• ELMS

Daniel : Avec Sentinelle Guadeloupe, je milite pour faire entendre la voix des jeunes


Bien souvent on reproche aux jeunes de ne pas prendre part aux divers débats politiques ou sociétaux qui ont lieu en Guadeloupe, ou assez souvent, l'avis de cette jeunesse importe peu. Il est aussi reproché à la classe politique de ne parler de la jeunesse qu'en période électorale, mais de façon générale, les jeunes sont les grands oubliés de la vie communautaire. Parmi ces listes qui font sensation, Sentinelle Guadeloupe. Nous avons rencontré l'un de ces membres, Daniel, un jeune Guadeloupéen engagé pour son pays.





En Guadeloupe, il est souvent reproché aux jeunes de ne pas prendre part aux divers débats politiques ou sociétaux qui ont lieu. Assez souvent, l'avis de cette jeunesse importe peu. De plus, il est reproché à la classe politique de ne prendre en compte l'avis de cette jeunesse qu'en période électorale. Cependant, de façon générale, les jeunes sont les grands oubliés de la vie communautaire. En somme, il y a un clivage entre la classe politique et la jeunesse guadeloupéenne qui est la première victime des politiques publiques et de leurs manquements. Pourtant, cette année, plusieurs listes font sensation et affichent des jeunes. Parmi elles, " Sentinelle Guadeloupe".


Nous avons rencontré l'un des jeunes de cette liste qui fait tant parler d'elle. Son nom Daniel. Un jeune Guadeloupéen, novice en matière de politique mais, détrompez-vous, il a relevé le défi. Celui de faire entendre la voix de la jeunesse dans ces élections régionales. Rencontre.


The Link Fwi : Bonjour Daniel bienvenue sur The Link Fwi, premièrement qui êtes-vous, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs (trices) ?



Daniel Gaboton : Je me présente , Daniel GABOTON je suis âgé de 23 ans et j’ai une passion pour le football que je pratique au club de l’USBM actuellement.



TLFWI : Dans quel domaine exercez-vous ? Etes-vous toujours étudiant ou actif, à la recherche d’un emploi ou tout simplement entrepreneur ?


Daniel Gaboton : Pendant mes études dans le commerce , j’ai travaillé de nuit comme coursier médical. Actuellement je suis intérimaire , en attendant de commencer mon Master.



The Link Fwi : Qu’est-ce que la liste “ Sentinelle Guadeloupe“ ?


Daniel Gaboton : Sentinelle Guadeloupe est une liste qui a pour but de remettre les guadeloupéens au centre des décisions importante. La machine citoyenne. Nous sommes des guadeloupéens et nous connaissons les vraies difficultés d’autres guadeloupéens et nous avons à cœur de les aider.



TLFWI : Qu’est-ce qui vous a motivé à vous rassembler pour ces élections régionales ?


Daniel Gaboton : Par l’intermédiaire de Rudy MANIN , qui m’a proposé ce challenge afin d’avoir la vision d’un jeune , un jeune qui sait ce que ça fait d’être négliger par le système actuel.



The Link Fwi : Etiez-vous déjà engagé politiquement, membre d’une organisation politique ou une association ?


Daniel Gaboton : Je suis membre de l’USBM une association sportive. Une organisation qui a coeur de promouvoir le sport chez les hommes mais aussi chez les femmes avec le football féminin. Mais aussi, sans en faire partie je suis très proche d’une association de quartier la SEPSI qui s’occupe des jeunes et mène aussi des actions sociales.



TLFWI : Et vous personnellement, qu’est-ce qui vous a motivé à faire partie d’une liste pour les régionales ?


Daniel Gaboton : Je me suis engagé dans cette course électorale, pour comprendre et apprendre le processus d’une campagne électorale mais aussi c’est le moyen de s’engager, d’essayer au lieu de toujours parler, de mettre la faute sur les autres alors que nous ne faisons rien. On peut se plaindre mais il faut aussi agir.



The Link Fwi : Selon vous, la jeunesse est réellement écouter dans la société et par la classe politique ?


Daniel Gaboton : Pour moi, et jusqu’à maintenant la jeunesse est écouté seulement au moment des élections et après elle est oubliée pendant 5 ans De part le format même de nos élections, des électeurs « clientisés » par certaine grosse machine électorale.


TLFWI : Selon vous est-elle bien représentée ou sous représentée au niveau politique ?


Daniel Gaboton : En Guadeloupe, nous avons une classe politique vieillissante avec les mêmes têtes depuis bon nombre d'années. Donc oui, nous sommes sous représentés ou représentés par les mauvaises personnes.


The Link Fwi : Vous portez donc la voix de cette jeunesse incomprise ? Vous considérez vous comme ses porte-paroles ?


Daniel Gaboton : Entre moi et d’autres sur cette liste oui nous devons être des porte paroles. Porter les problèmes des jeunes en plus hauts lieux Porte paroles de cette jeunesse qui s’exprime beaucoup sur les réseaux sociaux mais qui n'est pas entendue au delà de ça.


TLFWI : En tant que jeune, quelles seraient les thématiques chères à la jeunesse guadeloupéenne ?


Daniel Gaboton : Je pense que la jeunesse en a vraiment assez de voir des Guadeloupéens quitter leur terre car il n’ont pas la possibilité de poursuivre leurs études chez eux. Par manque de débouché en terme d’emploi ou manque de confiance des entreprises qui préfèrent embaucher des personnes venues de l'extérieur et qui disposent des mêmes compétences égales plutôt que des enfants du pays Il faudrait approfondir et aller encore plus loin dans l’accompagnement des jeunes qui veulent développer leurs business. Les mentalités des jeunes ont changé ils veulent s’épanouir par eux-même dans leurs vies professionnelles. Donnez plus de moyen au association pour la pratique sportive et l’accompagnement de nos jeunes sportifs qui ont le potentiel pour faire une carrière professionnelle dans ces domaines.



The Link Fwi : En matière de chômage, d’économie, politique de logement, quelles sont les ambitions de "Sentinelle Guadeloupe “?


Daniel Gaboton : D’abord il est important de faire un état des lieux. Afin de pouvoir fixer de vrais objectifs réalisables. Beaucoup de campagne se font sur des promesses irréalisables. et donc non tenu par les élus.



TLFWI : Si je me mets à la place du citoyen lambda qui ne sait pas pour qui voter, celui qui n’a jamais voté ou tout simplement celui qui refuse de voter, quels seraient vos arguments pour me convaincre et comment allez-vous présenter vos idées afin de me persuader de me rendre dans un bureau de vote ?


Daniel Gaboton : D’abord de s’informer, nous jeunes, nous avons trop tendance laissez faire les choses. Ne pas voter pour nous c’est militer, mais c’est risquer de faire élire n’importe qui. Nous avons eu l’exemple aux Etat Unis avec Donald Trump. C’est comme les histoires d’amour. On choisit pas sa femme ou son homme par hasard, on apprend à le ou la connaitre. Ses goûts, sa façon de voir le monde de voir l’avenir à court moyen et long terme, si elle sera une bonne mère ect.. Apprendre à connaitre les candidats ce qu’ils proposent et là faire un choix. Sentinelle GUADELOUPE ne prétend pas avoir déjà toutes les solutions mais travaillera pour répondre aux problématiques actuelles et futures de notre région.



The Link Fwi : En tant que jeune liste dans une élection régionale, comment se passent ces élections et surtout comment parvenez-vous à la financer ?


Daniel Gaboton : C’est beaucoup de contribution personnel et on compte sur le soutien de tout un chacun. Pour les déplacements, les repas , les marquages des voitures. C’est beaucoup de bonne volonté.


TLFWI : Lorsque vous serez élus à la Région quels sont les dossiers sur lesquels vous travaillerez les 100 premiers jours ?


Daniel Gaboton : Le plus important est de faire un état des lieux et des urgences à traiter Établir un plan d’action en fonction de cela car les choses ne sont pas figées dans le temps et l’espace et une chose qui nous parait moins prioritaire peut le devenir très rapidement.



The Link Fwi : Quel bilan faites-vous de la mandature qui s’achèvera en Juin ?


Daniel Gaboton : Des choses ont été faites sur certains points mais nous pouvons encore aller beaucoup plus loin et œuvrer encore mieux pour la Guadeloupe .Je déplore la façon d’ont la crise sanitaire a été gérer je pense que nous sommes passé a coté et les guadeloupéens ont juste subit cette situation au grès des mois et l’humeur du préfet de région.


TLFWI : Où pouvons-nous suivre l’actualité de Sentinelle Guadeloupe ?


Daniel Gaboton : Alors, nous sommes présents sur les réseaux sociaux via le Facebook de " Sentinelle Guadeloupe "