• ELMS

Patricia Braflan-Trobo : “ je ne veux pas combattre les extrémismes. Je montre les incohérences"

Longtemps épargnées par l’actuelle pandémie de Coronavirus, la Guadeloupe et la Martinique se sont retrouvées confronter à la réalité d’une crise sanitaire majeure. Des flots de malades quotidiens, des centaines de personnes déclarées positives, des urgences Covid-19 surchargées et des soignants débordés au bord du burn out. Autant d’images qui nous ramènent au tout début de l’épidémie lorsqu’elle avait débuté en Chine avant de toucher l’Italie, la France et le reste de l’Europe. Durant les deux mois de Grandes Vacances, les deux îles françaises de la Caraïbe ont connu une véritable hécatombe. Disons-le, cette quatrième vague du variant Delta a frappé durement les deux territoires. Pour les spécialistes, la classe politique et les intellectuels, seule la vaccination pourrait freiner cette hémorragie. Pourtant, ils sont confrontés au scepticisme des Guadeloupéens et des Martiniquais qui trainent du pied pour se faire vacciner. Comme ailleurs dans le Monde, l’un des inconvénients de cette politique vaccinale proviendrait des réseaux sociaux et principalement de la messagerie instantanée WhatsApp sur laquelle sont relayées continuellement des informations officielles mais surtout de nombreuses Fake-news. Ce qui rend la situation ambiante insoutenable. Pour comprendre ce scepticisme et la situation délétère, nous avons rencontré la sociologue Patricia Braflan-Trobo qui a accepté de répondre à nos questions.

Vous souhaitez en lire plus ?

Abonnez-vous à www.thelinkfwi.com pour continuer à lire ce post exclusif.

S'abonner
327 vues0 commentaire