• ELMS

Mary Condé honorée par la Fondation Cino del Duca.

Et une récompense de plus pour Maryse Condé. La plus célèbre des écrivains Guadeloupéens, antillais et plus largement des Outremers, a reçu le prix de la Fondation Cino del Duca. Considérée comme l'antichambre du Prix Nobel, la Fondation attribue depuis 2005, une multitude de bourses, subventions, récompenses et prix, dans plus de 60 pays, au profit d’initiatives de création artistique, de défense du patrimoine, de recherche scientifique ainsi que d’actions en faveur de la cohésion sociale.



Nul n'est prophète dans son pays. On le sait, le talent que l'on possède est très souvent reconnu ailleurs que chez nous. Ce fut pendant longtemps le cas pour Maryse Condé.


En effet, pendant longtemps l'auteure Guadeloupéenne qui a connu le succès grâce à sa série de livres Ségou fût boudée par le monde littéraire et politique français et ce malgré le fait qu'elle figure parmi les auteurs français et francophones les plus lu au Monde. Même dans son île natale, la Guadeloupe, Maryse Condé ne bénéficiait pas de toute la reconnaissance qu'on lui attribuait à l'étranger, notamment en Afrique et en Amérique du Nord où d'ailleurs, elle a résidé.


Présidents après présidents, la guadeloupéenne Maryse Condé était tout simplement " boycottée" par l'ensemble des gouvernements de droite comme de gauche. Sans doute était-ce lié, à ses prises de position anticolonialistes et anti-impérialistes. Il faut dire que Maryse Condé, au commencement d'une carrière qui semblait chaotique, a séjourné de nombreuses années dans plusieurs pays qui s'opposaient à toutes les formes d'impérialisme. On peut notamment citer la Guinée de Sékou Touré, seul président qui avait eu l'audace de s'opposer au Général De Gaulle suite au Référendum de 1958 ce qui entraîna une relation tumultueuse entre l'ancienne puissance coloniale et son ancienne colonie. Condé a aussi résider au Ghana qui était dirigé par le leader panafricaniste Kwame Nkrumah.


Par ailleurs, tout au long de sa carrière littéraire, elle n'aura de cesse de s'exprimer ouvertement en faveur de l'indépendance de son île natale la Guadeloupe, une position qui déplaisait, il faut le dire à cette France, pays des Droits de L'homme et du Citoyen et qui pourtant, a encore du mal à parler de son passé colonial violent ! Face à ses prises de positions, elle fut surveillée, étiquetée comme indépendantiste par les différents Gouvernements qui se sont succédés à la tête de l'Etat français. Ceci ne l'a pas empêché de mener une carrière journalistique, universitaire et surtout littéraire couronnée par de nombreux succès littéraires récompensés de plusieurs prix à l'étranger. Par exemple, depuis 1998, elle membre honoraire de l'Académie des lettres du Québec, ou encore elle est la fondatrice du Centre des études françaises et francophones au sein de l'Université Columbia.


Une reconnaissance tardive :


La reconnaissance nationale ne viendra qu'à partir de 2001, lorsqu'elle fût distinguée du titre Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres par le président Jacques Chirac. D'autres distinctions nationales suivront, Chevalier de la Légion d'honneur en 2004, Commandeur de l'ordre national du Mérite en 2007, Grand officier de l'ordre national du Mérite en 2011, Grand officier de la Légion d'honneur en 2014. En 2019, la République a décerné à l'auteure de "la Vie sans Fard " le titre de Grand-Croix de l'ordre national du Mérite. Une reconnaissance tardive mais qui place Maryse Condé comme l'écrivaine Guadeloupéenne voire ultramarine la plus décorée. Paradoxal pour une militante panafricaniste, indépendantiste et afro-centriste qui répète encore qu'elle est Guadeloupéenne et qu'elle mourrait en guadeloupéenne indépendantiste.



En ce qui concerne les prix, Maryse Condé les collectionne. En effet, depuis 1987 les prix s'enchaînent, voici une petite énumération


  • 1987 - Grand prix littéraire de la Femme : prix Alain-Boucheron, pour Moi, Tituba sorcière... Noire de Salem

  • 1988 - Prix de l'Académie française, pour La Vie scélérate

  • 1988 - Prix LiBeratur (Allemagne), pour Ségou : Les Murailles de terre

  • 1993 - Prix Puterbaugh, pour l'ensemble de son œuvre

  • 1994 - 50e grand prix littéraire des jeunes lecteurs de l'Île-de-France, pour Moi, Tituba, sorcière noire de Salem

  • 1997 - Prix Carbet de la Caraïbe, pour Desirada

  • 1999 - Prix Marguerite-Yourcenar, pour Le Cœur à rire et à pleurer

  • 2003 - Grand prix Metropolis bleu

  • 2005 - Hurston/Wright Legacy Award (catégorie fiction), pour Who Slashed Célanire's Throat?

  • 2006 - Certificat d'honneur Maurice Gagnon du Conseil international d'études francophones (CIEF)

  • 2007 - Prix Tropiques, pour Victoire, les saveurs et les mots

  • 2008 - Trophée des arts afro-caribéens (catégorie fiction), pour Les Belles Ténébreuses

  • 2010 - Grand prix du roman métis, pour En attendant la montée des eaux

  • En 2018, l'auteure de Heremakhonon recevait le Nouveau prix académique de littérature, institué par la "Nouvelle académie" mais c'est surtout le Prix Nobel Alternatif de Littérature qui lui a été attribué.






Mary Condé honorée par la Fondation Cino del Duca.



C'est donc une récompense de plus pour la plus célèbre des écrivains Guadeloupéens et plus largement des Outremers, qui a reçu le prix de la Fondation Cino del Duca. Elle s'est aussi vue remettre un chèque de 200 000€ pour l'ensemble de son oeuvre. Lors de la réception du prix, Maryse Condé s'est dite : " Ravie et fière. Pour moi, pour ma famille, pour mon pays la Guadeloupe".


Créée en 1975 par Simone Del Duca en hommage à son mari, mécène et grand patron de presse, la Fondation Simone et Cino Del Duca est, depuis 2005, abritée à l'Institut de France. Elle a pour but de faire rayonner, en France et à l’étranger, les arts, les lettres et les sciences. De plus, le prestigieux prix de la Fondation Cino del Duca a quant à lui la réputation d’être décerné aux futurs prix Nobel de littérature.



Ainsi, chaque année, la cérémonie a lieu au printemps et comme chaque année, elle attribue près de 25 millions d’euros, en une multitude de bourses, subventions, récompenses et prix, dans plus de 60 pays, au profit d’initiatives de création artistique, de défense du patrimoine, de recherche scientifique ainsi que d’actions en faveur de la cohésion sociale. Par ailleurs, plus de 2 millions sont distribués au titre des Grands prix par les Fondations Simone et Cino Del Duca, Charles Defforey, Lefoulon-Delalande, NRJ et Rodolphe et Christophe Mérieux.



En raison de l'actuelle pandémie, la cérémonie des remises des Prix s'est déroulée en comité restreint et, elle était aussi retransmise sur la chaîne Youtube de la Fondation.


Tous ces titres et distinctions font de Maryse Condé une Guadeloupéenne d'envergure internationale.



source : La 1ère