• Admin

Kassav', 42 ans de groove, merci !

Dernière mise à jour : il y a 3 jours

Jacob Desvarieux, guitariste virtuose et membre fondateur du groupe Kassav' est décédé vendredi 30 juillet en fin d'après-midi au CHU de Pointe-à-Pitre. Le musicien de 65 ans, avait été testé positif à la covid-19. Il est décédé au CHU après avoir fait l'objet de soins au sein du service réanimation du Centre hospitalier de la Guadeloupe. C'est une légende de la musique antillaise et plus largement de la scène musicale mondiale, qui s'en est allée. Sa mort sonne sans doute la fin de ce groupe mythique qui durant 42 ans, a transporté dans ses valises les Antilles aux quatre coins du Monde.



Jocelyne Béroard & Jacob Desvarieux sur scène en 2019, lors de la tournée des 40 ans de Kassav' aux Antilles. Crédit photo : ELMS Photography.


Après la mort d'Edith Lefel, puis celles de Gilles Floro et de Patrick Saint-Eloi, la disparition de Jacob Desvarieux laisse déjà un vide immense dans le milieu musical antillais et plus largement français et mondial. On peut le dire, la monde de la musique est déjà orphelin de ce père talentueux.


Guitariste à la voix rock, co-créateur d'un genre musical nouveau pour l'époque, en plus de quarante ans de carrière, il a mis les îles de Guadeloupe et de Martinique ainsi que la culture créole sur les toits du Monde. En effet, durant plus de quatre décennies, ce musicien de génie a fait danser la planète entière avec le zouk. En compagnie de Jocelyne Béroard, le regretté Patrick Saint-Eloi, Jean-Claude Naimro et Jean-Philippe Marthély, il a surtout permis aux Antilles-Françaises de se faire connaître sur la quasi totalité des territoires.


Décédé vendredi au CHU de Pointe-à-Pitre. Le musicien de 65 ans, avait été testé positif à la covid-19. Depuis, il faisait l'objet de soins au sein du service réanimation du CHU de la Guadeloupe. Selon nos informations, le chanteur et guitariste du mythique groupe antillais était diabétique. On sait également qu'il s'était rendu dans un état de faiblesse, au Centre Hospitalier Universitaire des Abymes (Guadeloupe) le 12 juillet 2021, dans le cadre des contrôles périodiques qu'il devait effectuer depuis la greffe de rein qu'il avait subie.

Mais, les nouvelles se voulaient rassurantes, même si on savait que le guitariste avait été plongé dans le coma par les soignants du CHU de Guadeloupe vu la gravité de son état et ses antécédents médicaux. Les médecins du Centre Hospitalier étaient même plutôt confiants. Malheureusement, son état s'est brusquement aggravé dans la nuit du jeudi au vendredi. Réanimé après deux arrêts cardiaques, il a bénéficié d'une assistance respiratoire avant de sombrer progressivement dans une mort cérébrale. Avertis, ses proches se sont rendus à son chevet. Ils n'ont pu qu'accompagner ses derniers instants.

Jacob Desvarieux, c'était des tubes anthologiques, des mélodies frissonnantes qui accompagnaient des textes engagés très souvent écrits par ses acolytes. Jacob Desvarieux, c'était également un grand défenseur de la culture des îles et des Outre-mers. Auteur de dizaines d'albums avec en premier lieu son groupe pour lequel il a composé des centaines de titres qui ont traversé les décennies. De son vivant, il a aussi collaboré avec des artistes de tous les âges, de toutes les origines et durant sa riche carrière, il s'est adonné à tous les genres musicaux, Biguine, Compas, Soca, Variété française, Musique urbaine, Makossa etc.


C'est une légende de la musique antillaise et plus largement mondiale, qui s'en est allée. Son nom restera à tout jamais lié à celui de Kassav' et sa mort sonne sans doute la fin de ce groupe mythique qui a durant 42 ans, transporté dans ses valises les Antilles aux quatre coins du Monde. Retour sur l'histoire de ce groupe mythique qui a fait groover la planète entière.



Jacob Desvarieux sur scène en 2019, lors de la tournée des 40 ans de Kassav' Crédit photo : ELMS Photography.


Créé en 1979 à l'initiative de Freddy Marshall et des frères Décimus ( Pierre-Edouard et George). Le groupe qui n'était qu'au départ un simple projet expérimental, révolutionna la musique antillaise, longtemps marquée par les chansons et rythmiques traditionnelles.

Par la suite, viendra se joindre à eux un jeune guitariste guadeloupéen Jacob Desvarieux, né en 1955 à Paris, ayant vécu à Marseille puis à Dakar au Sénégal avant de revenir vivre en Guadeloupe et qui venait de retourner vivre sur Paris et dont le répertoire était plutôt orienté vers le rock ou le jazz. C'est au cours d'une rencontre dans un studio pour lequel Jacob Desvarieux travaillait que les frères Décimus vont se trouver des affinités malgré ces différences musicales apparentes. L'alchimie était donc trouvée. Le noyau dur du groupe sera donc Jacob, George et Pierre-Edouard Décimus.


En créant ce groupe, il y avait une volonté de revendication, comme l'expliquait lui-même Jacob Desvarieux dans un interview pour Libération :


« A travers notre musique, nous interrogions nos origines. Qu’est-ce qu’on faisait là, nous qui étions noirs et parlions français ? [...] Comme les Afro-Américains des Etats-Unis, nous cherchions des réponses pour reprendre le fil d’une histoire qui nous avait été confisquée ».

Jean-Philippe Marthély sur scène en 2019, lors de la tournée des 40 ans de Kassav' Crédit photo : ELMS Photography.

En effet, dès sa création, Kassav' mélangea tous les styles musicaux de la région pour les réinventer à sa "sauce". Il faut savoir, avant la naissance du groupe, ils existaient principalement comme styles musicaux en Guadeloupe et en Martinique : le compas, musique traditionnelle originaire d’Haïti, le Gwoka ( et ses 7 variantes rythmiques), musique traditionnelle de la Guadeloupe, le Bèlè (et ses 11 variantes) musique traditionnelle de la Martinique, ainsi que la Mazurka, la valse créole et le chouval-bwa, musiques traditionnelles de la Martinique associées à la ville de Saint Pierre mais originaires d'Europe. Autres musiques majeures des îles, la Biguine, la Cadence-Lypso (Calypso et Cadence), créée par Exile One (de la Dominique) avec Gordon Henderson et interprétée par des groupes tels que Les Grammacks avec Jeff Joseph comme membre principal. Experience 7, fut le premier groupe Guadeloupéen à populariser ce style musical ( et devenu depuis une autre référence du Zouk) aux Antilles Françaises dans les années 1970. Par ailleurs, le Kadans fut repris à la sauce locale par Les Aiglons de Guadeloupe (avec pour chanteurs Alain et Pierre D'Alexis, Michel D'Alexis chef d'orchestre trombone à pistons, Michel Nerplat sax ténor, compositeur de leur plus grand succès Kuis La), Typical Combo de Guadeloupe (avec pour chanteurs le regretté Georges Plonquitte, Daniel Dimbas, Iver Abidos et plus récemment Rodrigue Marcel...).


De ces mélanges musicaux, naquit le zouk et, le succès fut dès le départ au rendez-vous.


Durant les premières années, plusieurs chanteurs vont s'enchaîner au sein de la formation. C'est pour la sortie de leur second album que Jocelyne Béroard intègra le groupe en tant que choriste sur le titre Soleil, titre qu'elle reprendra dans l'album Vini pou en 1987. En 1981, Christophe Zadire quitte le groupe pour raison personnelle. Jean-Claude Naimro aux claviers et Jean-Philippe Marthély au chant rejoignent le groupe. En 1982, c'est autour de Patrick Saint-Eloi de rallier la bande et fini par s'imposer dès lors comme le crooner et mèna en parallèle une carrière solo jusqu'à son départ du groupe en 2001. Kassav' est dès lors au complet, on compte ainsi Jocelyne Beroard , Jean-Philippe Martelly et Patrick St Eloi aux chants, Jacob Desvarieux aux guitares et chant, Jean-Claude Naimro aux claviers, Georges Décimus à la basse, Claude Vamur à la batterie. Par ailleurs, le groupe fait appel à deux danseuses : Catherine Laupa et Marie-Josée Gibon et également à une section de cuivres composée en autres d'Hamid Belhocine au trombone, du très regretté Freddy Hovsepian ( décédé lui aussi en 2021), et qui a fait la particularité de la musique de Kassav'.



Jocelyne Béroard sur scène en 2019, lors de la tournée des 40 ans de Kassav' aux Antilles Crédit photo : ELMS Photography.


En 1990, Kassav organise le deuxième Grand méchant zouk qui fut couronné de succès. En 1991, Georges Décimus quitte le groupe et est remplacé par Frédéric Caracas, autre ténor de la scène zouk. Le groupe fait appel aussi à des choristes en remplacement de Catherine Laupa et Marie-Josée Gibon qui ne se limiteront qu'aux chorégraphies. La particularité de ces choristes est qu'elles viennent des îles anglophones de Trinité et Tobago. Cette même année, Jocelyne sort son deuxième album solo intitulé Milans. L'année 1993 voit le départ temporaire de Jean-Claude Naimro qui part en tournée mondiale avec Peter Gabriel.

L'année 1995 est une année noire pour le groupe, qui subit le départ de plusieurs membres où l'un des fondateurs, César Durcin quitte le groupe et est remplacé par Patrick Saint-Elie de la Martinique. Malgré ces départs successifs, la formation antillaise sort son douzième opus Difé avec de nombreux invités comme Manu Katché à la batterie, Steevie Wonder à l'harmonica notamment. Une tournée s'en suivra avec un passage au zénith en mars 1996. C'est également la sortie de l'album "Marthéloi", de Marthély et de PSE, qui succède au concept Bizness en 1985. Un an plus tard, Jean-Claude Naimro sort son deuxième album solo Digital dreads dans lequel il invite ses amis à interpréter des chansons. 1998, c'est la sortie de deux album solos : Lovtans de PSE et O péyi de Marthély. Et le groupe sort un album aux sonorités latines un toque latino où ils revisitent leurs plus grands succès en espagnol. En 1999, Kassav' fête ses 20 ans à Bercy pendant 2 jours : 32 000 spectateurs sont venus assister aux concerts.


Un an plus tard, le groupe sort son treizième album studio Nou la. En 2002, c'est au tour de Patrick Saint-Eloi de quitter le groupe pour se consacrer à sa carrière solo après 20 ans de collaboration au sein du groupe. C'est également l'année où il produit un dernier album solo avec Kassav', intitulé Swing Karaib.



George Décimus sur scène en 2019, lors de la tournée des 40 ans de Kassav' Crédit photo : ELMS Photography.


Les projets solos se poursuivent l'année suivante, avec la sortie du troisième album solo de Jocelyne, Madousinay, avec un vibrant hommage rendu à Edith Lefel décédée en janvier de la même année. Quant à Jacob, il participe au succès du concept "Dis l'heure de zouk" avec notamment Passi. En 2004, Georges Décimus réintègre la troupe pour la sortie du 14e album. Leur chanson Kolé Séré a fait l'objet d'une reprise par Jimmy Buffett. En 2005, Carnaval tour est le nom d'une tournée de Kassav'.


En 2006, la troisième éditions du GMZ (Grand Méchant Zouk) est organisée à Bercy avec toute la nouvelle génération d'artistes. Ce sera un succès mitigé. Entre les tournées, les projets solo, Kassav se retrouve en 2007 pour nous présenter leur dernier opus All u need is zouk, qui se veut une traduction quasi littérale de zouk la cé sè médikaman nou ni. Quatorze titres qui parlent de l'histoire, de la vie tout simplement. S'en suit une tournée qui les fera passer par le zénith en juillet 2008 dans le cadre du All u need is zouk tour.


Le 16 mai 2009, Kassav fête ses 30 ans d'existence au Stade de France, devant 65 000 personnes, avec Admiral T en première partie. Une centaine d'artistes les accompagnait dont Tony Chasseur, Jean-Luc Guanel, Jocelyne Labylle, Princess Lover et Tanya Saint-Val et le congolais Fally Ipupa. C'est également le départ de Claude Vamur après 27 ans de collaboration. Hervé Laval assure l'intérim avant que le groupe donne la chance à un jeune batteur Thomas Bellon. Kassav' devient par la même occasion le premier groupe français à avoir joué au Stade de France. En 2011, Kassav' organise la 4e édition du Grand Méchant Zouk et remplit le Zénith deux soirs de suite. L'opération est reconduite en juin 2012.


Jean-Claude Naimro sur scène en 2019, lors de la tournée des 40 ans de Kassav' Crédit photo : ELMS Photography.

L'année 2013 est marquée par le retour du succès avec l'album Sonjé et la série de concert le 7, 8 et 9 juin 2013 au Zénith de Paris pour le lancement de la tournée Mawonaj tour. Ce nouvel album et cette tournée rendent hommage à Patrick Saint-Eloi et reviennent aux origines du zouk. L'année 2013, c'est également l'année où pour la première fois, le groupe se produit à l'Olympia, les 8 et 15 décembre pour clôturer leur Mawonaj'tour. En 2016 Kassav repart en tournée dans le Monde pour sa tournée « Chiré Douvan Tour ».


Quatre décennies après, l'engouement pour les musiciens antillais est encore très vivace. Pour preuve, en 2019, pour célébrer leur anniversaire, le groupe voit grand. Une gigantesque tournée mondiale est organisée. Pour cela, Kassav' commence par écumer les festivals d'été dans l'Hexagone pour ensuite enchaîner avec une méga tournée planétaire qui les amenée dans les îles du Pacifique, (Calédonie, Tahiti, Wallis et Futuna, Vanuatu), suivi d'une série de concerts dans les différents Zéniths de France. Puis de plusieurs concerts dans différents pays d'Afrique et d'un concert au Portugal avec un passage enflammé sur l'île de la Réunion. Toujours en 2019, juste après les Rolling Stones et Paul Mccartney, les musiciens antillais se sont produits dans la plus grande salle d'Europe, la Défense Arena face à 40 000 spectateurs. Cette tournée a aussi été marquée par une croisière musicale à travers la Caraïbe, au cours de laquelle le groupe et ses invités ont récompensé les fans les plus fidèles de plusieurs concerts avant d'achever cette première partie de tournée par deux concerts à la Martinique et une dernière date au Stade de Baie-Mahault en Guadeloupe.


Après une courte pause, le groupe repart sur les routes, cette fois, plusieurs dates caribéennes et un retour sur le continent africain avec des concerts tous complets, à l'image de ceux organisés à Kigali au Rwanda.

Alors que plusieurs dates nord-américaines étaient programmées, la tournée s'est brusquement arrêtée avec le début de la pandémie de Covid-19. Ce qui a forcé les membres du groupe à entamer une pause qui va sans doute se transformer à un arrêt définitif.



Jean-Claude Naimro sur scène en 2019, lors de la tournée des 40 ans de Kassav' aux Antilles. Crédit photo : Patrick Chouan.

Autre particularisme chez Kassav', ce sont les textes engagés traitant aussi bien des problèmes sociaux des Antilles-Françaises, des relations hommes/femmes sous les tropiques ou encore l'esclavage et la colonisation, le tout chanté en créole. Faisant du groupe un véritable ambassadeur de la culture et de la langue créole. Grâce à eux, cette langue régionale a parcouru le monde.


En effet, loin de se cantonner aux Antilles ( Guadeloupe, Martinique), les antillais de Kassav' ont rempli durant leur longue carrière commune, les plus grandes salles de France et d'Europe. Ils ont également enflammé les plus grands festivals de la World Music à travers le Monde. Ainsi, Jacob et ses amis ont exporté le zouk aux quatre coins de la planète, même vers des destinations insolites telles que le Japon, les pays du Pacifique, ( Nouvelle-Calédonie, Fidji, Vanuatu, Wallis-et-Futuna, Polynésie Française), L'Amérique du Sud ( Argentine, Chili, Brésil etc), l'Europe de l'Est et même l'URSS, devenant la première formation française à jouer dans l'ancien bloc soviétique.


Néanmoins, c'est en Afrique, que les musiciens antillais connaîtront leur plus grand succès. Du Cap-Vert au Sénégal, du Ghana à la Côte d'Ivoire, en passant par les deux Congos ( Brazzaville et RDC ), (d'ailleurs, le clip "Syé Bwa" a été tourné à Kinshasa (République démocratique du Congo, qui s'appelait encore Zaïre), sans oublier, l'Angola, le Mozambique, le Rwanda, la République Centrafricaine, l'Île Maurice, l'île de la Réunion etc. A chacun de leurs déplacements, les foules étaient là pour les accueillir, en véritable rock-stars. Jouant dans des stades face à des centaines de milliers de personnes venues pour danser sur les rythmes endiablés du zouk. Un style de musique devenu si populaire qu'en Angola, un musée du Zouk a vu le jour et c'est au Mozambique qu'a été créé le plus grand festival de Zouk du Monde. De plus, un style musical teinté de sonorités antillaises a émergé, la Kizomba. Jocelyne Béroard alors interviewée par le magazine Jeune-Afrique, s'exprimait à ce sujet :


"L'Afrique s'est ouverte à nous avant même la France [...] Ils ne comprenaient pas le créole, mais ils répétaient plus ou moins phonétiquement, ou ils créaient leurs propres versions", souriait-elle. "+Zouk la sé sel médikaman nou ni+ ("Le zouk est le seul médicament que nous avons", ndlr) est, par exemple, devenu +Zouk la, j'ai mangé un demi-kilo de riz+ !"




Jacob Desvarieux sur scène en 2019, lors de la tournée des 40 ans de Kassav' Crédit photo : ELMS Photography.


En quatre décennies de présence scénique, ces ambassadeurs de la musique antillaise ont plusieurs fois démontré qu'ils étaient encore capables d'enflammer des stades, des Arènes en interprétant leurs tubes dans des performances scéniques de plus de 2h. Ainsi, à ce jour, Kassav' reste le plus célèbre groupe français, bien avant Indochine ou même Téléphone. Encore aujourd'hui, il est le seul groupe français à se produire aux quatre coins du Monde. Une longévité comparable à celle des Rolling Stones, pourtant, Kassav' a longtemps été marginalisé et cantonné sous l'appellation de " Musique du Monde". Sans doute, dû au fait que depuis sa création, la formation antillaise a fait le choix du créole pour ses textes et compositions.

Si nous parlions chiffres, en 42 ans d'existence, Kassav' a sorti 16 albums studio, 12 albums live écoulés à près de sept millions d'exemplaires contenant des tubes indémodables parmi lesquels Zouk la sé sèl médikaman nou ni, Syé Bwa, Oulé, Soleil, Kolé Séré, Banzawa, Soulajé yo, et bien d'autres encore grâce auxquels Jacob, Jocelyne, Jean-Claude, George, et Jean-Philippe seront plusieurs fois récompensés de quatre disques d'or ( 1985 Ayé, Majestik Zouk en 1989, Tékit izi en 1992, Dijfé en 1995) et d'un disque de platine en 1987 pour l'album Vini Pou. Toujours en terme de récompenses, tout au long de leur longue carrière, les quatre artistes antillais ont été primés à la fois au niveau international qu'international comme en 1988, aux Victoire de la Musique où ils ont reçu le titre de Meilleur Groupe, en 1989, Meilleur groupe de la Francophonie au Canada, en 1990, Meilleur groupe sur scène à l'African Referendum of RFI. En 1993, ils obtiendront deux récompenses celle de Meilleur groupe de zouk aux West Indies Awards à New-York et Meilleur groupe à l'Africar Awards à Abidjan. Ils ont d'ailleurs réitéré l'exploit en 1997 en remportant le titre de Meilleur group à l'Africar Awards organisée à Libreville au Gabon ou encore en 199 lorsqu'ils remportèrent le titre de meilleur groupe sur scène aux Music Awards à la Martinique. En 2001, c'est le Prix SACEM en Guadeloupe avec le titre de Meilleur Zouk et en 2007, le Grand Prix SACEM France des Musiques du monde et traditionnelles.

Jocelyne Béroard sur scène en 2019, lors de la tournée des 40 ans de Kassav' Crédit photo : Patrick Chouan.

Aussi, le groupe aura parcouru le Monde près de 80 fois: des Antilles-Françaises à la Caraïbe anglophone, de la France à l'Europe, de l'Afrique à l'Océan Indien, en passant par les Etats-Unis et le Canada aucun territoire n'a été oublié et, de plus Kassav' a donné plus de 2000 concerts à travers la planète. Des chiffres jamais égalés par les autres artistes ou formations françaises. Si bien qu'en Décembre 2020, les cinq antillais ont été distingués au plus haut sommet des titres d'Officier de l'ordre des Arts et des Lettres pour Jocelyne Beroard ( qui avait bénéficié du grade de Chevalière de la Légion d'Honneur en 1998 puis, avait reçu le titre d'Officière de la Légion d'Honneur), tandis que Georges Décimus, Jacob Desvarieux, Jean-Philippe Marthély et Jean-Claude Naimro ont été faits chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.

Disons le, Kassav' est et restera un groupe notable de la scène musicale mondiale et des ambassadeurs de la culture antillaise n'en déplaisent à leurs détracteurs.