corps, bien que tout le monde lui ait dit de ne pas s’y aventurer. Mais il aimait trop la Guadeloupe pour reculer devant les défis de notre territoire…quitte à le payer électoralement. Je me souviens surtout de toutes ces fois où Laurent Bernier a été « humain, trop humain » en politique, où il a été un homme de « bonne volonté », comme dirait Kant, même avec ses adversaires les plus farouches."