• ELMS

Endométriose : poser des mots sur des maux.

Endométriose : une maladie dont on parle souvent à travers les médias mais dont on connait que peu de choses. Pourtant, en France, une femme sur dix souffre d’endométriose. Pour beaucoup, le diagnostic a été posé sur le tard. Longtemps ignorée ou associée aux règles douloureuses, la maladie gynécologique chronique est difficile à vivre pour celles qui l’endurent. Elodie et Emmanuelle font partie de celles qui souffrent en silence, au plus profond de leur être. Membre de l’association LikidChokola, elles ont accepté notre invitation à poser leurs mots sur les maux de cette maladie intime.





L’Endométriose est vraisemblablement la maladie gynécologique la plus répandue chez la femme. Dès que l’on évoque son nom, nous sommes nombreux, à penser au problème gynécologique, en période de menstruation ou à faire un raccourci avec un problème autour de l’appareil génital féminin avec pour conséquences des relations intimes, sexuelles, difficiles. Pourtant, nous ne savons que peu de choses sur elle. Notre méconnaissance du sujet engendre des amalgames, qui, admettons-le, est le fruit de notre ignorance.


Alors qu'en France, on estime qu'une femme sur dix souffre d’endométriose, soit 1,5 à 2,5 millions de femmes, aux Antilles-Françaises nul ne peut dire combien de femmes supportent ces souffrances à chaque période de menstruation, tant le sujet est méconnu. Gageons qu'elles sont nombreuses. Pour beaucoup, le diagnostic a été posé sur le tard, après des années de douleurs inexpliquées. Longtemps ignorée ou associée aux règles douloureuses, la maladie gynécologique chronique est difficile à vivre pour celles qui l’endurent. Il faut dire que les symptômes ne sont jamais les mêmes. Ils varient en fonction des femmes concernées.


Certes, le plus courant, retrouvé chez 50 à 91% des femmes qui en souffrent, sont les règles douloureuses, en des termes plus scientifiques, la Dysménorrhée), d’autres syndromes sont évoqués, comme la douleur lors des rapports sexuels (dyspareunie) ainsi que des douleurs pelviennes fréquentes engendrant des difficultés pour uriner, une défécation douloureuse. On parle également de douleurs abdominales et ombilicales. Toutefois, les causes sont aussi mal connues, associant plusieurs facteur qu’ils soient liés aux menstruations, aux hormones génétiques et même des facteurs environnementaux.


De façon générale, l’endométriose se caractérise par la formation de tissus formés de cellules endométriales en dehors de l’utérus. Pour faire cours et simple, l’endométriose c’est lorsque l’endomètre se forme ailleurs que dans l’utérus, colonisant les autres organes avoisinants. D’ordinaire, quand une femme a ses règles, le tissu se situe à l’intérieur, quand il se situe à l’extérieur, comme c’est le cas chez les femmes atteintes d’endométriose, les saignements n’ont aucune issue vers l’extérieur du corps. Ce qui fait que, le sang et les cellules endométriales qui se détachent, irritent les organes proches ainsi que le péritoine, (la membrane qui renferme les organes de l’abdomen). L’endomètre peut donc se former dans les ovaires, sur les trompes de Fallope, sur les ligaments soutenant l’utérus, sur la surface extérieure de l’utérus mais aussi sur la vessie, les reins, les poumons, le bras et même les cuisses.


D’autre part, la maladie repose notamment sur le fait qu’elle revêt des formes variées, d’où cette méconnaissance, même de la part de certains professionnels de santé, ce qui amène à une errance de diagnostic pour les femmes atteintes d’endométriose et un parcours de soins long et difficile, synonyme de calvaire médical fait de chirurgie.


Elodie et Emmanuelle font partie de celles qui souffrent en silence, au plus profond de leur être. Membre de l’association Likid Chokola, elles ont accepté notre invitation à poser leurs mots sur les maux de cette maladie intime.






The Link Fwi : Bonjour Elodie, bonjour Emmanuelle soyez les bienvenues sur The Link Fwi, c’est un plaisir pour moi de vous recevoir.

Si aujourd’hui, nous sommes ensemble c’est pour parler d’une maladie gynécologique chronique, l’endométriose. Si vous êtes avec nous, c’est parce que vous-mêmes vous en souffrez.

Elodie : Bonsoir merci de nous permettre de nous exprimer sur ce sujet. Pour répondre à votre question, l’endométriose est une maladie gynécologique inflammatoire chronique qui concerne à ce jour, une femme sur dix. C’est une maladie qui se définie, de la façon la plus simple possible : la femme à chaque cycle, son utéru est censé s’épaissir pour accueillir une nidation ( c’est le moment où l’embryon pénètre dans sa totalité dans la muqueuse de l’utérus. C’est l’étape clé de la grosse qui arrive au 7e jour ) Ces cellules qu’on nomme l’endométre sont désintégrés et c’est ce que l’on appelle les règles. L’endométriose c’est finalement lorsque l’endomètre qui est censé être dans l’utérus et éliminé à chaque cycle, on retrouve donc des cellules similaires. Elles ont le même fonctionnement que lui, un fonctionnement inflammatoire que l’on va retrouver dans d’autres organes du corps de la femme. On peut en trouver au tour de l’utérus, mais aussi sur le système digestif, urinaire et même jusqu’au poumon et même jusqu’au cœur.

Vous souhaitez en lire plus ?

Abonnez-vous à www.thelinkfwi.com pour continuer à lire ce post exclusif.

S'abonner
20 vues0 commentaire