• ELMS

Les meurtriers d'Ahmaud Arbery condamnés à la prison à vie.

Dernière mise à jour : 31 janv.

Travis McMichael, auteur des coups de feu, et son père Gregory, ont été condamnés à la perpétuité sans libération anticipée pour le meurtre du jeune joggeur afro-américain.




Faire son jogging, activité tout à fait normale, sauf quand tu es un jeune afro-américain de 25 ans et que tu vis en Géorgie, ancien Etat ségrégationniste des Etats-Unis. Il s'appelait Ahmaud Arbery, il a été abattu par un père et son fils qui pensaient avoir appréhendé un voleur. Vendredi 7 janvier, à l'issue du procès, les trois coupables, trois hommes blancs ont été condamnés à de la perpétuité.


En effet, Travis McMichael, 35 ans et auteur des coups de feu mortels, et son père Gregory McMichael, 66 ans, ont été condamnés à la perpétuité sans possibilité de libération anticipée. Leur voisin William Bryan, 52 ans et qui a participé à la poursuite en la filmant, a été condamné à la prison à vie avec la possibilité de demander une libération anticipée après 30 ans de réclusion.


Ils avaient été reconnus coupables de meurtre le 24 novembre dernier à Brunswick, dans l’État de Géorgie, après des débats marqués par la question du racisme et du droit à l’autodéfense.


Le 23 février, Arbery fait son jogging dans les rues de Brunswick en Géorgie. L’ancien joueur de football de 25 ans s’adonne à cette pratique régulièrement. Pendant son trajet, il passe devant la résidence de Gregory McMichaels 64 ans, ancien policier à la retraite. Ce dernier croit reconnaître l’auteur de vols par effraction dans son quartier. Après avoir demandé à son fils, Travis McMichaels 34 ans, de l’accompagner, les deux hommes sautent dans leur camionnette et se lancent à la poursuite du jeune coureur. McMichaels et son fils sont armés. Ils rejoignent le coureur qui modifie sa trajectoire pour éviter la confrontation. Les deux hommes décident alors de le dépasser pour lui barrer la route et le fils McMichaels sort du véhicule en pointant son arme sur Arbery qui tente alors de s’emparer de l’arme. Des coups sont tirés, le jeune joggeur afro-américain s’éloigne de ses bourreaux, de quelques pas, avant de s’effondrer. Il est mort.


Ahmaud Arbery n’était pas recherché par les autorités policières et n’était associé ni de près ni de loin aux vols par effraction. Tout au plus, on relève dans son historique un cas de vol à l’étalage. Cette affaire aurait pu être passée sous silence, après tout un jeune afro-américain qui meurt, chose banale aux Etats-Unis, surtout quand c'est le noir l'agresseur. Les deux meurtriers ont affirmé avoir agi en toute légitime défense en appuyant leurs propos sur la loi en Géorgie qui souligne " Qu’un citoyen peut effectivement en arrêter un autre si le crime/délit est commis sous ses yeux ou qu’il en est un témoin immédiat. " Le père et le fils ont affirmé que c'est Arbery qui a tenté de s’emparer de l’arme du fils, ce serait lui qui aurait provoqué la confrontation. D'ailleurs, le second procureur ( car le premier s'est récusé parce qu'il connaissait le père), a considéré que le père et le fils ont agi en conformité avec la législation de la Géorgie. Ils poursuivaient celui qu’ils croyaient être un criminel et ont procédé à son «arrestation» avant l’arrivée des policiers.


Sauf qu'une vidéo tournée par un anonyme et postée sur les réseaux sociaux est venu contredire les propos des deux " justiciers" blancs. Dans cette vidéo de 28 secondes diffusée mardi par l’avocat de la famille du coureur, Ahmaud Arbery est vu en train de courir le long d’une route de Brunswick, en Géorgie. Alors qu’il contourne un pick-up blanc sur lequel un homme se tient, il est stoppé par un deuxième homme qui l’agrippe. On entend un coup de feu, puis un second. L’avocat de la famille du jeune afro-américain avait dénoncé une « exécution horrible » et affirmé que les deux inculpés n’avaient pas été inquiétés en premier lieu, parce que Gregory McMichael a servi en tant que policier puis inspecteur pour le procureur pendant plus de 30 ans. Ainsi,la légitime défense qu’ils invoquent, ils disent avoir pris leur victime pour un «voleur en train de se pavaner» ne passe pas.


La viralité de la vidéo avait fait réagir de nombreuses personnalités, musiciens, sportifs, stars du show-biz ou encore des politiques ont demandé à ce que justice soit rendue. Ce qui a poussé la justice de l'Etat de Géorgie a inculpé les faux justiciers pour meurtre. Comme le rapportent les médias américains, jeudi soir,Gregory et Travis McMichael ont finalement été placés en garde à vue et inculpés pour meurtre et voie de fait grave comme l’a annoncé dans un communiqué le Bureau d’Investigation de Géorgie.


Le juge Timothy Walmsley en prononçant vendredi la sentence dans cette ville côtière du sud-est de l’État. Le jeune homme a été “pourchassé et tué parce que les individus dans cette salle ont fait eux-mêmes la loi”, a-t-il expliqué.


Il a estimé que Gregory McMichael avait incité son fils et son voisin à poursuivre le jeune homme, tout en admettant après coup ne pas être sûr qu’il ait été réellement un cambrioleur.


Il a aussi fustigé l’attitude de Travis McMichael qui “s’inquiète pour son bébé (resté seul à la maison, NDLR) et lui-même, alors que la victime gît sur le sol”. La famille d’Ahmaud Arbery avait réclamé vendredi matin une “punition maximale” pour les trois hommes.


Photo la soeur d'Ahmaud Arbery, Jasmine, le 7 janvier 2022)

Ils “ont pris mon fils pour cible parce qu’ils ne voulaient pas de lui dans leur quartier”, a assuré la mère d’Ahmaud Arbery, Wanda Cooper-Jones, demandant “la prison à perpétuité sans une chance de liberté anticipée”. “Ils se sont engagés jusqu’au bout dans ce crime, ils doivent être engagés jusqu’au bout pour les conséquences”, a-t-elle dit.

“L’autodéfense finit toujours mal”, a pour sa part affirmé la procureure Linda Dunikoski, estimant que les McMichael n’avaient montré “ni remords, ni empathie”. Elle a ainsi révélé que Gregory McMichael avait transmis les images du meurtre aux médias “parce qu’il pensait que cela allait l’exonérer”.


Les avocats des trois hommes ont plaidé une dernière fois un acte non intentionnel qui ne méritait pas la réclusion jusqu’à la mort. La perpétuité réelle est réservée “aux pires des pires” criminels, a affirmé l’avocate de Gregory McMichael, Laura Hogue. Une plaidoirie qui n'a pas fait flaichir la décision du juge.

source : Le Huffpost




37 vues0 commentaire