• ELMS

Retour en images sur la mobilisation à Fort-de-France.

La mobilisation contre le pass-sanitaire et l'obligation vaccinale des soignants ne faiblit pas. Au contraire, elle prend de l'ampleur. Différents secteurs socio-professionnels ont rejoint les soignants de Martinique dans ce bras de fer entre l'Etat et les professionnels de la santé qui refusent ce qu'ils nomment le diktat de la piqûre. Ils étaient plus d'un millier lundi matin à arpenter les rues de Fort-de-France pour dire non au pass-sanitaire.



Manifestation contre le pass sanitaire et l obligation vaccinale. Lundi 25 octobre 2021. Photo : René Charles Suvelor.

La mobilisation ne faiblit pas. Bien au contraire, elle se renforce. Lundi 25 octobre 2021, ils étaient plusieurs milliers à avoir répondu à l'appel de l'intersyndicale de la santé sur le front contre la décision gouvernementale d'appliquer le pass-sanitaire et la vaccination obligatoire pour tous les personnels soignants et toutes personnes travaillant auprès d'un public.


Des soignants, des administratifs, des infirmiers libéraux, des employés de pharmacie, des sapeurs-pompiers, des salariés de l'Adapéi (Association départementale de parents et d'amis des personnes handicapées mentales), quelques membres des pompes funèbre mais aussi des étudiants infirmiers, des assistants dentaires se sont rassemblés devant la Maison des Syndicats à Fort-de-France avant de tous convergés dans les rues de la capitale.


Depuis plusieurs semaines la tension est vive à la Martinique, l'île qui connaît un très faible taux de vaccinations, a connu une quatrième vague meurtrière entre Juillet et Septembre ( 500 morts de la Covid-19 en moins de deux mois) continue de tenir tête à la politique vaccinale voulue par l'Etat. Les prochains jours risquent d'être fortement perturbés puisque c'est aujourd'hui que c'est lundi que devait s'appliquer la première vague de vaccination obligatoire pour les professionnels de santé.



( Manifestation contre le pass-sanitaire dans les rues de Fort-de-France. Photos : Rene Charles Suvelor



Une tension qui pourrait s'accroitre avec la décision du Préfet de l'île de Porter plainte suite à des " menaces et messages d'incitation. " Dans un communiqué, Stanislas Cazelles dénonce "les menaces et les messages d’incitation à la haine visant notamment des soignants" lors de la manifestation de lundi 25 octobre. Un défilé durant lequel un cercueil orné d’une tête de chèvre a été déposé devant la préfecture. Par ailleurs, selon nos confrères de Martinique La 1ère, cette plainte est aussi motivée par d'autres facteurs, notamment la prise à partie des soignants pour la grande majorité originaires de l'Hexagone et vaccinés vendredi 22 octobre 2021. Ces derniers manifestaient contre la pression subie par les soignants non vaccinés.















19 vues0 commentaire