• ELMS

Elle développe des symptômes de Covid-19, mais n'est pas testée

En Mars dernier, Rosa commence à tomber malade. Au début, elle pensait à un simple état grippal. Quelques jours après, elle souffre de migraines plus fortes, suivies d'une extrême fatigue ainsi que d'une forte fièvre et de douleurs au dos et à la poitrine, des douleurs persistantes. Elle décide donc de contacter le SAMU, après un examen par téléphone, le médecin du SAMU lui diagnostique le Coronavirus, mais ce dernier lui conseille de ne pas contacter le SAMU vu qu'ils sont assez débordés et de ne surtout pas se rendre au CHU afin de ne pas contaminer le personnel médical. Le professionnel, lui indique de prendre contact avec son médecin traitant. Celui-ci (sans doute par peur) refuse de la recevoir. Finalement, c'est un troisième médecin qui lui confirme après examen téléphonique, qu'elle est porteuse du Covid-19. Cependant, il lui apprend qu'aucun test ne sera effectué car, ils seraient réservés aux personnes en situation d'urgence.





A ce jour, selon Santé Publique France, on été recensés 128 442 cas de Coronavirus, 90 753 personnes hospitalisées dont 4207 en réanimation et 24 087 décès enregistrés. Néanmoins, 48 228 personnes ont été déclarées guéries. Dans les territoires d'Outre-mer, on dénombre, 1452 cas avérés de Covid-19 répartis dans neuf territoires: ( Mayotte; 460 cas 4 décès, La Réunion: 420 cas, Martinique : 175 cas et 14 décès, Guadeloupe : 151 cas et 11 décès, Guyane : 125 cas et un décès, Polynésie : 58 cas, St Martin et Saint-Barthélémy : 44 cas et 3 décès, Nouvelle-Calédonie : 18 cas, Saint-Pierre et Miquelon : 1 cas). On peut donc dire que nul n'est épargné par l'actuelle pandémie.


Mardi, le premier ministre a dévoilé son plan de dé-confinement qui après un houleux débat avec l'opposition a été finalement adopté. L'un des objectifs du Gouvernement est d'augmenter les tests de dépistage Covid-19 ( objectif 700 000 tests virologiques par semaine) qui font cruellement défaut et qui sont indispensables pour l'aboutissement du dé-confinement prévu pour le 11 Mai. Il y a une semaine, en Guadeloupe, l'ARS lançait sa grande opération de dépistage ( sur rendez-vous) Covid-19. L'Agence par la voix de sa directrice a affirmé vouloir augmenter les tests PCR, de 300 à 1 500 par jour, dans les prochaines semaines. En attendant, sur place, plusieurs personnes ayant développé des symptômes Coronavirus puis diagnostiquées par les médecins généralistes ou le SAMU affirment qu'elles n'ont pas été testées car, soit il n'y en aurait pas suffisamment soit ceux-ci seraient réservés aux personnes en situation d'urgence ou aux personnels soignants.


C'est le cas de Rosa. A la mi-Mars, plus exactement le 13 mars, elle commence à tomber malade. Au début, elle pensait à un simple état grippal passé. Quelques jours après, elle souffre de migraines plus fortes suivies d'une extrême fatigue ainsi que d'une forte fièvre et de douleurs au dos et à la poitrine, des douleurs persistantes. Elle décide donc de contacter le SAMU, après un examen par téléphone, le médecin du SAMU lui diagnostique le Coronavirus, mais ce dernier lui conseille de ne pas contacter le SAMU vu qu'ils sont assez débordés et de ne surtout pas se rendre au CHU afin de ne pas contaminer le personnel médical. Le professionnel, lui indique de prendre contacte avec son médecin traitant. Celui-ci (sans doute par peur) refuse de la recevoir. Finalement, c'est un troisième médecin qui lui confirme après examen téléphonique, qu'elle est porteuse du Covid-19. Cependant, il lui apprend qu'aucun test ne sera effectué car, ils seraient réservés aux personnes en situation d'urgence. Voici son témoignage.


TLFWI :Quels ont été les premiers symptômes du Covid-19 et comment ce sont-ils développés dans votre organisme ?

Rosa : Les premiers symptômes que j'ai eu ont été une très forte migraine et lourdeur a l'arrière du crâne et une fatigue intense. Le premier jour, j'ai dormi toute la journée du matin jusqu'au soir. J'ai d'abord pensé que je faisais de la tension comme les céphalées sont courantes lors des hausses de tension. J'ai donc dormi. Le lendemain je faisais de la fièvre (moyenne 38.5°), je me suis donc dis que je couvais quelque chose mais je n'ai pas pensé directement au covid19. J'ai pris un Dolipranne et comme la veille je suis restée couché. J'ai dormi 6h de temps. Je me suis levée le soir quand j'ai senti que j'avais un peu d'énergie pour faire le seul repas de la journée. J'ai mangé peu et j'ai encore dormi. Pendant la nuit du deuxième jour, j'ai commencé à avoir mal au dos et au centre de la poitrine.

Le lendemain cette douleur s'est intensifiée et devenait gênante lorsque je bougeais ou faisais un effort (par exemple lever les bras ). Lorsque la douleur s'est intensifiée elle a commencé à irradier dans les amygdales et mes oreilles. Je l'ai signalé également au médecin régulateur du SAMU.


TLFWI : Qu'est-ce qu'il s'est passé ensuite ? Avez-vous contacté le 15 comment la prise en charge s'est effectuée, a-t'elle été vite ?


Rosa : Face à cela, j'ai décidé d'appeler le SAMU car, je trouvais cette douleur inquiétante mais je ne pensais toujours pas au coronavirus. Je pensais que c'était dû aux médicaments de la tension que j'ai changé à de nombreuses reprises puisque les anciens me donnaient des douleurs. Le médecin régulateur du SAMU m'a alors posé des questions essentielles afin de savoir si j'avais contracté le coronavirus. Telles que : " avez vous été en croisière ou en contact avec des personnes qui ont été en croisière ces derniers temps ? J'ai répondu non. Avez vous mal a la gorge.? J'ai répondu seulement depuis ce matin. Toussez-vous avez vous une gène respiratoire? J'ai répondu seulement depuis hier soir un peu essoufflé car le nez bouché. Ensuite, il m'a demandé si je comportais des facteurs à risque ou si j'avais des antécédents médicaux. J'ai répondu que j'étais hypertendue depuis une prééclampsie au terme de ma grossesse. Dans ma famille, ma mère et mon père ainsi que mes grand-parents sont hypertendus et diabétiques. De plus, ma mère avec antécédents cardiaques( elle a fait deux AVC). Le médecin m'a ensuite demandé si j'avais déjà eu ce genre de douleur auparavant. Je lui ai répondu que non. Il m'a demandé ensuite si j'avais un terrain allergique je lui ai répondu que non je n'ai jamais été asthmatique ou eu de problème respiratoire en dehors d'une infection pulmonaire lorsque j'étais nourrisson. Elle a réfléchi et m'a annoncé que j'avais quand même des symptômes répondant à ceux du coronavirus. Mais qu'à priori, je n'étais pas une personne à risque en raison de mon jeune âge ( 24 ans ) de ne pas contacter le samu car les lignes étaient encombrées en raison de l'affluence des appels et de ne pas me rendre au CHU pour ne pas contaminer le personnel de santé.Elle m'a invité à contacter mon médecin traitant afin de me faire examiner plus en profondeur en prenant soin de respecter les mesures d'hygiène en vigueur.

TLFWI : Quelle a été votre réaction quand on vous a diagnostiqué COVID-19 ? Avez-vous paniqué ?


Rosa : Jusqu'à ce moment là, je ne croyais pas au fait que je puisse être contaminé par le covid19. C'est un peu plus tard dans l'après-midi que l'établissement où je travaille m'a contacté pour m'informer de la contamination de deux élèves par le coronavirus et pour me demander si j'avais été en.contact direct avec ces élèves; ce qui malheureusement était le cas, quelque jours avant la fermeture des établissement j'avais assisté ces élèves dans leurs devoirs. En réalisant que je pouvais vraiment être porteuse de virus j'ai ensuite contacté mon médecin traitant, je lui ai expliqué la situation. Je lui ai demandé s'il pouvait me recevoir afin d'établir un.véritable diagnostique. Celui ci a refusé, me disant que cela présentait un risque pour ses patients surtout les plus âgés. Il m'a invité à appeler un médecin qui puisse se déplacer à domicile. Je pense, entre nous, que vu la névrose qui régnait à ce moment au sujet de la maladie, il a eu peur tout simplement). J'ai donc ainsi contacté trois médecins; l'un après l'autre pour savoir s'ils pouvaient se déplacer. Le troisième m'a répondu qu'il ne pouvait pas se déplacer mais qu'il me rappellerait. Ce qu'il a fait. Je l'ai informé de toute la situation . Il m'a demandé si mon fils faisait de la fièvre, j'ai répondu par la négative. Je lui ai demandé s'il allait quand même me recevoir pour me prescrire le test de dépistage COVID-19. Il m'a répondu que non, que le test était destiné aux personnes en situation de d'urgence. Il m'a demandé de prendre ma température toutes les deux heures ainsi que celle de mon fils et d'éviter de sortir et de le contacter en cas d'aggravation des symptômes. De prendre des antidouleurs (efferalgant, dolipranne)et de boire des boissons chaudes.


TLFWI : Comment se sent-on quand on est atteint de Coronavirus ? Quels sont les effets de la maladie sur le corps ?


Rosa : A partir du quatrième jour la gène respiratoire s'est intensifiée également, je respirais par la bouche la nuit ce qui m'empêchait de dormir mais je ne faisais pas de fièvre. Pour être honnête, j'ai commencé à prendre du thé de lantanier et d'autres remèdes pays, les fameux rimèd razyé pour booster mon système immunitaire. Je toussais beaucoup les quatre jours suivants avec une douleur à la gorge très intense, c'était un peu comme si on vous mettait des aiguilles dans les amygdales et qu'on les remuaient constamment. A cela s'ajoutait une soif intense qui s'estompe pas et très forte fatigue. Petit à petit la douleur thoracique qui avait toujours été présente a commencé à se calmer.


TLFWI : Aujourd'hui, votre santé s'est améliorée, qu'est-ce que ça fait de se sentir mieux ? Quelles sont vos pensées et envies désormais ?

Rosa : Je me sens bien. Je suis soulagée que ça n'ait pas été plus grave. J'espère ne pas rechuter car ils m'ont informé qu'il peut y avoir des rechutes. En ce qui concerne mes envies, j'ai envie d'aller de l'avant et de prendre soin de mon fils. Je n'ai pas envie de le laisser retourner à l'école. Sinon, j'estime que le Gouvernement a très mal géré cette crise.


199 vues0 commentaire

Qui sommes-nous ? 

Créé en 2012, The Link Fwi est un organe de presse libre et indépendant. Quotidiennement, retrouvez des articles autour de l'actualité des Antilles-Guyane, de la Caraïbe et des Outre-mer. 

La tâche de The Link Fwi est de diffuser des informations de qualité le plus rapidement possible au plus grand nombre. 

 

The Link Fwi, l'actualité en un clic !!!

Contact

Par mail

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

  • Facebook
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône

© 2023 by Success Consulting. Proudly created with Wix.com