• ELMS

Il y a 40 ans, Bob Marley tirait sa révérence

Mardi 11 mai 2021 marque les 40 ans de la disparition de l’artiste Bob Marley. Figure incontournable de la musique reggae, 40 ans après sa disparition, il reste encore à ce jour une légende planétaire. Sa musique et son œuvre tout entière sont encore bien vivantes. De quoi forger sa légende.




Le reggae, cette musique envoûtante, avec ses textes engagés, ses riffs de guitares étouffés, a été créée au début des années 1960 dans les quartiers pauvres de Kingston, capitale de la Jamaïque. Désormais reconnue comme Patrimoine Culturel de l'Humanité, elle a dépassé les frontières de l'île anglophone de la Caraïbe. C'est d'ailleurs dans ce pays que naquit l'une des figures majeures du mouvement reggae, Bob Marley de son vrai nom Robert Nesta Marley.



Né un 6 Février 1945 à la Paroisse Saint-Ann, bien que sa mère affirmait qu'il serait né six mois plutôt. Métis, il fut le fruit d'une relation charnelle entre une jamaïcaine noire Cedella Booker, et un blanc Norval Marley qu'il a à peine connu. Son métissage fut la source de son mal-être quand il était enfant. Il faut dire, qu'à l'époque, le métissage est rarissime, mal vu voire même considéré comme une tare dans la campagne reculée de cette Jamaïque post-esclavagiste et post-coloniale. Pendant sa jeunesse, il fut victime de moqueries, des insultes de la part de ses camarades. A l'âge de 14 ans, il quitte l'école et traîne dans les rues de Kingston, ville où lui et sa mère ont décidé de s'installer quelques années plutôt. Les jeunes Bob a deux passions le Football sport auquel il excelle, et la musique. Finalement il choisit la musique.



Bob Marley et les Wailers :


Il commença sa carrière musicale en 1962. En 1963, il forme avec Bunny Wailer et Peter Tosh un trio vocal tout d'abord appelé les Wailing Wailers, avant de finir par s'appeler The Wailers. C'est avec "Simmer Down", en 1964 que The Wailers rencontrèrent leur premier vrai succès local en Jamaïque. Ensemble, ils ont signé plusieurs succès commerciaux. Entre 1968 et 1971, les trois comparses collaborèrent avec le producteur Lee " Scratch" Perry une collaboration très fructueuse qui aboutira sur quatre remarquables albums synthétisés en 1972 par le label Trojan sur l'album" African Herbsman ". 1973 fut l'année de la consécration pour le trio. En effet, sortit sous le nom de groupe The Wailers " Catch A Fire", puis "Burnin" en avril 1973, tous deux chez Island Record, label fondé par le célèbre Chris Blackwell. A l'issue de la tournée anglaise de Burnin' Tour 1973 que Bunny Livingston, puis Peter McIntosh quittent le groupe fin 1973.


Bob Marley, star inter-planétaire :




Bob Marley décide donc d’évoluer en solo et le succès fut encore au rendez-vous. C'est en 1974, que le chanteur de reggae music connu la gloire planétaire avec son album " Natty Dread". Dès lors, il enchaîne les concerts à travers le monde. Deux ans après, il réitéra l'exploit avec son deuxième opus " Rastaman Vibration " qui l'érigea au rang de star mondiale. Cependant, quelques mois après la sortie de l'album, il est victime d'une tentative d'assassinat chez lui à Kingston en Jamaïque. Il décide de quitter son île pour s'installer à Londres. C'est durant cet exil volontaire qu'il enregistra l'album " Exodus " en 1977,qui fut également un succès commercial, selon Time Magazine, il s'agirait du meilleur album du XXe siècle. La même année, alors qu'il jouait au football avec des journalistes français à Paris, il se blesse à l'orteil. On lui diagnostique un mélanome au gros orteil. Il est opéré en juillet 1977, il s'en sort. Très vite, il reprend le chemin des studios pour enregistrer " Kaya " qui sort en 1978, puis " Survival" en 1979. C'est d'ailleurs à cette période que Bob Marley se rendit en Afrique, continent où plusieurs conflits armés de décolonisation ou anti-apartheid s'y jouaient, il donna plusieurs concerts dans différents pays. L'un des ses concerts les plus marquants sur le continent fut celui donné à l'occasion de l’indépendance du Zimbabwe en 1980. Au début de l'année 80, l'album " Uprising " est publié. Bob Marley part en tournée pour assurer la promotion de ce nouveau succès. Au cours de cette tournée internationale, la santé du chanteur de reggae se dégrade. L'interprète de " No Woman No Cry " est pris d’un malaise lors d'un footing dans Central Park le 21 septembre 1980, deux jours après avoir donné les deux plus grands concerts de sa carrière au Madison Square Garden. Conduit à l'hôpital, les docteurs lui ont découvert cinq métastases de son mélanome ( cancer de la peau ), trois au cerveau, une au poumon et une à l'estomac. Le cancer s'est généralisé. Le diagnostique est sans appel, il n'a plus qu'un mois à vivre. Malgré tout, il tint à assurer le concert du 23 Septembre à Pittsburgh. Néanmoins, la tournée est annulée. Bob ne remit plus jamais les pieds dans un studio ou sur scène.


Bob Marley, son dernier combat :


Déterminé à combattre le cancer, Bob subit alors des séances de radiothérapie et de chimiothérapie qui lui font perdre ses dreadlocks au Memorial Sloan-Kettering Cancer Center de New York. Malgré la maladie, il se fait baptisé se fait baptiser le 4 novembre à l'Eglise Orthodoxe éthiopienne de Miami. Quelques jours plus-tard, il quitte les Etats-Unis, pour aller se faire soigner, à partir de novembre 1980, en Allemagne dans la clinique du très controversé Dr Josef Issels qui prétendait pouvoir sauver les cancéreux en phase terminale et considérés comme perdus par la médecine traditionnelle. Le traitement du Dr Issels prolongea la vie de Bob Marley de quelques mois, mais au prix de dures souffrances. Au final, le médecin allemand échoue à sauver la vie du rastaman qui, fut rapatrier à la Jamaïque, afin qu'il puisse vivre ses derniers instants dans son pays, avec les siens. Malheureusement, au cours de l'escale à Miami où Bob souhaitait voir sa mère, est placé aux soins intensifs le 9 mai 1981 à l'hôpital Cedars of Lebanon, trop faible pour rentrer à la Jamaïque, il s'éteint à l'âge de 36 ans le 11 mai 1981. Son corps est rapatrié à Kingston où une foule en masse est massée pour l'acclamer. Ses funérailles nationales et son enterrement à Nine Miles où il repose désormais, ont réuni des centaines de milliers de personnes.


Bob Marley, une image de marque :


Telle une étoile filante, il a illuminé le monde avec ses dizaines d'albums aux textes conscients évoquant l'esclavage, la colonisation, la situation de la femme, la course aux armements, la fierté noire, la polarisation du Monde durant la Guerre Froide, la violence politique etc. Avec sa musique, Bob reste encore à ce jour, le meilleur ambassadeur de la culture jamaïcaine. En effet, en huit ans de carrière internationale, il a donné une dimension exceptionnelle au reggae et a considérablement influencé la musique de son pays dans son ensemble. Même si d’autres figures majeures du reggae comme Burning Spear, Peter Tosh, Culture ou Toots & the Maytals ont contribué à la diffusion mondiale de cette musique. Ses morceaux ont été depuis 1981 joués, repris, remixés par un nombre considérables d’artistes et de D-Jays d'horizons musicaux différents. D'Eric Claption à Ben Harper, en passant par Lauryn Hill et Tracy Chapman, ses chansons ont traversé les générations et les époques.


Des albums qui se sont écoulés à 200 millions d'exemplaires, qui fait que, jusqu'à ce jour, l'interprète de " One Love" figure parmi les artistes les plus vendeurs de l'industrie musicale. A sa mort, le chanteur aux dreadlocks avait laissé une fortune estimée à 30 millions de $USD, elle s'est à plusieurs centaines de millions de $USD. Produits dérivés, empire musical, patrimoine immobilier, industrie du cannabis, Bob Marley est devenu une marque presque exclusivement gérée par sa femme Rita et leurs enfants : Sharon, Cedella, David ( Ziggy), Stephen, Rohan, Karen, Stephanie, Julian, Ky-Mani, Damian, Makeda. Ces dernières années, on a pu voir, les petits enfants de Bob faire leur entrée dans l'industrie musicale, de quoi perpétuer l'Empire Marley



Bob Marley en quelques titres :


Bob Marley - Is This Love.




Bob Marley & The Wailers - Get up Stand up




Bob Marley - Buffalo Soldier



Bob Marley & The Wailers - Zimbabwe




Bob Marley & The Wailers - Stir It Up (Live at The Old Grey Whistle, 1973) - YouTube




Bob Marley - I Shot the Sheriff