• Admin

Un vent d'espoir sur une Terre Promise, par Barack Obama.

Depuis la fin de son mandat, Barack Obama est un homme très demandé. Entre les conférences, les interviews pour les plus grandes chaînes télévisées et les meetings de campagne lors de la présidentielle qui s'est soldée par la victoire de son ancien vice-président, Joe Biden, l'engouement médiatique pour Obama est loin d'être terminé. En effet, on savait que le 44e président des Etats-Unis préparait quelque chose. Barack Obama se raconte donc dans le premier Tome de sa nouvelle autobiographie " A promise land" en français, " Une Terre Promise" qui a été tirée à trois millions d'exemplaires et disponible dans 25 pays.


Véritable icône vivante du 21e siècle, personnage charismatique adulé par toute une génération, Barack Obama est entré dans l'histoire en devenant le premier président noir des Etats-Unis et le premier noir à occuper ce poste, deux mandats consécutifs. Paradoxal, quand on connaît l'histoire de ce pays qui, quelques années auparavant, interdisait aux noirs descendants des esclaves venus d'Afrique de fréquenter les mêmes lieux que les WASP ( White Anglo-Saxon Protestants). Malgré les tares de l'histoire, cela n'a pas empêcher les Etats-Unis d'avoir un noir comme président.


Diplômé de l'université Columbia et de la faculté de droit de Harvard, il est, en 1990, le premier Afro-Américain à présider la prestigieuse Harvard Law Review, une première dans ce pays qui a connu la ségrégation raciale. Après avoir été travailleur social dans les quartiers sud de Chicago durant les années 1980, puis avocat en droit civil à sa sortie de Harvard, c'est d'ailleurs durant son stage, qu'il fera la rencontre d'une certaine Michelle Robinson, avec qui il travaille et qui deviendra en 1992,son épouse et la mère de ses deux filles Malia et Sacha. La même année, il commence à enseigner le droit constitutionnel à l'université de Chicago jusqu'en 2004. En parallèle de son travail, Obama mène une carrière politique active qui avait débuté en 1985 date à laquelle il choisit de travailler comme organisateur communautaire dans le quartier noir défavorisé de Bronzeville. Il devient adjoint de Jerry Kellman, travailleur social chrétien, membre d'un réseau d'Églises progressistes. Jusqu'en 1987, le jeune diplômé arpente le South Side de Chicago, pour aider les résidents à s'organiser dans la défense de leurs intérêts, pour obtenir le désamiantage des logements sociaux, l'ouverture de bureaux d'embauche, ou pour lutter contre la délinquance des jeunes. L'année 1996 marque son entrée en politique, lorsqu'il est élu au Sénat de l'Ilinois. En 2000, il tente de se faire désigner aux primaires démocrates pour être candidat à la Chambre des représentants des États-Unis mais il est battu avec 30 % des voix contre 61 % à Bobby Rush, le titulaire démocrate sortant et ancienne figure historique du Black Panther Party.


L'année 2002 marque le début de son ascension au niveau national, avec ce discours devenu mythique durant lequel il prend position contre la guerre en Irak décidée par l'administration Bush. S'entourant des meilleurs communicants que Washington peut compter, parmi lesquels, le consultant politique démocrate David Axelrod, il annonce officiellement sa candidature au Sénat des États-Unis en janvier 2003. Cependant, il gagne en popularité, en Juillet 2004, dans un discours élogieux durant lequel, il soutient le candidat John Kerry comme candidat du parti à l'élection présidentielle. Au cours de ce discours, il y y fait l'apologie du rêve américain, de l'Amérique généreuse, en rappelant ses origines familiales. Il en appelle à l'unité de tous les Américains et dénonce les « errements » et l'« extrémisme » diviseur de l'administration de George W. Bush. La même année, le 2 novembre 2004, pour être exact, après avoir battu quelques mois plus tôt ses adversaires démocrates lors des primaires, Barack Obama est élu au Sénat des États-Unis avec 70 % des voix contre 27 % à son adversaire républicain, l'ancien ambassadeur et chroniqueur politique conservateur afro-américain Alan Keyes. Devenir président n'est qu'une question de temps.


Ainsi, alors membre du Sénat des Etats-Unis, le 16 janvier 2007, il annonce la création d'un comité exploratoire en vue de lever des fonds pour une candidature à l'élection présidentielle de 2008 ; le 10 février 2007, il déclare sa candidature à l'investiture démocrate; face à lui, une autre ténor du parti et ex-première dame Hillary Clinton. Véritable incarnation du changement au sein des Démocrates, Barack Obama est soutenu par de nombreuses personnalités démocrates ou proches du parti : parmi lesquelles John Kerry, les hommes d'affaires Warren Buffett et George Soros, les acteurs George Clooney, Matt Damon, Will Smith, Ben Affleck, Robert De Niro, les actrices Halle Berry, Sophia Bush et Scarlett Johansson, le rocker Bruce Springsteen, la chanteuse Nicole Scherzinger, le rappeur Nas, la romancière Toni Morrison ou l'animatrice de télévision Oprah Winfrey, mais aussi celui du cinéaste Michael Moore. Tous unis derrière leur candidat et son slogan : "Yes we can". Mais avant d'accéder au poste de président, il doit affronter la candidate Hillary Clinton et tout son clan, mais, malgré le nom et les titres prestigieux qu'elle a eu à porter tout au long de sa carrière, l'ancienne First Lady s'incline face à la nouvelle coqueluche de gauche américaine. L'issue de la campagne de 2008 est sans appel, le représentant démocrate l'emporte face au candidat républicain John McCain, avec plus de 9 millions de voix d'avance sur son adversaire. Barack Obama devient le tout premier président noir des Etats-Unis, c'est une première historique.


Le début de sa présidence commence dans un contexte de guerre en Irak, de guerre en Afghanistan et d'une importante récession de l'économie américaine. Face aux dossiers laissés par son prédécesseur, il promulgue un plan de relance économique, met en place le renouvellement d'autorisation des assurances-chômages et les créations d'emplois, celle sur la protection des patients et des soins abordables ainsi qu'une réforme de la régulation financière en 2010. Dans le domaine de la politique étrangère, il retire progressivement les troupes américaines d'Irak, augmente celles présentes en Afghanistan et signe un traité de contrôle des armements avec la Russie. Il commande également l'opération qui abouti à la mort d'Oussama ben Laden. Fort de ces succès, il se représente aux élections avec un nouveau slogan "it begins with us" comprenez "Cela commence avec nous". Face à lui, le candidat républicain et Sénateur mormon Mitt Romney. Barack Obama obtient 332 grands électeurs, dépassant les 270 nécessaires à sa réélection. Avec 51 % du vote populaire, il devient le premier président depuis Franklin D. Roosevelt à remporter deux élections consécutives avec la majorité au niveau national, ayant obtenu 61 % des voix des grands électeurs (332 contre 206 pour son rival), 51 % des 129 millions de suffrages exprimés (pour environ 200 millions d'inscrits sur 300 millions d'habitants aux États-Unis) soit une avance d'environ 4,7 millions de voix sur son adversaire et remportant 26 États contre 24 à Mitt Romney.



De son second mandat, on a principalement retenu que Barack Obama a tenté de promouvoir un contrôle accru des armes à feu sur le sol américain, qui s'est soldé par un échec. Il a favorisé l'intégration des LGBT et à la reconnaissance constitutionnelle réussie du mariage entre personnes du même sexe. En politique extérieure, il a ordonné une intervention militaire en Irak et en Syrie contre l'État islamique, achève le processus de retrait des forces américaines d'Afghanistan. Il a ratifié par ailleurs l'accord de Paris sur le climat, puis, signe un accord sur le nucléaire iranien et a normalisé les relations américaines avec Cuba. Mais, ses relations avec la Russie de Vladimir Poutine se tendent notamment sur les questions de l'Ukraine, de l'invasion de la Crimée et sur la Syrie. Les derniers mois de présidence sont marqués par une popularité en hausse, avec une majorité d'opinions favorables au niveau national. Le républicain Donald Trump lui succède après avoir emporté l'élection présidentielle de 2016 face à la candidate du Parti démocrate, Hillary Clinton, soutenue par Barack Obama.




Depuis la fin de son mandat, Barack Obama n'est pas resté sans activité. Entre les conférences, les interviews pour les plus grandes chaînes télévisées, les meetings de campagne lors de la présidentielle qui s'est soldée par la victoire de son ancien vice-président, Joe Biden. On ne va pas se mentir, le 44e président des Etats-Unis est l'un des hommes les plus médiatisés de cette décennie. Un engouement qui est loin d'être terminé puisque, en coulisse, on savait qu'il préparait une surprise pour ses millions de fans. Ainsi, après Michelle, sa femme et son bestseller " Becoming ", en français, " Devenir " écoulé à 14 millions d'exemplaires et dans lequel, l'ex-première dame et toute première femme noire à occuper le titre de " First Lady", c'est autour de Barack de publier un ouvrage.


Un premier tome de 849 pages dans sa version français (768 en version originale), dans lequel, l'ancien président américain nous plonge dans son parcours politique. De ses années étudiantes à ses premiers pas sur la scène politique, à sa victoire décisive aux primaires de l'Iowa, et jusqu'à la soirée historique du 4 novembre 2008, lorsqu'il fut élu 44e président des États-Unis, devenant ainsi le premier Afro-Américain à accéder à la fonction suprême. Il nous entraîne dans les coulisses de la Maison-Blanche, du Bureau ovale à la salle de crise, et aux quatre coins du monde, de Moscou à Pékin en passant par Le Caire. Il nous confie les réflexions qui l'ont occupé à certains moments cruciaux - la constitution de son gouvernement, la crise financière mondiale, le bras de fer avec Vladimir Poutine, la réforme du système de santé, les différends sur la stratégie militaire des États-Unis en Afghanistan, la réforme de Wall Street, le désastre provoqué par l'explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, et enfin l'opération commando qui a conduit à la mort d'Oussama Ben Laden.



Traduit en français, en vietnamien, en finnois, en espagnol, en portugais, en italien etc, " A Promise Land " a été publiée dans 23 pays et déjà tirée à 3 millions d'exemplaire rien qu'aux Etats-Unis. C'est un véritable succès. L'éditeur, Crown, n'a pas hésité à miser sur l'ancien chef d'Etat en lui versant 65 millions $ pour la publication de deux livres. Une coquette somme pour le couple Obama dont les revenus dépasseraient les 100 millions $USD. Selon nos confrères de France Tv Info, " les sources de revenus sont très variées. "Ses fonctions passées lui garantissent 200 000 dollars par an et ses discours dans le secteur privé peuvent lui rapporter jusqu'à 400 000 dollars. Le couple a engrangé 60 millions de dollars par anticipation pour les mémoires. Michelle Obama a écrit "Devenir" en 2018, des records avaient été atteints avec 14 millions d'exemplaires vendu dans le monde. Le couple a aussi signé un contrat de production de 50 millions de dollars avec Netflix pour produire des documentaires." Le premier tome de l'autobiographie s'arrête à 2011. Une suite est dors et déjà annoncée et très attendue. Pour la petite anecdote, l'éditeur a dû faire imprimer un tiers de ses ouvrages en Allemagne, soit un million de livres, et les faire acheminer vers l'Amérique grâce à trois énormes navires marchands. Touchés de plein fouet par la crise du Covid-19, déjà vulnérables avant cela, les imprimeurs américains ne pouvaient pas absorber un tel volume dans un délai aussi court.


En publiant ses mémoires, Barack Obama tente d'insuffler un vent d'espoir sur les Etats-Unis touchés de plein fouet par la crise de la Covid-19 et les quatre ans de mandature de Donald Trump.


© 2023 by Success Consulting. Proudly created with Wix.com