• ELMS

Mort de George Floyd : Derek Chauvin reconnu coupable.

Mis à jour : mai 17

C'est sans doute la peine de prison la plus attendue de l'histoire judiciaire et même plus largement de l'histoire récente des Etats-Unis. Derek Chauvin ancien policier de la ville de Minneapolis, qui avait maintenu pendant plus de neuf minute l'afro-américain George Floyd a été reconnu coupable de tous les chefs d'accusation qui pesaient contre lui. Une sentence acclamée par la famille et même au plus haut sommet de l'Etat Fédéral.




Sa mort avait provoqué un mouvement de colère inédit depuis les années 1960 aux Etats-Unis contre le racisme et les violences policières, qui s’est propagé dans le monde entier, avec des manifestations aux cris de « Black lives matter » (« les vies noires comptent »). George Floyd est devenu malgré lui le symbole de ces violences policières légions aux Etats-Unis tant sa mort fût terrible et choquante.

Tout avait commencé par une vidéo devenue virale : celle de l’arrestation par la police de George Floyd, un homme noir de 46 ans, filmée par une passante. Elle montre Derek Chauvin, agent de police déjà accusé en 2008 de violence policière, plaqué George Floyd au sol en gardant pendant de longues minutes ( neuf au total) son genou sur son cou. Au cours de cette vidéo des plus choquantes, on y voit ce dernier répéter « I can't breathe » Comprenez « Je ne peux pas respirer ». L’agent, un homme blanc, lui répond de rester calme. Un second policier tient à distance les passants qui commencent à s’emporter alors que l’homme appréhendé ne bouge plus et semble inconscient. « Il ne respire plus, il ne bouge plus, prenez son pouls », répète un témoin tandis que les policiers attendent une ambulance qui arrive après plusieurs minutes. Il est transporté dans un hôpital où il décédera peu après.

L'homme de 46 ans était soupçonné d’avoir utilisé un faux billet de 20 dollars pour s’acheter un paquet de cigarettes. Comme la procédure le réclame en cas de suspicion de faux-billets, les responsables du magasin ont appelé la police. La suite de l'événement on la connait... Dans une première version, les policiers incriminés ont affirmé que la victime leur avait résisté. Cependant, les images de vidéo surveillance du restaurant ont assez vite écarté leurs propos. En effet, dans ces images la victime, les mains menottées dans le dos n’opposait aucune résistance quand un policier le conduit vers une voiture de patrouille. Puis vint le drame. Ce qui a choqué le plus les américains ce sont le manque de réaction et de sensibilité de la part des policiers. On y voit, Derek Chauvin écrasé le cou de Georges Floyd pendant près de sept minutes et son collègue Tou Thao d'origine asiatique, répété à plusieurs reprises des blagues sur l'individu appréhendé : " Que veux-tu mec" ou " Ne prenez pas de drogue les enfants". Autant d'éléments qui ont mené à des manifestations dans Cleveland mais également à travers l'ensemble des Etats-Unis avant de se propager dans le reste du Monde. Au départ pacifiques, ces manifestations se sont très vite transformées en émeutes violentes


Depuis, les américains attendaient que justice soit faite. Le 15 mars dernier, lors du premier procès au Civil la famille Floyd avait été dédommagée de 27 millions $ de la part de la ville de Minneapolis. Pour rappel, la famille de George avait porté plainte en Juillet dernier au Civil contre la municipalité qui avait finalement opté pour un accord d'indemnisation accepté à l'unanimité, après moins de 40 minutes de débat, par le conseil municipal de Minneapolis, responsable des forces de l’ordre locales. Il s'agit de la plus grande indemnisation jamais accordée aux Etats-Unis avant la conclusion d'un procès criminel.


Puis vint le procès qui avait débuté le 29 Mars dernier et qui au final s'est achevé sur une note plus que positive. Partout, le sentiment que la justice a été rendue aujourd'hui. George Floyd peut désormais reposer en paix. En effet, l'ancien policier Derek Chauvin, qui l'avait maintenu au sol plus de neuf minutes, a été reconnu coupable de toutes les chefs d'accusation qui pesaient contre lui, à savoir meurtre au 2e degré, meurtre au 3e degré et homicide involontaire. Verdict qui a écarté la thèse de la défense de l'ancien policer qui prétendait que Derek Chauvin n'était pas responsable du décès de George Floyd, mort, selon l'avocat, d’une overdose au fentanyl.

Cependant les témoignages, les caméras de vidéo surveillances sans oublier l'autopsie ont balayé ces propos. L'ancien policier sera fixé sur sa peine dans deux mois. C'est menotté qu'il a regagné sa cellule. Il risque entre 10 et 15 ans de réclusion, mais le juge pourrait l’alourdir s’il retient des circonstances aggravantes.







Depuis l'annonce du verdict, la famille mais plus largement l'ensemble de la communauté afro-américaine de Minneapolis et des Etats-Unis ont acclamé la décision prise par les douze jurés constitués de sept femmes et cinq hommes et d'origines ethniques diverses. Les délibérations ont duré dix heures et demie sur deux jours. Plus de 200 personnes se sont rassemblées en anticipation de la nouvelle et ont exprimé leur joie.





Rodney Floyd s'est exprimé suite à l'annonce du verdict : «Je sens des larmes de joie, tellement ému qu'aucune famille dans l'Histoire ne soit auparavant arrivée aussi loin», «à tous ceux qui ont été dans la même situation». «Nous avions besoin d'une victoire dans ce dossier, c'était très important et nous l'avons eue. Nous allons peut-être respirer un peu mieux maintenant»,


L'avocat de la famille de George Floyd, Ben Crump. a pour sa part salué un verdict marquant un «tournant dans l'Histoire». «Coupable! Une justice obtenue dans la douleur a finalement été accordée à la famille de George Floyd. Ce verdict est un tournant dans l'Histoire»..








Du côté de la Maison Blanche le verdict a lui aussi été salué. Le nouveau président élu Joe Biden qui s'était entretenu la veille avec la famille Floyd par téléphone et leur aurait exprimé son soulagement « Vous êtes une famille incroyable. J'aurais aimé être là pour vous prendre dans mes bras . Puis comme le soulignent nos confrères du Point, le président américain a ensuite pris la parole appelant l'Amérique à se rassembler et à lutter contre le racisme qui « entache » son âme. « L'heure est venue pour ce pays de se rassembler [...] Certains - des agitateurs et des extrémistes qui se moquent de la justice sociale - essayeront d'exploiter les émotions à vif [...] Nous ne pouvons les laisser faire ». « Le verdict de culpabilité ne fera pas revenir George[...] Nous devons écouter. "Je ne peux plus respirer, je ne peux plus respirer" : ce furent les derniers mots de George Floyd [...] Nous ne pouvons les laisser mourir avec lui. Nous devons continuer à entendre ces mots. Nous ne devons pas nous détourner »








Autre réaction celle de la Vice-Présidente Kamala Harris qui évoquait son « soulagement » après ce verdict. Mais comme Joe Biden, elle insiste, ce n’est qu’un « premier pas ». Elle appelle le Congrès à passer une réforme sur l’usage de la force par les policiers, sur laquelle travaille la représentante californienne Karen Bass.





Barack Obama s'est aussi exprimé sur le très attendu verdict. L'ancien chef de l'Etat a appelé à poursuivre cette « lutte ». « On ne peut pas s'arrêter là », a-t-il ajouté dans un communiqué.